17 avril, 2014
Accueil » SPORT » Réflexion contributive sur la nouvelle politique sportive au Senegal
Réflexion contributive sur la nouvelle politique sportive au Senegal

Réflexion contributive sur la nouvelle politique sportive au Senegal

REFLEXION CONTRIBUTIVE SUR LA NOUVELLE POLITIQUE SPORTIVE AU SENEGAL

Dans un monde qui exige de plus en plus de vitesse, de plus en plus de hauteur et de plus en plus de force, notre pays le Sénégal se doit d’accrocher le bon wagon, celui de la réforme. Elle seule, pourra objectivement permettre que nos performances sportives, se perpétuent au premier plan.

Si on se contente de mettre le doigt sur les problèmes visibles du sport sénégalais, on constate : le manque de moyens et d’ambitions, les infrastructures insuffisantes et mal gérées, l’absence de résultats lors de telle ou telle compétition internationale, l’amateurisme régnant dans certaines fédérations, etc.

Cependant notre réflexion part de la nouvelle politique sportive, dégagée par son Excellence le Président de la République Monsieur Macky Sall, dans son programme de « Yonou Yokouté » suivant quatre axes : la modernisation du sport à travers une bonne gouvernance, le financement, les infrastructures et la formation.

I/MODERNISATION DU SPORT

Le sport sénégalais est malade de sa gouvernance, et ce n’est un secret pour personne. Il serait illusoire de croire en des jours meilleurs, pour nos disciplines sportives, sans améliorer la gouvernance dans sa globalité.

Les fédérations sportives doivent être le partenaire naturel et essentiel du Ministère des sports, elles doivent travailler conjointement et étroitement avec leur tutelle, et aussi coopérer activement avec toutes les organisations, qui pourraient les aider à atteindre un meilleur niveau de gouvernance. Ainsi, il y’ a manifestement un recadrage à faire avec chaque fédération, pour revenir à l’essentiel de sa raison d’être.

Dans ce sens, l’Etat doit consentir des efforts pour l’accompagnement des structures fédérales, à travers la signature d’un contrat programme, propre à chaque Fédération sportive qui fixe les objectifs à réaliser, les méthodes de travail, l’encadrement des sportifs et des techniciens, ainsi que les moyens sans précédent alloués.

II/FINANCEMENT DU SPORT

Comment et où trouver, à court et moyen terme, de nouvelles sources de financement pour le développement du sport sénégalais?

Dans le cadre de la nouvelle politique sportive au Sénégal, l’heure est à la recherche de toutes les bonnes idées, de toutes les bonnes volontés pour développer le sport par la solidarité dans un élan national.

Comme on peut le voir, la vie d’une nation n’a de sens que par l’éveil des consciences. Pour notre pays le Sénégal, notre devise nationale l’illustre si bien : un peuple, un but, une foi.

Donc pour apporter une solution à la problématique du sport, la mise en place d’un fonds national de solidarité sportive (FN2S) est plus que de rigueur.

La création du Fonds National de Solidarité Sportive (FN2S), issue de la réflexion entreprise, constitue une grande contribution à l’invite de Monsieur le Président de la République Macky Sall pour un Sénégal émergent.

Elle repose sur une participation de l’Etat, des collectivités locales, du mouvement sportif et des entreprises publiques et privées…, suivant des fonds de dotation alloués à chacune des fédérations, sur la base d’ un programme bien défini, allant dans le sens du développement de sa discipline. Leur action conjuguée, devra permettre un financement solide du sport dans son ensemble : professionnel, amateur ou de masse. Car les moyens doivent irriguer l’ensemble du corps sportif, de la tête (le sport d’élite) aux racines (le sport de masse) en passant par le tronc (le sport amateur).

La gestion de ce fonds nécessitera, la mise en place d’un conseil d’administration qui devra coiffer les différentes commissions d’alimentation du fonds de l’utilisation du fonds et du contrôle de ce fonds.

III/INFRASTRUCTURES SPORTIVES

L’existence d’infrastructures sportives dignes de ce nom est devenue une impérieuse nécessité pour mener à bien la nouvelle politique sportive initiée par son excellence Monsieur Macky Sall Président de la République.

