mamadou ndoye ld

RÉFÉRENDUM DU 20 MARS « Trop juste », selon  la Ld

La date du référendum arrêtée au 20 mars 2016 est jugée trop proche pour la Ligue démocratique (Ld). En effet, les « Jallarbistes » estiment qu’elle ne permet pas de préparer convenablement une campagne référendaire sérieuse avec des débats approfondis sur l’avenir institutionnel et politique du Sénégal.

La Ld n’approuve pas  la date de 20 mars 2016 avancée par le président de la République pour la tenue du référendum.  Considérant cette date trop proche, Mamadou Ndoye et Cie considèrent que cette date ne permet pas de préparer convenablement une campagne référendaire sérieuse avec des débats approfondis sur l’avenir institutionnel et politique du Sénégal. La Ld regrette également l’insuffisance, voire le manque de concertation sur les réformes soumises au référendum aussi bien au sein de la majorité présidentielle, la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY), qu’avec l’opposition républicaine et la Société civile. Selon la Ld, une telle concertation et un temps suffisant de préparation de la campagne référendaire auraient sans nul doute permis de créer, à défaut, un large consensus autour du projet de révision de la Constitution, tout au moins, un climat de meilleure intercompréhension et de confrontation rationnelle et sereine de points de vue qui permettraient au peuple sénégalais d’exprimer en toute connaissance de cause et en toute lucidité sa volonté souveraine sur la révision constitutionnelle en question. Se prononçant sur le maintien du mandat présidentiel à 7 ans, le secrétariat Permanent de la Ligue démocratique (Ld) constate que le président de la République, se fondant sur des arguments juridiques, a choisi de se conformer à l’avis du Conseil constitutionnel. Mais selon les «Jallarbistes », cette décision du président Sall engage notre pays dans une perspective contraire à son engagement et à la position de la Ligue démocratique (Ld) sur la réduction du mandat actuel renvoyant ainsi la tenue de l’élection présidentielle de 2017 en 2019. Face à cette nouvelle situation, Mamadou Ndoye et Cie ont décidé  de convoquer l’instance nationale de décision, le Bureau politique du parti, à la date du 05 mars 2016, à Dakar, afin qu’il examine et discute collégialement toutes les implications de la décision du président de la République au regard des enjeux et des perspectives pour le pays et pour la Ligue démocratique (Ld). Ceci, disent-ils, en vue d’adopter en conséquence et démocratiquement une position de sauvegarde des intérêts nationaux et du parti conformément à l’orientation, aux statuts et au règlement intérieur de notre organisation.

À signaler que la Ligue démocratique (Ld) a toujours défendu le principe du mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois, d’ailleurs en  droite ligne des conclusions des Assises nationales, d’une part, et d’autre part, conformément aux standards internationaux démocratiques les plus partagés. C’est pour ces raisons que la Ligue démocratique (Ld) avait soutenu, sans réserve et publiquement, l’engagement solennel du chef de l’État, plusieurs fois renouvelé, de réduire son mandat actuel de sept à cinq ans.

 

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …