Accueil / CULTURE / RENCONTRE AVEC AMINATA DIALLO, MISS SENEGAL : Rêves, peurs, ambitions et projets d’une graine de beauté

RENCONTRE AVEC AMINATA DIALLO, MISS SENEGAL : Rêves, peurs, ambitions et projets d’une graine de beauté

Après l’euphorie de la victoire, Aminata Diallo, miss Sénégal 2007, veut redescendre de son nuage doré. Mais la jeune fille de 19 ans peine encore à s’expliquer sur ce qui est arrivé. Calme, relax, elle veut surtout afficher la sérénité par rapport à son rôle d’ambassadeur de la beauté sénégalaise. Portrait physique et moral d’où se mêlent rêves, ambitions et aspirations au sortir d’un entretien qu’elle nous a accordé et au cours duquel elle est revenu sur sa vie, sa famille, ses études…

Source le Soleil
La demoiselle est pimpante. Elle a le rire facile. Très facile même. Souvent, au coin de la bouche. Des éclats quand elle se marre. Elle répond également par ces éclats quand une question l’intrigue ou l’embarrasse. Courtoise, Aminata garde toujours les manies d’une jeune fille. Pas trop capricieuse, souligne-t-elle. La gestuelle fait partie de sa répartie. Elle ne réalise pas encore qu’elle est la nouvelle ambassadrice de la beauté sénégalaise. Pour elle, il faut faire avec, la « représenter dignement », mais rester elle-même. Majolie, surnom par lequel l’interpelle son père depuis son jeune âge et ses intimes, devenue Notre-Jolie nationale, a su peser ses atouts malgré son frêle corps bien sculpté. A 19 ans, elle affiche la candeur et l’innocence dont elle devra vite se départir. Teint très clair, fruit d’un métissage, une forme à la « coca-cola », la jeune fille de 173 cm affiche un tour de hanches de 100 et un tour de poitrine de 84.

Le titre de la reine de la beauté sénégalaise, elle assure la devoir à sa mère installée depuis cinq bonnes années dans la deuxième ville française, Lyon. Cette maman l’a appuyée, encouragée, exhortée, soutenue malgré la distance. « Elle m’a poussée à participer. Elle y croyait plus que moi, me laissant entendre que je suis la meilleure et que je gagnerais. Je ne regrette pas l’expérience. Je regrette qu’elle ne soit pas là pour partager ces moments de bonheur, mais nous nous appelons tous les jours », révèle-t-elle à propos de sa couturière de génitrice. La jeune beauté est ce qu’on pourrait appeler le fruit d’un métissage très poussé. De là à croire que l’avenir est au métissage comme y croyait le regretté poète-président. Il y a qu’un pas que certains n’hésiteront pas à franchir.

La mère est aussi une métisse d’un père libanais et d’une maman lébou. Du côté paternelle, Aminata Diallo réclame ses origines pulaar même si la maman du père est une mauresque.

Ce métissage ne donne à la jeune fille qu’une envie : réclamer sa « sénégalité ». « Je pense que le métissage est très important vu qu’il peut nous permettre de dépasser certaines barrières. Nous connaissons au Sénégal la paix et l’harmonie dans la coexistence entre ethnies et religions. Nous devons tout faire pour préserver cet acquis. Et c’est bien que l’union soit de rigueur et nous sentions tous cette seule nécessité et réalité que nous sommes Sénégalais », plaide la jeune fille qui semble tout le temps de bonne humeur. Attention, elle prévient que ses états colériques sont dégoûtants puisqu’elle ne s’apaise pas de sitôt. L’ambassadrice gagnerait surtout à toujours présenter son joli minois candide. Toujours sous le meilleur jour.

La graine de beauté a grandi aux HLM I avec toute « la grande famille des tantes, cousins, oncles et grands-parents. La famille africaine quoi. J’ai eu une enfance très heureuse au milieu de ma famille et je ne manquais de rien », dit-elle sans modestie. Les siens lui ont d’ailleurs réservée un bel et coloré accueil par l’organisation d’un grand « tanebeer » (une séance de tam-tam nocturne) aux HLM. Elle vit à présent à la Cité Port, entre les HLM et Colobane, avec son père, ses quatre sœurs et un frère. Elle se sentirait certainement à l’étroit dans un habitat à loyer modéré. Sur son élection au titre, elle veut garder la tête sur les épaules : « je vais rester la même tout en mesurant la portée et la signification du titre. Je dois certes défendre la beauté sénégalaise, et, nul doute que j’assumerai ce rôle qui m’incombe dorénavant. Je vais rester la même, avec les mêmes amis », croit-elle profondément. D’ailleurs, elle nourrit la forte ambition de refaire dès l’année prochaine le bac auquel elle vient d’échouer. Et cela quelque soit les contraintes que lui exigera son nouveau rôle d’ambassadrice de la beauté.

Déclinant ses qualités, la jeune fille se dit « trop sensible et émotive » sans préciser à quoi. Elle explique être « sans façon et sans problème ». Elle n’aime pas l’hypocrisie, le mensonge. Elle adore, chez les autres, la gentillesse, la franchise, le respect… Autant de qualités que possèderait son copain ? Là, il faut lui faire remarquer que son éclat de rire qui laisse entrevoir sa belle dentition n’est nullement une réponse convaincante. « Non, je n’en ai pas ». Elle préfère éluder la question et parler d’une probable union dans cinq ans. Se projetant dans l’avenir, elle se voit hôtesse de l’air, un vieux fantasme. Le titre ne devrait-il pas l’amener à revoir ses ambitions à la hausse ? Elle n’est pas encore fixée et le métier d’hôtesse de l’air semble encore une fixation. Elle a le temps de voir venir. Déjà, elle a flirté avec la pub et pense continuer. Le monde dans lequel elle doit désormais apprendre à se mouvoir la condamne à grandir vite. Mode, mannequinat, show-biz, synonymes de sollicitations multiples et d’un don de soi, peuvent constituer son univers féérique, mais également mortel. Elle veut, avec l’aide de sa famille, de ses proches, faire face pour porter haut la beauté sénégalaise et ne pas tomber dans des illusions.

Aminata Diallo s’est illustrée le soir de la finale par sa bonne culture générale qu’elle met sur le compte d’une quête de l’information, des jeux, de la lecture. Elle assure lire toutes ses œuvres au programme et tout ce qui lui tombe entre les mains, pourvu que le titre la captive. Mais également pour son plaidoyer contre le paludisme, la malnutrition et les maladies infantiles.

Devenue personnalité publique, elle remet un engagement ou un militantisme politique à plus tard. Elle se dit bonne citoyenne puisqu’ayant voté à la présidentielle et aux législatives de cette année.

Invitée à livrer une opinion sur les chantiers du chef de l’Etat, elle affiche un optimisme quant au soulagement prochain des difficultés vécues au quotidien par les populations. Elle veut simplement que ces chantiers signifient une « modernité et un changement ».

La jeune fille n’est pas un cordon bleu, mais adore le yassa poulet. Elle aime regarder la télé et danser. Elle danse très bien, soutient-elle. Son genre musical préféré est le zouk même si « tout le monde aime le mbalax au Sénégal ». Elle pratique le basket et le volley-ball.


À voir aussi

Gomis ne sera pas Félicité à Hollywood

Félicité du réalisateur sénégalais Alain Gomis ne sera pas à la cérémonie des Oscars 2018. …

Oscars 2018 : James Franco écarté, Kobe Bryant à l’origine d’une polémique… Découvrez toutes les nominations

Découvrez sans plus attendre les nominations des Oscars 2018. A noter l’absence de James Franco, …