Accueil / SOCIETE / Restructuration de la poste Les travailleurs se disent exclus

Restructuration de la poste Les travailleurs se disent exclus

La convergence SNTPT-SYNAPOSTE a fait face à la presse hier, pour dénoncer leur exclusion de la restructuration de La Poste. Selon le secrétaire général du comité sectoriel du SNTP, Ibrahima Sarr, personne ne peut entamer un processus de réorganisation dans une entreprise sans associer les travailleurs.

« C’est une chose inédite parce qu’on ne peut pas entamer un processus de restructuration dans une entreprise sans associer les travailleurs. Cette situation met les travailleurs dans un doute total. Cette restructuration est gérée dans une discrétion  jamais égalée », a d’emblée déclaré Ibrahima Sarr, secrétaire général du comité sectoriel du SNTP.

Selon lui, pour entamer une restructuration, il faudrait une concertation au préalable et un diagnostic financier et opérationnel  de l’entreprise en question. Il faut d’autres mesures, et tout cela n’a pas été fait à la poste. Il y’a eu un manque total de communication. « Selon le mémorandum des politiques économiques et financières du ministère de l’Economie et des Finances, Postefinances va être détaché de la poste. C’est une décision hasardeuse du moment que la conférence des ministres des Postes et Télécommunications  dans le cadre de L’union africaine, recommande fortement à l’administration postale africaine de jouer le rôle d’inclusion financière en direction des couches les plus défavorisées », a-t-il fait savoir.

Ainsi, il note que l’éducation financière que la poste exerce en direction des populations n’a pas de prix. L’inclusion financière que nous faisons  n’a pas de prix. Aujourd’hui si on décide d’ôter Postefinances  de la poste et en faire une banque commerciale, c’est ôter aux populations cette utilité d’ordre social. « Les travailleurs devraient être associés parce que la forme d’organisation actuelle de Postefinances est bonne et viable. Si aujourd’hui elle ne peut décoller, c’est  parce qu’il y a une mal gouvernance », a déclaré le Sg du comité sectoriel du SNTP.

Pour lui, le Directeur général se permet tous les abus sous le regard passif de l’Etat. Parce que l’Etat a un rôle de contrôle. « Prenant la compensation qui est un volet important de sa gouvernance, l’Etat a laissé le directeur crevé le plafond. Aujourd’hui, le stock est à plus de 150 milliards. Et on se pose la question de savoir où est passé cet argent. Parce que nous n’avons constaté à la poste aucun projet viable à valeur ajoutée et aucune amélioration sociale au niveau des travailleurs », a annoncé M. Sarr.

Cependant, il précise que si ce ne sont que les recrutements abusifs qui les émeuvent. « Nous sommes syndicats, nous œuvrons pour le plein emploi, nous ne sommes pas contre le recrutement, mais il doit être équitable et veiller aux équilibres de l’entreprise », a-t-il laissé entendre.

Pape Diop, Sg de SYNAPOSTE, de son coté, de noter que c’est en fin d’année budgétaire que le directeur s’est permis de recruter directement plus de 400 personnes. Ce phénomène a créé une sorte de confusion au niveau de la poste. Il passe le plus clair de son temps à l’étranger et occulte les débats sérieux au niveau de l’entreprise. «Nous sommes à un tournant décisif où tous les acteurs de la poste devraient se mettre ensemble pour discuter des questions de la poste», a-t-il précisé. Et ajoute qu’ils ne sont pas contre la restructuration, mais pour une restructuration  réfléchie et concertée  et qui implique les partenaires sociaux pour qu’ils défendent leurs intérêts. Et cela n’a pas été le cas. Il prend comme responsable l’Etat qui  dit veiller à la quiétude des populations. Parce qu’aujourd’hui, c’est le vécu de plus de 3000 pères et mères de famille qui est menacé.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Déthié Ndiaye auditionné

Déthié Ndiaye est ce candidat déclaré à la présidentielle de 2019 impliqué dans le détournement …

Partenariat de Ouaga: Neuf pays agissent en faveur de la Planification familiale  

Le Partenariat de Ouagadougou a tenu sa réunion annuelle à Dakar. Lancé depuis Février 2011, …