Cependant, le projet de développement des infrastructures sportives entamé, engendre en aval un problème assez épineux, celui de la maintenance et de l’entretien. Autrement dit, il s’agit de présenter ces infrastructures de façon à ce qu’elle continue à être opérationnelles, modernes et conformes aux normes établies. Et pour cela l’Etat doit :

- former des techniciens et un personnel spécialisé dans la maintenance des installations sportives, dans le domaine de la construction, du gazonnage, de l’éclairage, de l’arrosage et de la réparation, ainsi que dans la maîtrise des différentes techniques d’exploitation. Il faudra également la mise en place d’un programme rationnel dans l’utilisation des installations sportives pour les matches et entraînements.

- appeler les clubs, ligues, fédérations, joueurs et public sportif à respecter et à faire bon usage des biens publics, notamment les installations sportives, à rationaliser l’exploitation de leurs espaces et de leurs équipements, et à faire preuve de comportement civique de manière à les protéger contre la négligence, la nuisance et le vandalisme. Pour ce faire, l’appui des médias est d’une impérieuse nécessité.

- appeler à l’implication du public sportif et des publicitaires dans le financement de la maintenance de l’infrastructure sportive, à travers l’allocation d’une partie des ressources de la publicité et de la vente des billets à cette fin, et aussi promouvoir le naming.

- exhorter toutes les parties concernées et les autorités régionales à organiser des campagnes de volontariat régionales, d’entretien et de maintenance des installations sportives avant le démarrage de chaque saison sportive, avec la participation de tous les clubs, associations sportives, de jeunesse et du public en général, afin d’assurer l’entretien et la maintenance de ces équipements en matière de nettoyage, d’embellissement et d’amélioration de l’environnement.

IV / FORMATION

L’urgence commande, de mettre en place un centre national de développement sportif qui remplace l’actuel CNEPS de Thiès. Il convient en effet de centraliser les moyens et les compétences afin de grouper nos athlètes de haut niveau et de faire en sorte qu’ils soient dans les meilleures conditions de performance. Ce centre sera notamment chargé de former les sportifs et entraîneurs de haut niveau, dont le statut professionnel aura été préalablement redéfini.

Un tel site, s’il venait à être mis sur pied, aurait l’avantage de concentrer les meilleurs entraîneurs, cadres et scientifiques, ainsi que la plupart des sportifs de haut niveau en exercice et en devenir et ce, dans un seul et même endroit, ce qui permettrait à la fois de faire des économies tout en garantissant une politique efficace. Le centre consisterait à la fois en un lieu d’entraînement, de formation des entraîneurs et des cadres des clubs sportifs (y compris les bénévoles), mais aussi en un lieu de réflexion et d’études dans diverses matières (management, technique d’entraînement lutte contre le dopage, médecine du sport, éducation physique, psychologie sportive, coaching, etc.), de préférence en collaboration avec les centres universitaires.

CONCLUSION

Comme nous venons de le voir l’heure est aux grandes réformes pour une politique globale du sport dans le cadre de la construction d’un Sénégal émergent. C’ est pourquoi nous devons en faire une affaire nationale, c’est ce à quoi son Excellence Monsieur le Président de la République Macky Sall invite tous les sénégalais pour ainsi vivifier notre devise nationale : un peuple, un but, une foi.

Sur le plan sportif, il est évident que pour réussir, cela passe par plusieurs leviers tels que, une meilleure gouvernance du système sportif, la mise en place du fonds national de solidarité sportive (FN2S), la promotion et la réalisation d’infrastructures sportives de qualité, avec une bonne politique de maintenance, le renforcement et l’amélioration des ressources humaines, la promotion de l’excellence sportive qui permettra au Sénégal de rehausser sa participation aux compétitions internationales, la promotion du sport de masse, ainsi que du sport scolaire et universitaire.

Youssoupha SY

Manager des Sports et des loisirs diplômé de l’ESC de Grenoble

Professeur certifié d’Education Physique et Sportive (EPS)

Ex Directeur de la Piscine Olympique Nationale de Dakar

Tel : 77 642 74 13

e-mail : youssousy@gmail.com