Accueil / SOCIETE / REGROUPEMENT DES CHAUFFEURS DE SAINT-LOUIS  Risque de foire aux empoignades entre deux camps

REGROUPEMENT DES CHAUFFEURS DE SAINT-LOUIS  Risque de foire aux empoignades entre deux camps

 Depuis l’annonce de la victoire de Birane Seck sur Vieux Alioune Mbodj, depuis des années, président  du regroupement des chauffeurs et transporteurs de Saint-Louis, le flou est presque total.

«Trop c’est trop et nous exigeons la lumière dans cette affaire. On a des doutes sur ce qui se passe dans ce dossier depuis qu’on a annoncé notre victoire et on ne comprend pas qui fait quoi. C’est pourquoi nous interpelons la justice à lire le droit», a dit Pape Fall porte-parole du jour de ses collègues. Le secrétaire général du regroupement, Alassane Ndoye, avait  pourtant installé le nouveau président, Birane Seck qui a remporté les élections. Mais, c’était sans compter avec la détermination de Vieux Alioune Mbodj qui  avait introduit un recours au niveau du tribunal régional. Hier, l’affrontement a été évité de justesse. Le camp de Birane Seck était à deux doigts d’investir le siège qui se trouve à la gare routière pour déloger les partisans de Vieux Alioune Mbodj. Mais, des hommes conscients du même camp ont du sermonné les visiteurs pour jouer l’apaisement.  Si dans la ville, le silence des autorités locales est flagrant pour trancher définitivement cette affaire, il est évident que la tension est vive entre le camp de Seck et celui de Mbodj, tous du regroupement des chauffeurs de Saint-Louis, affilié à la Cnts. Désormais, ils se regardent en chiens de faïence et hier, le camp de Birane Seck a perturbé la quiétude de la gare routière pour dénoncer ce qu’il appelle «un hold-up électoral» dont leur mentor semble être victime depuis l’annonce de sa victoire au poste de Président du regroupement de la région.

Le flou s’est installé depuis la cérémonie de passation des services, tenue hors de la gare routière. Mieux, Vieux Alioune Mbodj avait boycotté cette rencontre. Aucune rencontre n’a été convoquée entre les deux parties pour arrondir les angles. L’autorité préfectorale avait même sorti un papier administratif, interdisant l’installation dans les bureaux du regroupement sis à la gare routière prenant comme motif un risque de trouble à l’ordre public. Pour le gouverneur de la région, le dossier est pendant en justice.

Ousseynou DIOP

Share This:

À voir aussi

RESTAURATION ET REHABILITATION DES MEDERSAS DE FES La Médina subit son lifting

Un pan du patrimoine historique de la ville de Fès, capitale spirituelle du royaume chérifien, …