Accueil / ACTUALITES / RELAXE PAR LE TRIBUNAL, BLANCHI Le combat qu’Abdoul Mbaye n’a pas encore gagné

RELAXE PAR LE TRIBUNAL, BLANCHI Le combat qu’Abdoul Mbaye n’a pas encore gagné

L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye a gagné la bataille judiciaire qui l’opposait à son ex-épouse, mais également, à l’en croire, à certaines personnes tapies dans l’ombre, y compris des journalistes.

Son avocat Me Cissé dénonce une cabale politique destinée à freiner la carrière d’un opposant. Et l’ancien Pm et ses ouailles n’en pensent pas moins.

Tout serait fait à dessein pour lui chercher noise parce qu’il y a décidé de créer un parti politique et de s’aligner parmi les opposants au régime.

Dans une déclaration rendue publique hier, l’ex-Pm a été on ne peut plus clair sur cette question : « Utilisant abusivement une affaire totalement privée, certains de mes adversaires politiques ont cherché à me salir, me traînant dans la boue, utilisant les voix heureusement peu crédibles d’hommes ou femmes politiques de leur clan et de quelques journalistes à leur solde pour alimenter tout ce dénigrement, toute cette vindicte ».

Le même argument que celui de Karim, de Khalifa Sall a été mis en avant : l’intention de Macky Sall et de son équipe de liquider un adversaire politique.

Evidemment, le Juge lui, est censé être au-dessus de cette mêlée, pour se faire une religion. Il a dû analyser les faits à l’aune des arguments de l’accusation et de la défense pour décider, finalement, qu’il n’y a pas de quoi fouetter un politicien.

Tout compte fait, nous ne pensons pas que le débat s’arrête là. Car, une fois libre, même s’il n’a jamais été sous mandat de dépôt, que pèse Abdoul Mbaye, politiquement parlant ?

Une question qui se pose car, il ne suffit pas de déjouer les complots des adversaires, si complot il y a. Il faut savoir tronquer son costume de banquier, de technocrate, pour arborer celui d’homme politique. Est-ce que l’ancien Pm a réussi cette mutation ? C’est toute la question.

Le point sur lequel nous voulons mettre le doigt est qu’à l’image de nombreux autres intellectuels sénégalais au Cv bien garni, la création d’un parti politique par Mbaye n’en a pas encore fait de lui l’homme politique populaire auquel il aspire.

Il a créé ACT, fait des déclarations parfois même des révélations, notamment sur le pétrole, tenu des réunions, mais la politique ne s’arrête pas là.

Aujourd’hui, il est difficile de voir un seul meeting d’Abdoul Mbaye. Son parti reste élitiste. Il n’est pas encore un parti de masse. Nombre de citoyens ont cherché à le contacter sans y parvenir. Le banquier est peu accessible, n’est pas visible dans les manifestations populaires et semble donc peu proche des citoyens.

Or, s’il continue dans cette lancée, il sera peu probable qu’il puisse changer l’ordre des choses. Cheikh Anta Diop, Me Doudou Ndoye, Babacar Niang du PLP et bien d’autres Sénégalais ont eu le même problème. Comment être un homme politique tout en restant soi-même dans son mode de vie, d’action de tous les jours ? Ce n’est pas du tout facile. La réalité politique à la sénégalaise a ses propres réalités et surtout ses paradoxes. Nombre d’hommes de valeur, de cadres dont le pays a besoin n’ont pas la dextérité politicienne qui leur permet de conquérir les foules.

C’est pourquoi des analphabètes arrivent à l’Assemblée et certaines personnes à l’instruction douteuse sont promues parce qu’elles ont des bases et savent parler aux électeurs.

C’est exactement le problème auquel Abdoul Mbaye est confronté. Il a réussi à gagner son procès, il lui reste à gagner le combat de sa maturation politique.

Malheureusement, jusqu’ici, son attitude est peu satisfaisante, ses résultats politiques plutôt maigres.

Car, ce que les gens oublient, c’est qu’il faut avoir une stratégie claire, des objectifs qui le sont tout autant, un plan d’action en s’entourant d’équipes compétentes, à tous les niveaux.

Il n’y a pas de hasard en politique et ceux qui travaillent le plus réussissent le mieux. Mieux, ceux qui rechignent à y mettre des moyens ne sauraient aller loin. Il s’agit d’un investissement, parfois très lourd, pour des résultats immédiats incertains. Le combat politique est parfois de longue haleine.

Assane Samb

À voir aussi

Présidentielle 2019 Tivaouane assure à Macky un 2ème mandat

Macky n’a plus de souci à se faire à la prochaine élection présidentielle, et pour …

Levée de l’immunité parlementaire- la commission ad hoc fait faux bond à Khalifa Sall et à ses avocats

Aymérou Ngingue et ses collègues de la commission ad hoc ne sont pas déplacés, hier, …