serigne-mbaye-thiam-mamadou-dianté

RESULTATS CATASTROPHIQUES AUX EXAMENS L’Etat droit dans ses bottes, les enseignants vent-debout !

Catastrophiques, scandaleux, effrayants…, Il ne manque pas d’adjectifs pour qualifier l’hécatombe aux examens. Si l’Etat «clochardise» les enseignants, les Hussards noirs par contre refusent d’être la tête de turc.
Chacun se rejette la balle sur les résultats couperet des principaux examens qui sont tombés dru cette année. À vrai dire, une belle hécatombe qui met à quia. Suffisant pour que le Gouvernement soit bien à l’offensive pour casser et accuser les syndicats d’enseignants. Mais ces derniers eux, sont sur une toute autre ligne. En conférence de presse hier, le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (Saems) et le Cadre unitaire des syndicats des enseignants du moyen et secondaire (Cusems), refusent d’être les agneaux du sacrifice et imputent la responsabilité au Gouvernement et par ricochet au ministre de l’éducation nationale Sergine Mbaye Thiam. Pour le coordonnateur du Grand Cadre, Mamadou Lamine Dianté, ce serait simpliste, limite grossier, d’imputer les mauvais résultats scolaires aux enseignements, comme s’évertue à le faire le ministre de l’Education nationale. Ainsi confine-t-il le cinglant revers académique de cette année à la confrontation à la place du dialogue et de la concertation et à la soi-disant réforme au nom d’un certain changement. «L’échec est lié à la position «radicale» et au «pilotage» à vue du ministre Serigne Mbaye Thiam qui se croit à la tête d’une Armée», pestifère-t-il. Mais ce n’est pas tout. Selon le Cusems, les grèves ne sont que les conséquences de l’incurie de nos gouvernements. «Le ministre de l’Education nationale se considère comme un commandant à la tête d’une légion de soldats, au point de prendre des décisions unilatérales sans les principaux acteurs que sont les enseignants», ressasse-t-il, tout en grondant de colère. Par conséquent, dit-il, la faute ne peut incomber aux enseignants qui ont accepté de prolonger l’année et participer aux différents examens en dépit de la ponction sur salaire. A signaler qu’avant que les abonnés du bahut ne se remettent de leur luge et reprennent tout bonnement le chemin de l’école, les syndicalistes ont menacé de perturber la rentrée prochaine à défaut du respect des engagements pris l’Etat.

Salamraky

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …