POLITIQUE

Rejet du vote du compte administratif 2014- la gestion de Badara Mamaya Sène entachée

  • Date: 6 novembre 2015

La nouvelle recrue du président Macky Sall a des soucis en perspective. En effet, réuni hier pour se pencher sur la validation des comptes administratifs des deux dernières années, la nouvelle équipe municipale de Rufisque, a rejeté le compte administratif de 2014, qui équivaut aux derniers comptes laissés par Badara Mamaya Sène. Des fautes de gestion graves sont décelées. Du coup, des menaces planent sur la tête de l’ancien édile de Rufisque. Et des rapprochements sont vite faits sur le rapprochement de l’arbitre de la mouvance présidentielle et ces « cafards trouvés dans sa gestion  »

La gestion de Badara Mamaya Sène de la mairie de Rufisque a été contestée et attaquée hier par des conseillers municipaux de la Ville de Rufisque.Convoqué pour  voter deux comptes administratifs couvrant respectivement la période du 1er janvier au 31 juillet 2014 et celle allant du 1er août au 31 octobre 2014. Ce qui a le plus retenu l’attention, c’est le temps consacré au premier compte décrivant l’exercice du maire sortant et qui a finalement été rejeté. C’est ce qu’a  fait l’adjoint au maire Pathé Ndiaye, selon qui, en pleine réunion municipale, a pris la parole pour lancer : « il y a quelques mois, nous avons adopté le compte administratif de l’année 2013 qui était excédentaire. C’était toujours l’ancienne équipe. Aujourd’hui, on nous présente son dernier parcours avec un déficit qu’on n’arrive pas à comprendre. 736 millions de déficit sur à peine 5 à 6 mois de gestion. Renversant et scandaleux ! », selon l’ancien patron du Bureau organisation et méthode (Bom) du temps du président Diouf,   poussant ainsi la majorité des conseillers municipaux présents  à rejeter ce compte.

Dans le rapport présenté au conseillers, il est mentionné que le budget primitif 2014 de la ville de Rufisque au 31 juillet, s’équilibrait en recettes et en dépenses à la somme de  7 milliards 332 millions 561 mille 079 francs Cfa dont 6 milliards 063 millions 820 mille 719 francs Cfa en fonctionnement et 1 milliard 268 millions 740 mille 360 francs Cfa en investissements.

Mais, le même rapport, signé par le maire Daouda Niang, note cependant des impairs. En effet, les recettes de fonctionnement recouvrées au 31 juillet sont à hauteur de 36,88%. Tandis que pour les recettes d’investissements, elles sont de 21,01%. Pendant ce temps, les dépenses de fonctionnement au 31 juillet 2014 ont été exécutées à hauteur de 49,03% et les dépenses d’investissements exécutées à un niveau de 20,25%.

Du coup, la différence entre les recettes de fonctionnement recouvrées et les dépenses de fonctionnement exécutées au 31 juillet 2014, fait état d’un déficit de fonctionnement de 736 millions 615 mille 856 francs Cfa. Alors que le résultat d’investissements est excédentaire de 9 millions 748 mille 453 francs Cfa. Ainsi, selon le rapport présenté par le maire, le cumul des résultats de fonctionnement et d’investissements de la gestion 2014 au 31 juillet, donne le résultat global de l’exercice 2014, arrêté à cette date. Ce résultat correspond à un déficit de 726 millions 867 mille 403 francs Cfa. L’ancien directeur général du Port autonome de Dakar de signaler par conséquent qu’il lui est difficile de voter le compte administratif. « Je voudrais en toute responsabilité, dire ici, qu’il m’est difficile d’adopter ce compte administratif. Ma responsabilité personnelle et ma responsabilité au sein du bureau, ne me permettent pas d’adopter sans avoir les explications nécessaires sur l’exécution de ce budget parce qu’il s’agit de fonctionnement », continuera-t-il.

D’ailleurs, il est d’avis qu’il est urgent d’informer la population sur ce qui se passe ; avant d’interpeler le maire. « La réalité, il faudrait monsieur le maire, que nous informions nos camarades conseillers et par delà, les populations de Rufisque. Ce déficit plombe la gestion actuelle de la ville notamment sur le budget 2015 parce qu’il a fallu combler et rembourser le déficit. Les difficultés que nous vivons actuellement, sont en partie dues à ce déficit qu’on a dû combler au cours de l’exercice 2015. Donc, nous sommes partis en 2015 avec 700 millions de recettes qui étaient attendues. Aucun investissement parmi tout ce qu’on avait planifié ici dans le plan d’urgence», explique-t-il.

Un autre adjoint au maire et par ailleurs maire de Rufisque-Ouest est allé plus loin dans cette affaire, en ne « rejetant pas la possibilité de contacter au nom des populations l’Ofnac ou la Cour des Comptes pour se pencher sur cette gestion, tout au moins grave ». Signalons enfin que l’Ige était dans les murs de la Ville de Rufisque, il y a juste trois mois avant la déclaration de soutien de l’arbitre à la mouvance présidentielle; un soutien que certains dans la salle n’ont pas manqué de lier. Affaire à suivre.

Djiby GUISSE

Les alliés de l’ancien Maire réagissent et parlent de « discours politicien »

La réaction du camp du maire sortant ne s’est pas fait attendre. Et déjà en plénière  ils n’ont pas manqué de prendre la parole pour défendre leur mentor absent du territoire national. En effet, pour Djiby Sow,  qui était adjoint au Maire du temps  de Badara Mamaya Sène  ce que Pathé Ndiaye dit, n’est ni plus ni moins qu’une position politicienne qui est très loin de la réalité. Pour lui « si on aujourd’hui, on veut pour des raisons politiciennes, faire comprendre aux populations de Rufisque que tous les problèmes et difficultés que cette mairie est en train vivre sont consécutifs à une mauvaise gestion que l’ancienne équipe municipale a eu à faire, je suis désolé mais ce n’est pas la réalité ». Poursuivant, l’ancien adjoint au Maire déclare que,« les techniciens qui ont travaillé sur le compte, on eu accès au compte de gestion. On l’a dit, c’est arrêté au 31 Juillet mais, l’arrêt ne peut pas être radical, net et figé. Il faut certainement qu’il y ait un empiètement sur une gestion par rapport à une autre » Et mieux a-t-il tenu à rappeler : « j’ai dit au maire lors du 1er conseil en 2015, que pour payer vos deux mois de salaire de Décembre et de Janvier, vous avez fait ce qu’on appelle une avance de trésorerie. C’est exactement ce que Badara Sène a eu à faire en son temps ». Avant de persister : « je suis désolé mais une avance de trésorerie, tous les maires qui se sont succédés à la tête de cette ville, ont eu à le faire ».

Djiby GUISSE

 

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15