ACTUALITE

REFORME DES CCIA Pourquoi Serigne Mboup n’en veut pas ?

  • Date: 4 septembre 2015

Le ton est grave et le propos vif. Dans une longue diatribe, le  président de l’Union Nationale des Chambres de Commerce du Sénégal assimile la réforme les chambres de commerce et d’agriculture comme la mort du petit cheval.
En réalité, depuis quelques temps, des divergences opposent le patron du Cnp au président l’Union Nationale des Chambres de Commerce du Sénégal. Au point de les éloigner des objectifs communs assignés à leurs institutions. A l’origine de leur désaccord, la réforme proposée par Baïdy Agne de séparer les Chambres d’agriculture de celles de commerce, d’industrie.  «Il n’y a pas besoin de réformer. C’est du théâtre, je vous le dis carrément,  pour que les choses soient claires. Pour moi, ça n’a pas de sens», s’esclaffe de nervosité Serigne Mboup. Sur un ton très corrosif, Mboup de cracher son venin sur le Cnp : «Nous devons apprendre à respecter les chambres consulaires et à ne pas les minimiser. Vu qu’elles sont honorées partout dans le monde. Elles sont la porte d’entrée de tout opérateur économique, petit ou grand, local ou international».  Il est même sidéré de voir que  le Sénégal perd beaucoup de temps et d’argent dans des réformes, qui, à la fin n’aboutissent sur rien. A son  humble avis, les textes  régissant les CCIA sont bons, voire très bons. Seulement, dit-il, il leur faut plus de moyens. «Mais, nous devons jouer pleinement notre rôle à l’image des chambres des autres pays de l’Uemoa». Aussi tient-il  à attirer l’attention du Cnp sur le fait qu’aucune des chambres ne traverse une crise institutionnelle ou financière à part la chambre de commerce de Dakar, dont la crise trouve son origine dans un conflit opposant les membres d’organisation privées ici présents qui a abouti à l’annulation par la Cour suprême des résultats du vote de certaines sections. A Baidy Agne, il lui fera savoir que  le commerce n’est pas un métier, mais un service. «On nous a donné des attributions pour représenter les entreprises, les industries de commerce et d’agriculture. Nous apportons notre concours au niveau des associations pour défendre ensuite leurs intérêts. Aujourd’hui, si cette initiative est prise dans l’intérêt de l’ensemble des activités commerciales et industrielles, nous le défendrons ensemble. Notre rôle, en tant que chambres de commerce est de créer un cadre de concertation avec les associations». La réforme n’est pas encore à l’ordre du jour !

Rewmi.com

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15