une tanor h-1

REMANIEMENT MINISTERIEL EN VUE Le HCCT, futur « cimetière » des ministres déchus

Le président Sall, selon des sources généralement bien informées, envisage de procéder à un remaniement avant ou tout de suite après les élections du 04 septembre portant sur le Haut Conseil des collectivités locales (HCCT).

Le Gouvernement sera complètement chamboulé. L’idée sera de nommer ou de confirmer à leurs postes des porteurs de voix, possédant une base et capable de gagner leurs localités et même au-delà. Le Président Sall n’a qu’une seule préoccupation, remporter, haut la main, les futures élections, les législatives en 2017 et la présidentielle en 2019. Et il n’est pas sans savoir qu’il y a un risque énorme à perdre les prochaines législatives. Il sait que ce sera la fin prématurée de son mandat parce qu’il devra se résoudre à accepter une cohabitation pour la première fois dans l’histoire du Sénégal. Car, le Premier Ministre sera non pas Boun Abdallah Dionne, mais un membre de l’opposition qui va nommer son gouvernement. Loin d’une hypothèse d’école, cette possibilité est à envisager avec sérieux.

C’est pourquoi, si Macky veut continuer à gouverner tranquillement jusqu’en 2019, il lui faudra gagner les législatives en 2017. Et pour cela, il faut compter sur une équipe choc. Alors, on voit bien apparaître, le rôle politique éminent que devra jouer le HCCT. Non seulement il permettra de récompenser des alliés sur qui compter comme Ousmane Tanor Dieng, mais il sera le futur réceptacle de ministres et secrétaires d’Etat déchus. Ce sera le « cimetière » de ceux qui auront perdu leurs postes. Avec les avantages de vrais-faux sénateurs, ces Conseillers se verront ainsi mis à l’abri du besoin et suffisamment «engraissés » pour continuer à lutter dans le « macky ».

Car, faudrait-il peut-être le rappeler, sur 150 membres, les 70 seront désignés par le Président de la République. Il choisira les Conseillers qu’il voudra. Et ses préoccupations, encore une fois, seront purement politiques. Déjà au niveau des investitures des 80 autres à élire, des choix maladroits ont été faits sapant dangereusement la cohésion de Benno Bokk Yakaar. S’il faut ajouter à cela la frustration des débarquements de postes de ministres, ce sera pagaille en haut lieu.

Alors, comme le Président a eu la « maladresse » de supprimer le Sénat, il a trouvé son institution capable de jouer le même rôle, c’est-à-dire caser de la clientèle politique.

Malheureusement pour la République, l’émergence sera classée au second plan. Des Ministres pourraient être défenestrés alors qu’ils ont fait un excellent travail.

Et c’est cela le problème. Comme au moment des locales où nombres de cadres ont perdu leurs postes parce qu’ils n’ont pas gagné dans leurs localités, le Gouvernement de Boun Abdallah Dionn pourrait avoir le visage d’une équipe de campagne prête à en découdre.

Comme quoi, les élections du HCCT vont augurer le début de la précampagne électorale.

Assane Samb

Voir aussi

arton157601

LE PM ANNONCE 1000 EMPLOIS AVEC L’ARRIVÉE D’UN « NOUVEAU CLUB MED »

Le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne a annoncé, vendredi, à Dakar, la construction d’un …