Accueil / ECONOMIE / Réparation de la richesse additionnelle : Près de 50 pays africains à l’école de Banque Africaine de Développement

Réparation de la richesse additionnelle : Près de 50 pays africains à l’école de Banque Africaine de Développement

La Bad a organisé, hier, un atelier régional portant sur la décomposition du Produit intérieur brut (Pib) en position élémentaire. Cette rencontre entre dans le cadre du Programme de comparaison internationale pour la région africaine (Pci-Afrique). Pendant, une semaine, les participants venus de plus de 50 pays vont entreprendre des travaux ardus portant sur la technique à utiliser.

Source : Le matin
« Nous comptons sur cet atelier pour atteindre notre objectif d’intégration des travaux de comptabilité nationale du Pci-Afrique dans les travaux réguliers de comptabilité nationale de différents pays». Ces mots du Représentant Résident Régional de la Bad, M. Mohamed H’Midouche, campent bien l’objet de la rencontre. L’atelier dont le thème central porte sur la décomposition du Pib en position élémentaire a donné l’occasion aux acteurs de rappeler, avec force et assurance, l’engagement de la Banque à s’impliquer davantage au développement de pondération et au développement de la statistique.

La particularité de la rencontre est au niveau des produits. En effet, comme il a été arrêté au cours du précédent atelier à Kigali (Rwanda), a dit M. H’Midouche, la Banque ne pourra plus actualiser les données de comptabilité nationale qui seront incluses dans le rapport final, au-delà de fin juillet 2007. À l’entendre, il revient ainsi à chacun de veiller à la qualité des données de son pays.

Au-delà du simple calcul de pondération, l’exercice que les participants effectuent permettra de mettre en relief, la manière dont les pays dépensent leur richesse additionnelle créée au cours de l’année. L’enjeu est donc de retracer de façon aussi fidèle que possible, la structure de dépenses de cet agrégat. En associant les acteurs au développement de la méthodologie, la Bad a fait le pari de l’appropriation de tout le processus par les pays et les organisations sous régionales. « Ce programme qui fait l’objet de votre atelier a déjà connu plusieurs cycles auxquels participe le Sénégal à l’instar de beaucoup d’autres pays africains. Mais ce cycle revêt un caractère spécial, ce qu’il illustre dans la prise en charge par l’expertise locale africaine dans cette opération », a indiqué le Représentant du Ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Dia, affirmant que l’opération de collecte qui s’est déroulée au plan national a été le point de départ au Sénégal, pour l’établissement d’un indice national de prix à la consommation dont le chantier a démarré, en sus de l’indice harmonisé des prix à la consommation qui ne couvre jusqu’à présent que l’agglomération de Dakar.

Rappelons qu’au niveau mondial, le programme de comparaison international comporte uniquement deux volets à savoir les statistiques de prix et la comptabilité nationale. La Bad, chargée de la mise en œuvre de ce programme dans la région africaine, a ajouté un troisième volet qui porte sur le renforcement des capacités statistiques, faisant ainsi du Pci-Afrique, l’axe central de son appui à ses Pays membres régionaux (Pmr) dans le domaine de la statistique.


À voir aussi

Wari ouvre son capital aux banques

Wari souhaiterait procéder à une ouverture de son capital à des investisseurs institutionnels (banques et …

Bourses universitaires : Ecobank et la direction des bourses épinglés

La direction des bourses et Ecobank, la banque attributaire du paiement de bourses aux étudiants …