Accueil / POLITIQUE / Retour de Idy au PDS : Le Rewmi-France trouve « logiques » les réserves de Wade

Retour de Idy au PDS : Le Rewmi-France trouve « logiques » les réserves de Wade

Par la voix de son chargé de communication, Babacar Bâ, le Rewmi de France a dédramatisé la sortie tonitruante du président Wade lundi à Paris. Pour eux, la démarche de Wade n’est pas surprenante, mais « logique ».

Source : Le Matin
Le Rewmi- France fait profil bas. Suite à la déroutante sortie du président Wade lundi soir à Paris, on s’attendait en effet à une grosse désillusion chez les partisans de Idrissa Seck. D’autant plus que lors des fameuses audiences du Palais en fin janvier et aux termes desquelles le président avait publiquement annoncé le retour de Idy au Pds, cette section avait opposé un « niet » catégorique à ces retrouvailles.

Les plus radicaux d’entre eux étaient même allé jusqu’à menacer de quitter le Rewmi, si toutefois Seck retournait au côté de son « père ». Mais malgré ce précédent, c’est avec philosophie –du moins, publiquement- qu’ils ont accueillies les tonitruantes déclarations du chef de l’Etat. Au micro de la RFM, le président avait en effet conditionné le retour de Idy au Pds à l’aval du comité directeur du parti libéral. Tout en défendant que c’est l’ancien Premier ministre lui-même qui a demandé à réintégrer sa famille originelle. Cette sortie du président de la République intervenue au moment où les retrouvailles entre les deux partis semblaient déjà être scellées, a eu l’effet d’un pavé dans la mare.

Mais pour le Rewmi- France, par la voie de son chargé de communication, Babacar Bâ, il n’y a rien de surprenant dans la sortie de Wade. Ne voulant manifestement pas polémiquer sur la question, il soutient que « c’est tout à fait normal et logique que le président dise que le retour de Idy sera débattu par le comité directeur du Pds ». Car, argument-il, « les instances du Rewmi se sont prononcées en donnant mandat à Idy pour discuter avec Wade. Maintenant, que leur instance -qui ne l’a pas encore fait- se prononce, c’est alors tout à fait logique. Donc nous ne sommes pas surpris ».

En effet, pour le chargé de communication du parti de Idy en France, le fait de renvoyer la dernière décision au comité directeur procède d’une démarche normale d’un parti politique. « C’est un processus normal », approuve t-il.

Faisant allusion aux spéculations selon lesquelles le contre-pied de Paris est un signe manifeste de la farouche opposition des faucons du Pds à toute retrouvaille avec le maire de Thiès, Babacar Bâ dédramatise en indiquant qu’il appartient à chacun d’interpréter « comme il veut ». Avant d’insister que « Wade n’a fait que renvoyer le pouvoir de décision au comité directeur, mais il n’a pas dit non » au retour au bercail de l’enfant de Thiès.

De toute façon, le chargé de communication, en se fondant sur le mode de fonctionnement du Pds depuis sa création en 1974, est convaincu que l’instance suprême de ce parti ne nagera pas à contre-courant de la volonté du « Maître » : « Ce qui est sûr, si Wade est d’accord, le comité directeur le suivra. S’il n’est pas d’accord, il le suivra également ». Ainsi, même s’il ne le dit pas explicitement, Babacar Bâ semble abonder dans le même sens que ceux qui estiment que Wade veut simplement donner l’image d’un Pds fonctionnant sur des règles démocratiques. Cependant, si la nature de la sortie de Wade n’est qu’une suite « logique » de ce long feuilleton, qui de Wade et d’Idy est demandeur ?

Sur cette question, le chargé de communication du Rewmi nous renvoie aux « audiences du midi », fin janvier. Wade, rappelle t-il sans commentaire, avait dit : « J’ai demandé à Idrissa Seck de revenir et il a accepté ». D’où cette déduction, un peu nuancé, de M. Bâ : « Donc le premier appel vient de lui. Parce qu’il a envie de reconstituer la famille libérale dans une logique de succession et de pérennisation de son action au pouvoir ».

Bref, la section de Rewmi- France, à l’instar de celle de Dakar qui n’a « aucun commentaire », a certainement été tenue de mettre de l’eau dans son vin. Pour ne pas compromettre le processus de retrouvailles en cours. Mais quoi qu’il en soit, son chargé de communication reste convaincu « qu’avec ou sans Wade, Idy reste incontournable dans l’avenir politique du Sénégal ».


À voir aussi

Pape Samba Mboup: « Mon problème, c’est Karim »

Pape Samb Mboup s’explique sur les raisons de son soutien à Macky Sall en perspective …

Sonko à Rebeuss

Ousmane Sonko a rendu visite, ce lundi, à Khalifa Sall, emprisonné dans le cadre de …