Accueil / ECONOMIE / RESULTATS DE LA LIGNE VERTE « GINDIMA » Plus de 63.000 appels en moins de 4 mois

RESULTATS DE LA LIGNE VERTE « GINDIMA » Plus de 63.000 appels en moins de 4 mois

Le Projet Promotion des Jeunes (PPJ), en partenariat avec l’UNFPA, a organisé, hier, une rencontre d’information et de partage des résultats de la ligne verte GINDIMA pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive des adolescent(e)s/jeunes. A cette occasion, le Directeur du PPJ, Monsieur  Abdoulaye KA, a annoncé qu’en moins de 4 mois, la ligne verte a reçu 63909 appels, axés autour de 7 thématiques, notamment le cycle menstruel, les IST et le VIH/SIDA. 

Pour améliorer la santé des adolescents(e)s et jeunes, plusieurs interventions sont mises en œuvre dont la ligne verte GINDIMA, lancée depuis aout 2016 à Matam. Selon Abdoulaye Ka, directeur du Projet Promotion des Jeunes, la ligne verte GINDIMA a reçu 63909 appels, soit 300 par jour. « L’objectif principal de la ligne verte est d’accroitre l’accès à l’information et aux services de santé de la reproduction des adolescents/jeunes. Notons qu’elle a permis, depuis sa création, de recueillir des indicateurs probants sur le terrain et de dégager une piste innovante d’intervention basée sur la relation d’aide à distance», a-t-il fait savoir,

Ainsi, le directeur de PPJ de noter que le service donne accès à des réponses adaptées aux besoins en santé sexuelle et de la reproduction des adolescents/jeunes, basées sur les questions les plus pertinentes et fréquemment posées par les adolescent(e)s-jeunes, dans l’anonymat et la confidentialité. « Le contenu de la librairie est accessible en français et en wolof et est axé autour de 7 thématiques : cycle menstruel, IST et VIH/SIDA, Anatomie et puberté, contraception, grossesse, violence, MGF et abus sexualité ».

Les objectifs fixés pendant cette rencontre sont, en effet, le partage des résultats de la ligne GINDIMA, l’identification des axes de partenariat pour la promotion et la pérennisation de la ligne, la récompense au lauréat du concours relatif au choix du nom de la ligne.

Cependant, le représentant du Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, M. Gabriel Luciano Preira, de préciser que certaines situations, telles que la sexualité précoce, la propagation du VIH/SIDA, les abus sexuels perpétrés contre des adolescents, génèrent un besoin d’éducation et de service de santé spécifiques à leur période de transition biologie, cognitive et psychologique vers l’âge adulte. «  C’est la raison pour laquelle, un intérêt plus manifeste s’est développé pour des modalités pratiques d’offre de services santé adaptés à leurs besoins ».

Pour mémoire, Gindima est un service qui donne accès à des réponses préenregistrées, adaptées aux besoins en santé sexuelle et de la reproduction des adolescents/jeunes, basées sur les questions les plus pertinentes et fréquemment posées par les adolescent(e)s jeunes dans l’anonymat et la confidentialité.

Selon l’EDS V, les adolescents(es) âgés de 10 à 19 ans et les jeunes adultes âgés de 20 à 24 ans, représentent respectivement 22,6% et 8,7% de la population totale du Sénégal. Ils ont des comportements à risque qui peuvent générer des problèmes de santé et entraver leur bien-être. L’environnement malsain, l’insuffisance d’informations  appropriées et la quasi-inexistence de services de santé adéquats et conviviaux, contribuent à la mauvaise santé chez certains adolescent(e)s/jeunes.

Khady Thiam COLY

Share This:

À voir aussi

Plan Sénégal Emergent- la BAD honore son engagement à 120%

La Banque africaine de développement (BAD) a honoré son engagement pris lors du groupe consultatif …

faux billets de 10 000 FCFA en circulation- les clients otages des banques

impact.sn Dur d’être client des banques en ces temps où les «manipulations» sur l’existence de …