Accueil / SOCIETE / RÉGULARITÉ ET TRANSPARENCE DES LÉGISLATIVES : Me Ousmane Ngom rassure

RÉGULARITÉ ET TRANSPARENCE DES LÉGISLATIVES : Me Ousmane Ngom rassure

Toutes les dispositions ont été prises pour garantir la régularité et la transparence des législatives du 3 juin, a rassuré le ministre de l’Intérieur, Me Ousmane Ngom, à l’issue de sa rencontre, mercredi, avec les partis et coalitions de partis composant la Crte/Na Jub, autrement dit la Coordination pour la régularité et la transparence des élections.

Source Le Source
C’est, en effet, suite au mémorandum en treize points, adressé au ministre en perspective des échéances du 3 juin et après examen du document, que Me Ousmane Ngom a accédé à la demande de la Crte en décidant d’échanger avec ses responsables.

Se félicitant d’entrée de jeu de l’initiative, le ministre a saisi l’occasion pour inviter Ngane Diouf, porte–parole de ladite coordination, à exposer ses vœux face aux enjeux. Ce dernier s’est tout de suite inscrit en faux contre l’option du boycott avant d’exhorter Me Ousmane Ngom à dresser l’ensemble des mesures prises pour la bonne tenue du scrutin.

S’agissant de l’organisation des élections à date échue, le ministre de l’Intérieur a réitéré l’engagement du gouvernement à respecter scrupuleusement les dispositions prévues le 3 juin 2007 avant d’annoncer que le matériel électoral sera éclaté le 20 mai prochain sur l’ensemble du territoire national. Me Ousmane Ngom a surtout dissipé les craintes de la Crte en soulignant que le gouvernement entend se conformer aux règles du Code électoral, même si, par ailleurs, l’opposition a introduit un recours au Conseil d’État. Abordant le fonctionnement des bureaux de vote et la prolongation du scrutin, le ministre a fait remarquer que l’article R 49 du Code électoral résout le problème en donnant latitude à l’autorité administrative de proroger ou non le vote. À cet effet, les appréhensions de la Crte ont été motivées par des cas de vote tardif à Fatick où l’électricité faisait défaut. Mais, encore une fois, Me Ousmane Ngom a renvoyé la Crte à l’autorité administrative face aux situations particulières et même aux représentants de partis qui, à l’occasion, peuvent requérir la force publique pour faire respecter les dispositions du Code électoral. En ce qui concerne la diminution du nombre des votants dans les bureaux, il a estimé qu’il faudrait passer, le cas échéant, de 12.000 à 20.000 bureaux ce qui n’est pas sans poser problème. Le ministre de l’Intérieur a, par ailleurs, saisi l’opportunité pour annoncer que des sanctions ont été prises à l’encontre de tous les responsables épinglés pour manquement par rapport aux dispositions du Code électoral. En ce qui concerne la mise à disposition des cartes d’électeurs, celles-ci se trouvent au niveau des commissions, et il y a aujourd’hui moins de 180.000 cartes qui n’ont pas été retirées a déclaré Me Ousmane Ngom. D’ailleurs, selon le directeur de la Daf, les cartes de la dernière révision seront disponibles dans la semaine. La question des photos devant être apposées sur les listes d’émargement a en outre retenu l’attention de la Crte. Cependant, le ministre s’est voulu franc à ce sujet en affirmant l’impossibilité matérielle d’une telle option après un sacrifice de 20 milliards de F.Cfa consenti par l’État. L’encre indélébile a été retenue par rapport au Spray proposé par la Crte car fiable, selon Me Ousmane Ngom qui a profité de la rencontre pour annoncer l’amorce du processus de formation des présidents et représentants des bureaux de vote dans les jours à venir. Enfin, le ministre s’est encore une fois félicité de la démarche positive et républicaine des responsables de la Crte, tout en espérant qu’elle fera tache d’huile.


À voir aussi

Mort de Fallou Sène: Me Assane Dioma avocat de la famille

Les parents de feu Fallou Sène, tué par balle lors des affrontements entre forces de …

Revue de presse des journaux du samedi 19 mai

Les journaux parus ce samedi reviennent sur la crise qui secoue les universités publiques suite …