Accueil / ECONOMIE / Réquisitoire de Moussa Touré contre le régime : «Les rapports de l’Ige et de la Cour des comptes démontrent l’utopie  du Pse»

Réquisitoire de Moussa Touré contre le régime : «Les rapports de l’Ige et de la Cour des comptes démontrent l’utopie  du Pse»

 L’ancien ministre de l’Economie et des Finance a pilonné le Macky, qualifiant le Pse de «coquille vide» et d’utopique. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Moussa Touré n’a pas raté le successeur de Wade.

«Si l’Etat de droit a comme fondement les valeurs républicaines, telles que la bonne gouvernance, la transparence et l’éthique dans la gestion des biens publics, au Sénégal, on continue de constater, avec désolation, le contraire, depuis l’arrivée du Président Macky Sall au pouvoir.» Ça, c’est Moussa Touré, ancien Ministre de l’Economie et des Finances qui le dit, dressant ainsi un sévère réquisitoire contre le régime de  Macky Sall. A titre illustratif, l’ancien président de la Commission de l’Uemoa prend à témoin les récents rapports de la Cour des comptes et de l’IGE qui ont révélé des «fraudes fiscales, malversations, fautes de gestion et de nombreux cas de non-respect des procédures d’exécution des budgets par des responsables de l’Etat». «Ce qui contraste avec la gestion sobre et vertueuse tant clamée par le nouveau régime», se désole le président de «Jarin sama reew». Ce qui l’irrite, c’est qu’à l’image des rapports des années précédentes, ceux-ci ne feront jamais l’objet de jugements devant les juridictions. Parce que tout simplement, dit-il, le chef de l’Etat privilégie sa clientèle politique au détriment de la majorité des Sénégalais qui se sont pourtant investis pour son élection en mars 2012. «Au lieu de poser des actes forts allant dans le sens de booster l’économie et de réduire le chômage des jeunes, qui ne cesse de prendre des proportions  inquiétantes, le Président Macky Sall et ses partisans se bornent à théoriser des slogans, dans le but de leurrer les populations», peste-t-il. Résultats des courses : «ces faits énumérés suffisent largement pour démontrer que le Plan Sénégal Emergent (Pse) est utopique, dans la mesure où les tenants du pouvoir s’occupent de leurs propres intérêts, plutôt que ceux des Sénégalais», critique M. Touré.

«Le Pse, une coquille vide»

Avant d’enfoncer le clou : «il est regrettable de constater que Macky Sall et sa galaxie crient sur tous les toits les réalisations du Pse, alors qu’en réalité, non seulement, ce plan est une coquille vide, mais aussi, les mesures d’accompagnement pour son exécution parfaite ne sont pas mises en place». A son avis, construire un centre de conférence à hauteur de milliards de nos francs injustifiés, octroyer de modiques sommes d’argent à ses militants, sous forme de bourses de sécurité familiale, recruter certains membres de son parti comme agents de sécurité de proximité ne sauraient concourir à l’émergence du Sénégal, mais plutôt à encourager la discrimination et la facilité. Donc, vouloir faire adhérer les Sénégalais à un projet qui n’est pas sérieux, dont les acteurs concernés passent leur temps à détourner les fonds publics, n’est rien d’autre qu’une mascarade politique», soutient-t-il, amer. «L’autre fait justificatif du caractère chimérique du Pse, c’est que nos autorités actuelles ignorent les principes démocratiques qui voudraient que le pouvoir exécutif ne s’immisce pas dans le fonctionnement du pouvoir législatif», a-t-il constaté, pour s’en désoler. En réalité, dira-t-il sur un ton corrosif, la récente «loi de la honte» portant modification du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, prouve nettement la volonté du président de la République et de sa majorité mécanique, de réduire l’opposition à sa plus simple expression, de la museler, pour mieux asseoir sa base politique. Moussa Touré part du simple postulat que la justice doit, en toute circonstance, être rendue, au nom du peuple, il en va de même pour les lois qui doivent être votées au nom du peuple. En réalité, précise-t-il, la constitution de groupes parlementaires doit, au contraire, être encouragée, car elle témoigne  la vitalité de la démocratie. Ainsi, toute manœuvre ou orientation allant dans le sens contraire n’est-elle, purement et simplement, qu’une tentative de museler ou de bâillonner l’opposition au sein de l’hémicycle.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

INSTRUMENT DE SOUTIEN AUX POLITIQUES- Le Fmi étend son arrangement pour le Sénégal

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) vient d’achever le quatrième examen de la …