images

Et si on en parlait…Référendum ? Un grand risque politique

Le plus lourd fardeau pour un chef d’État-chef de parti est l’accablement d’un électorat exigeant sur une question délicate. Et ce fardeau pèse lourdement sur les épaules de Macky Sall, élu pour un septennat mais pressé par l’opinion publique pour la tenue de sa promesse de faire un quinquennat.
S’il n’a pas encore donné une date précise, c’est en raison de la délicatesse du référendum. Les réformes probables à proposer ne semblent pas intéresser les citoyens. Seule la question du quinquennat ou du septennat retient leur attention.
C’est pourquoi, convoquer un référendum peut mener à un péril électoral dans le contexte politique actuel.
D’abord, le régime de Macky Sall n’a pas encore gagné en popularité nationale malgré les harangues, applaudissements, ovations et mobilisation de militants. Il n’a bénéficié d’aucun état de grâce. Il a cédé à l’euphorie en commettant l’erreur de s’appliquer un quinquennat. Or, un mandat de cinq ans pour lequel penche l’écrasante majorité des citoyens est une période trop brève pour ériger des infrastructures imposantes et opérer des ruptures radicales qui éloignent des tares du système politique personnalisé.
Ensuite, les Sénégalais en veulent plus aux gens du régime qu’à Macky Sall lui-même. Des insulteurs à gage, des polémistes inféconds, des opportunistes que rien n’illustre, des nomades de l’arène politique et des politiciens du chantage et de l’avantage peuplent l’Apr et la coalition alliée, mettant conséquemment à nu les infirmités politiques et les limites du régime.
En plus, tout ce que Macky Sall a conquis tombe des mains de ces gens dont les sorties médiatiques ponctuées de propos poissards et les actes publics désinvoltes l’indisposent lui-même et incommodent les grandes personnalités du régime qui forcent respect et admiration. Il l’a avoué.
Seulement, en voulant satisfaire ceux qui furent à ses côtés au grand combat qui l’opposa à Wade, Macky Sall a commis l’erreur d’installer à la tête d’institutions ministérielles et de services de l’État des personnes dont la seule évocation des noms provoque une hilarité générale. Leur seul mérite est de prendre leur part du butin.
Pire, la condescendance et l’arrogance de ces gens qui retroussent lestement leurs simarres de défenseurs de l’indéfendable et l’intellectualisme abstrait et abstrus des haut-lettrés du Palais ne permettent toujours pas à Macky Sall de convaincre si bien qu’il se voit dans l’obligation de profiter de manifestations religieuses de grande envergure pour conquérir l’influence confrérique.
Mais Macky est cérébral. Il a du génie. Il comprend naturellement les risques d’un référendum pour un quinquennat. Ce ne serait pas une réponse à un Oui ou Non mais une réaction du peuple électeur à une appréciation de son régime ou à son rejet.
Dans le contexte actuel, il suffit de regarder son parti l’Apr, son Gouvernement, ses députés et son entourage immédiat pour réaliser qu’un référendum pour un quinquennat ou un septennat est un grand risque politique.

Le Piroguier

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …