Accueil / POLITIQUE / Régularité des législatives : Une nouvelle alliance de l’opposition voit le jour

Régularité des législatives : Une nouvelle alliance de l’opposition voit le jour

Un nouveau front politique vient de voir le jour. Il regroupe, pour l’essentiel, des partis d’opposition qui ont décidé de ne pas boycotter les élections législatives. On y retrouve Talla Sylla de la coalition Alliance Jëf-Jël-Union citoyenne ; la coalition Takku défaraat Sénégal ; Ferñent/Mtps (Rps) (une scission née du Rta/S) ; Unp-Mouvement Tekki (conduit par Me Ndèye Fatou Touré) ; le Mrds de l’imam Mbaye Niang et le Res « Les Verts »…

Source : Le Soleil
Hier, la coalition a tenu une conférence de presse au siège du Jëf-Jël, sis à la Sicap Amité 3 (avenue Bourguiba) pour décliner sa feuille de route et, surtout, interpeller le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales pour la garantie du scrutin devant désigner les députés à l’Assemblée nationale.

Le nouveau cadre est dénommé « Coordination pour la régularité et la transparence des élections ». Le Crte déclare qu’elle est disposée « à travailler sans relâche, à utiliser toutes les ressources disponibles pour que notre pays puisse avoir une Assemblée nationale légitime, crédible, honorable et qui joue pleinement son rôle de représentation dans notre système démocratique ».

Le plus important est que cette nouvelle coalition a soumis à Me Ousmane Ngom, le ministre de l’Intérieur, un mémorandum « portant sur les points essentiels pour une meilleure sécurisation du processus électoral, tout en lui demandant d’ouvrir des concertations dans les meilleurs délais ».

Dans leur déclaration liminaire, ils disent que : « soucieux de la préservation de la paix et de la stabilité, nous avons décidé de mettre sur pied une structure dénommée Coordination pour la régularité et la transparence des élections ; pour, d’une part, proposer de manière concertée des mesures correctrices et, d’autre part, asseoir les bases pour renforcer et crédibiliser notre système électoral ».

Lors de la dernière présidentielle, ils disent avoir constaté : « plusieurs manquements dont les plus significatifs découlent de la constitution du fichier, du déroulement du vote et de la transmission des procès-verbaux ».

Pour résumer, Talla Sylla a déclaré qu’ils attendent que « les autorités les reçoivent ». Dans le mémorandum soumis à l’attention du locataire de la Place Washington, le Crte veut la tenu des législatives à date échue ; le fonctionnement des bureaux de vote dans le délai légalement imparti (de 8 heures à 18 heures), sans prolongation aucune ; la mise à disposition dans les commissions de distribution de toutes les cartes d’électeur des citoyens inscrits et n’ayant pas encore retiré leurs cartes, entre autres exigences.

Le professeur Ely Madiodio Fall, en verve, a résumé en une phrase les griefs du Crte : « respecter le Code électoral dans sa totalité ». Cette nouvelle coalition souhaite une concertation permanente entre le ministère en charge de l’organisation des élections, la Cena, en charge de leur supervision, les partis politiques et mouvements ayant des listes pour les élections législatives et certaines organisations de la Société civile.

Pour autant, le Crte n’entend pas s’inscrire dans une logique de confrontation avec les partis de l’opposition, qui ont décidé de boycotter les législatives du 03 juin 2007. Juste, à leurs yeux, une question de lecture politique…


À voir aussi

«Assassinat de Karim»: Lamine Bâ demande au procureur de s’autosaisir

La révélation sur le projet d’assassinat de Karim Wade en 2011 ne doit pas rester …

Présidentielle 2019: Sonko dévoile son programme