POLITIQUE

Renouvellement bruyant du bureau de l’Assemblée nationale Les deux fautes de Macky

  • Date: 14 octobre 2015

C’est à se demander, s’il y a un cerveau politique dans l’entourage du président Macky Sall qui vient de « parapher » concomitamment deux erreurs.

Chantre de la rupture et protecteur des symboles, c’est sous ce double sigle que Macky Sall candidat avait ébloui un électorat qui lui a donné plus de 65%, les principes sont aujourd’hui rangés aux oubliettes. Avant-hier, le chef de l’État a réuni sa coalition politique Benno book yaakar au palais présidentiel ! Une pratique tant décriée du temps de Wade où les trompettes, aujourd’hui curieusement silencieuses, de la Société civile étaient montées au créneau pour dénoncer les rencontres politiques de la Cap 21 au palais. Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse, entourant Macky Sall à cette rencontre, enfoncent d’avantage le leader de l’Apr en adoptant une posture qui ressemble plus à un affaiblissement du président Sall. A l’heure de la collecte d’arguments, exercice auquel se plait l’opposition pour la prochaine présidentielle, Macky Sall fournit des munitions à ses adversaires. Et pas des moindres. Ce symbole de la République devient ainsi une place redevenue publique après que le président Wade l’ait transformé en siège de la Cap 21 et du Pds. Dès lors, la question qui se pose est de savoir pourquoi cela n’émeut personne. Par conséquent, le président Macky Sall semble être déstabilisé par le pouvoir qui lui masque des pratiques aux antipodes de la République et dont il n’y gagne absolument rien.

Macky Sall s’immisce dans le ponce-pilatisme libéral

 Dans ce registre aussi, c’est à ne rien comprendre. Comment comprendre que les hommes de Macky, dans leur manifeste volonté de combattre les libéraux, en arrivent à s’immiscer dans un débat dont ils se devaient d’être de simples spectateurs. Encore que le profil d’un des leurs, sujet à beaucoup de controverses électorales, se jette aveuglément dans un combat qui n’est pas sien. Sa position stratégique dans la grille gouvernementale devrait le ramener à plus d’effacement et moins d’effervescence.

Le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo ouvre déjà de larges boulevards qui conforteront l’opposition sur ses craintes de futures compétitions électorales « truquées ».

Encore qu’avant bilan et conséquence, les hommes du Fpdr- Front patriotique pour la défense de la République- crient déjà à la fraude. Selon un analyste politique bien averti de la chose politique, « Abdoulaye Daouda Diallo en voulant plaire à son chef, le fragilise aux yeux de l’opinion ». Il est, dès lors, manifeste de bien croire que la compréhension de l’État et sa gestion échappent encore aux tenants du pouvoir qui semblent se chercher. Il urge donc pour Macky Sall de revoir ses stratégies et son casting avant tout choix pour espérer séduire une opinion qui commence à douter quant à la réalité de la rupture. Au propre comme au figuré.

Pape Amadou GAYE

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15