Accueil / ECONOMIE / Réformes institutionnelles : Cherche champion, désespérément

Réformes institutionnelles : Cherche champion, désespérément

La communauté des bailleurs de fonds ne se satisfait pas du rythme des réformes pour améliorer l’environnement des affaires dans ce pays. Bien que tenus par le devoir de réserve, nombreux sont ceux qui considèrent que les choses devraient se faire à un rythme plus soutenu, si l’on veut vraiment doter le Sénégal d’un environnement de classe internationale.

Source : Le Quotidien
Mme Regina Brown du Projet croissance économique de l’Usaid, traduit la pensée des membres du groupe thématique des bailleurs de fonds sur le secteur privé, en constatant que «dans ce pays, il manque pour le moment, quelqu’un qui a la capacité d’insuffler la volonté de mettre en œuvre les réformes nécessaires pour améliorer la compétitivité du pays». Les partenaires constatent que, malgré ses belles paroles et toute sa bonne volonté, l’Apix n’a pas assez d’autorité pour contraindre tous les ministres à faire ce qu’elle veut. Pour avoir force de loi, les décisions doivent passer par le président de la République, ce qui les retarde d’autant. La preuve, il aura fallu des pressions de près de quatre ans pour que les changements soient apportés dans les délais de création d’une entreprise, dont se vante Mme Niane. Combien de temps faudra-t-il pour connaître des progrès sur les autres indicateurs de Doing Business ?

L’autre motif d’inquiétude, c’est bien sûr, l’instabilité institutionnelle des départements qui doivent réaliser les réformes. En sept ans, un ministère comme celui du Commerce, a connu 6 titulaires, sans compter ceux qui se sont succédé au ministère de l’Industrie et ailleurs. Les gens n’ont pas le temps de s’approprier les dossiers et de les défendre, qu’ils sont déjà obligés de plier bagages…


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …