Accueil / Confidences / Refusons la censure et que se poursuive le débat sur l’endettement du Sénégal! – Par Abdoul Mbaye-

Refusons la censure et que se poursuive le débat sur l’endettement du Sénégal! – Par Abdoul Mbaye-

A l’intérieur de sa zone économique, le Sénégal a le taux d’endettement (dette publique globale par rapport au PIB) le plus élevé après le seul Togo – Les affirmations du Président Macky Sall faussent le débat

C’est bien dommage de le voir perdre sa sérénité face à un débat d’une importance capitale et que, à ce titre, il ne faut surtout pas esquiver. L’endettement d’un pays, c’est non seulement le financement des politiques publiques, des investissements nécessaires à la croissance et au développement, mais c’est aussi l’avenir des générations futures que l’on ne doit compromettre.

Ce débat doit donc être constant. Non seulement à l’Assemblée nationale où des représentants du peuple sont censés siéger, mais également dans toutes les sphères de la société et chez les partenaires qui aident le Sénégal. Il ne peut être arrêté, non plus suspendu par quiconque, fût-il Président de la République. Et encore moins quand ce dernier se trompe dans l’argumentaire utilisé pour décréter sa censure.

Le surendettement est une notion plutôt vague. Il n’est véritablement constaté que lorsque l’insolvabilité, c’est à dire l’impossibilité d’honorer les échéances de sa dette est établie. L’inconvénient c’est qu’il est alors déjà trop tard. Par conséquent laissons vivre le débat avant qu’il ne soit trop tard.

Commençons par évoquer le surendettement. Il est un processus. Il s’analyse par des comparaisons historiques qui ont conduit à l’établissement de normes. Il est relatif. Le Sénégal appartient à un ensemble géographique et économique plutôt homogène au sein duquel une norme existe. Ainsi, au sein de l’UEMOA, parmi les critères de premier rang, figure celui de l’encours de la dette intérieure et de la dette extérieure par rapport au PIB nominal. Il doit être inférieur ou égal à 70% en 2019. A titre d’exemple, une norme identique existe au niveau de la zone économique européenne, mais elle y est fixée à 60%.

A l’intérieur de sa zone économique, le Sénégal a le taux d’endettement (dette publique globale par rapport au PIB) le plus élevé après le seul Togo. Ce taux était de 60,6% en 2016 et devrait atteindre 61,1% en 2017. Il progresse pour le Sénégal alors qu’il baisse pour le Togo passant de 89,8% à 79,7%. Les moyennes respectives pour l’UEMOA sont 48,1% et 49%. Certes une réévaluation attendue du PIB, dénominateur de tous ces ratios, rétablira les fondamentaux du Sénégal. Mais pour que la comparaison conserve son sens il faudra que tous les autres pays de l’UEMOA fassent de même. La bonne logique devrait alors conduire à la révision des normes actuellement en vigueur.

Sans risque d’être démenti, on peut donc affirmer qu’au sein de l’espace UEMOA, le Sénégal est en situation de surendettement global relatif. Il ne peut que recevoir des conseils de prudence, et c’est ce que fait le FMI. C’est aussi le rôle de l’opposition d’appeler à la modération avec le souci de préserver des marges de manœuvre pour le futur.

L’argument suivant est souvent entendu : « nous avons encore de la marge puisque nous n’avons pas atteint les 70% ». Cela fait penser à ce chauffard lançant sa voiture à pleine vitesse, refusant de ralentir malgré des appels à la prudence et qui leur répond : « tant que je n’ai pas cogné un arbre, je puis continuer d’accélérer »… Ce moment pour un État est celui de son insolvabilité ou de sa faillite. C’est le moment où l’État n’est plus en mesure de respecter ses échéances de dette parce que ses revenus ne sont plus suffisants pour les couvrir et dans le même temps assurer son fonctionnement. Sont alors concernées aussi bien les échéances (intérêts et remboursements de capital) de la dette intérieure que celles de la dette extérieure.

C’est précisément là que les affirmations du Président Macky Sall faussent le débat avant sa demande de le clore. Il ne prend en compte que la dette extérieure pour apprécier le risque d’insolvabilité, et la presse de le citer : « …si l’on considère les critères et les normes de viabilité retenues pour la dette publique au plan international, deux critères restent fondamentaux. Premièrement, c’est le service de la dette extérieure, sur les recettes budgétaires. Il faut qu’on soit capable de rembourser la dette. Si vous prenez ce ratio, nous sommes à 10.9% et la norme est de 30%. Donc où est le débat ? » Le Président Macky Sall a réduit les taux à dessein en excluant la dette intérieure de ses calculs. On savait depuis longtemps que son régime BBY a décidé de privilégier l’étranger par rapport à ses entreprises nationales.

On constate qu’il est prêt à les sacrifier en les excluant de la norme de remboursement de la dette. La dette intérieure n’aurait pas d’importance. Il ne serait pas nécessaire de s’alarmer de son accumulation, non plus de son service et donc de ses arriérés. En économie cela correspond à une éviction du secteur privé national et à la possibilité de la mise en branle d’un processus de mort économique lente : l’émergence économique d’une nation ne peut exclure son secteur privé ; le détruire c’est transformer toute croissance en chimère.

Le Président de poursuivre : « …deuxièmement le ratio de la dette extérieure sur les exportations de biens et services : la norme est de 20% et nous sommes à 9.1%. ». L’usage de ce second ratio confirme sa volonté de réduire la perception du risque de surendettement. Ce ratio mettant en rapport le service de la dette extérieure et les exportations de biens et services (et donc les flux alimentant les réserves de change du pays) ne manque certes pas de sens. Il est par contre peu pertinent dans le cas du Sénégal pour l’appréciation d’un risque d’insolvabilité de l’État. Tout d’abord, et si ces données sont exactes, il serait plus raisonnable de rappeler que les importations de biens et services par le Sénégal sont supérieures de 50% aux exportations de même nature : il n’y a donc pas constitution nette de cette nature de réserves par notre pays pour pouvoir supporter les échéances de la dette. Et d’ailleurs à rester dans cette logique le stade de surendettement serait déjà atteint et largement dépassé du fait d’une balance nette négative…

Rappelons enfin que le Sénégal appartient à une union monétaire caractérisée par la mise en commun des réserves des huit pays qui la constituent. Il les utilise quand il n’en possède plus, ce qui constitue un premier « filet de sécurité » et une première couverture de risque. Lorsque la Banque centrale en charge de la gestion des réserves communes n’en dispose plus, des mécanismes internes lui permettent de continuer à en mettre à la disposition des États membres de l’Union : c’est un second « filet de sécurité ».

Ce second ratio utilisé par le Président est donc peu pertinent au regard de la structure de la balance des paiements extérieurs du Sénégal. Mais il l’est aussi au plan de l’appréciation du risque d’insolvabilité du Sénégal en raison de son appartenance à l’UEMOA. Il n’a d’intérêt que parce qu’il lui permet de masquer un surendettement en cours par l’usage d’une valeur plus faible en pourcentage. Mais puisque le Président de la République retient de se limiter à la seule appréciation de la dette extérieure du Sénégal, suivons-le un instant dans sa logique et comparons l’endettement extérieur du Sénégal à celui des autres pays de l’UEMOA, car c’est bien dans cet espace que se trouvent notre norme et notre exigence de discipline. On découvre, cette fois avec un peu d’anxiété, que le Sénégal est le plus endetté parmi les huit pays membres : le taux de sa dette extérieure par rapport au PIB atteint 40,2% en 2016 et devrait se chiffrer à 48,1% en 2017. La moyenne pour l’ensemble de l’UEMOA est de 27,6% en 2016 et atteindrait 31,2% en 2017. Le Sénégal est une fois et demi plus endetté que le reste de l’Union.

On peut donc en déduire une situation de surendettement relatif pour ce qui a trait également à sa dette extérieure. Ayons l’élégance d’accepter que le FMI a raison de s’alarmer d’un taux de service de la dette qui évoluerait de 24% en 2014 à 30% en 2017. Ce sont les chiffres corrects, ceux qui ont du sens pour évaluer les risques pesant sur le maintien de la croissance économique sénégalaise autant qu’elle existerait. Par la voix de son chef, l’État du Sénégal a sans doute ainsi rappelé ses priorités.

Comme annoncé, l’année budgétaire à venir sera « sociale » parce que précédant une élection présidentielle. La priorité sera donnée au remboursement de la dette extérieure et aux dépenses sociales (électoralistes). Nul doute que les arriérés sur les entreprises du secteur privé s’accumuleront si cela n’est pas déjà effectif. C’est une autre manière de masquer une faillite si elle devait arriver. Nos compatriotes doivent comprendre à quel point ce régime fait prendre des risques à l’économie sénégalaise dès lors qu’’il considère pouvoir continuer à s’endetter à l’extérieur au regard d’une marge que lui laisserait un ratio de « 10,9% contre une norme de 30% ».

Citoyens, patriotes et partenaires du Sénégal, refusons cette censure que l’on veut nous imposer ! La démocratie, c’est le débat ! Le débat sur l’endettement, c’est un débat sur le destin de la nation

À voir aussi

Financement de l’éducation au Sénégal et prise en charge des besoins de l’école : un défi redoutable (Par Par Amadou Sy)

Le Sénégal est l’un des rares pays africains, aidé de ses partenaires et des parents …

La surenchère électoraliste de l’opposition : Notre réponse par l’action (Par Par Hady TRAORE)

L’opposition a encore sacrifié à la basse coutume qui consiste à s’agiter furieusement à l’approche …