Accueil / POLITIQUE / RÉFÉRENDUM- Yoff installe son comité électoral

RÉFÉRENDUM- Yoff installe son comité électoral

Benno Bokk Yakaar  (Apr, Ps, Afp, Fecce Macci Boole, Bds…)  de la commune de  Yoff a procédé, hier, à l’installation de son comité électoral pour une vaste campagne en faveur d’un  « Oui » massif au soir du 20 mars.

Selon le Maire de Yoff, son leader ne sera pas le premier Président du Sénégal à rejeter l’avis du Conseil constitutionnel. « Depuis l’indépendance, aucun chef d’État n’a rejeté l’avis du Conseil constitutionnel », souligne-t-il. Comme pour répondre à l’opposition et à la Société civile qui appellent à voter ”Non”, il renseigne que le Président Macky Sall n’a jamais eu l’intention de faire un mandat de 7 ans. « Il ne faut pas qu’on essaie de bluffer les Sénégalais comme si le septennat était une option du Président Macky Sall. Le quinquennat a toujours été le souhait du chef de l’État », insiste-t-il. Le Maire Abdoulaye Diouf Sarr a procédé, hier, à l’installation du comité électoral de la commune de Yoff de la coalition BBY pour préparer activement le référendum du 20 mars. Il appelle le peuple Yoffois à sortir massivement pour voter  le « Oui » de la démocratie, d’un État de droit et de la citoyenneté. À l’opposition et la Société civile qui prêtent au président Sall de vouloir briguer un 3ème mandat, Abdoulaye Diouf Sarr soutient qu’il n’en n’est rien. « C’est de l’intox, l’option du troisième mandat n’a jamais été envisagée par le président Macky Sall », ressasse-t-il. Avant de renchérir : « Si le président est encore élu pour cinq ans, son mandat en cours sera comptabilisé dans les deux mandats. Il ne veut pas de troisième mandat parce que le mandat de sept ans conformément à l’orientation du Conseil constitutionnel sera comptabilisé ». Poursuivant, le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire ajoute :  « C’est le quinquennat que nous souhaitons pour les Sénégalais et nous avons dit dans la proposition faite au Conseil constitutionnel que nous voulons son applicabilité immédiate. Mais le Sénégal aussi s’adosse sur une loi fondamentale,  donc sur une constitution qu’il ne faut pas fragiliser. Nous ne devons pas conseiller au président Macky Sall d’être le premier chef de l’État depuis 1960 à déchirer l’avis du Conseil constitutionnel ». Avant de souligner « que  depuis Senghor, aucun chef d’État n’a tourné le dos à l’avis du Conseil constitutionnel qui garantit la stabilité nationale ». Selon le Ministre,  le président est allé dans le bon sens.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

COMMUNE DE KAMB Les conseillers municipaux à l’école de la gestion foncière

Dans le département de Linguère, pour une gestion efficiente du foncier dans sa commune, le …