Sans titre

RÉFÉRENDUM DU 20 MARS Tekki parle de dol « mackyllé »

 En conférence de presse, hier, Mamadou Lamine Diallo a qualifié le référendum du 20 mars d’un dol maquillé.

Le leader du Mouvement Tekki a administré une véritable volée de bois vert au président Macky Sall. Abordant le référendum du 20 mars dernier, Mamadou Lamine Diallo dira sur un ton sarcastique : « Ce référendum est un dol ; c’est un  référendol, un dol maquillé ». Puis il reviendra à la charge pour désigner ce référendum « d’échec évident malgré les fanfaronnades de Benno Bokk Yaakaar (BBY).» Preuve par mille que ce référendum est un dol selon Mr Diallo, le faible taux de participation de 39,31%. Autrement dit, un Sénégalais sur quatre a voté Oui. Contrairement en 1963 où le taux de participation se situait à 94,3%, en 1970 à 95,2%, en 2001 à 65,74%. Bref, dit-il, en 2001, le Oui l’avait remporté à 94%. Ce n’est pas tout. La percée du ‘’Oui’’ s’explique, selon lui, par l’achat de conscience, la transhumance et le chantage des bourses familiales.  Mais, n’empêche, raille-t-il,  trois Sénégalais sur quatre n’approuvent pas cette révision constitutionnelle. Ce qui lui fait dire que les réformes proposées par Macky Sall n’ont aucune légitimité. « La refondation des institutions de ce pays est toujours un problème posé et à résoudre, notamment l’indépendance de la justice et la création d’une Cour constitutionnelle. Ce référendum n’absout pas le reniement de la parole de Macky Sall », dit-il sur un ton très corrosif. Toujours est-il que selon Mamadou L. Diallo, l’objet du référendum a été détourné, et pour cause. « Le peuple attendait une proposition de réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans. En retour, Macky Sall propose 18 points de révision dont la rédaction laisse à désirer. Le texte définitif n’a été disponible que le 2 mars 2016. Peu de Sénégalais, y compris chez les cadres de l’Apr n’ont pas lu le texte de révision proposé », ajoute-t-il.

C’est pourquoi, peste-t-il, « ce reniement de la parole donnée même avec la bénédiction du Conseil constitutionnel le poursuivra jusqu’à la fin des temps. »

 

« Apr ou Alliance pour le Respect des Droits d’autrui »

 

À ses yeux, le temps de la vraie alternance est arrivé au Sénégal. Car, l’Apr, dit-il,  est devenue l’Alliance pour le Respect des Droits d’autrui. Selon Mr Diallo, Il nous faut désormais  construire une alternative citoyenne et populaire pour la défense des valeurs fondamentales de la société sénégalaise. À cet égard, précise-t-il, « nous devons nous opposer à toute tentative de repousser les législatives de 2017, sans doute derrière les appels à la discussion de Benno Tass Yakaar ». Il soutient que Macky Sall a divisé le pays en deux avec son référendum. « S’il voulait faire oublier son  reniement  et légitimer le vol de deux ans de mandat présidentiel à partir de 2017, il a échoué. Le Peuple l’a désapprouvé », peste-t-il. Si Macky Sall  voulait tester une forme d’élection présidentielle, – sa participation est bien celle d’un candidat à l’élection présidentielle-, les résultats sont clairs. Et il s’explique : « Par rapport à un second tour de présidentielle, dont la mention, faut-il le souligner, a disparu de son projet de révision constitutionnelle, Macky Sall aurait obtenu 44,44% des suffrages  avec un taux de participation de 55% comme en 2012. Depuis 2012, Macky Sall a perdu 565.466 voix, soit 29,6% de son électorat en quatre ans », analyse-t-il, non sans souligner que Macky Sall avec BYY mis au pas ne sont plus majoritaires dans ce Sénégal.

Mouhamadou BA

Voir aussi

mame mbaye niang

SORTIE DE MAME MBAYE NIANG CONTRE ALIOU SALL- Un lieutenant de Mimi Touré exige sa démission

La sortie du Ministre de la Jeunesse, dans un quotidien de la place, continue d’alimenter …

Open