Accueil / SOCIETE / Retrait de plus de 200 charrettes de la circulation Macky Sall interpellé

Retrait de plus de 200 charrettes de la circulation Macky Sall interpellé

Les autorités étatiques ont pris la décision de retirer de la circulation les charrettes qui ne respectent pas les mesures prises les concernant. A nos jours, plus de 200 charrettes sont à la fourrière et leurs propriétaires n’ont que leurs chevaux. Ainsi, ces derniers lancent-ils un appel au chef de l’Etat pour la restitution de leurs charrettes afin qu’ils puissent bien préparer les travaux champêtres avec l’hivernage qui approche.

Ce sont des charretiers désespérés qui ont fait face, samedi dernier, à la presse. Ils demandent au Président de la République Macky Sall d’intervenir pour la restitution de leurs charrettes confisquées. Car, disent-ils, nous sommes à quelques mois de l’hivernage et ils ont besoin de leurs charrettes pour leurs travaux champêtres. Iyane Demba Tine, Président de la fédération des associations sérères, par ailleurs porte-parole du collectif des charretiers du Sénégal, a indiqué : « on a retiré beaucoup de charrettes de la circulation ici à Dakar. Jusque-là l’explication nécessaire qu’on attendait des autorités sénégalaises on ne l’a pas eue. Par la suite, il y a eu une médiation qui a été entamée grâce à ce collectif, mais également grâce au maire de Ndiaganiao, Gana Gningue, et une rencontre a été organisée avec le gouverneur de Dakar ». Il ajoute : « mais après, il fallait travailler sur des réunions périodiques avec les différentes sections ici à Dakar pour pouvoir revenir sur le nombre de charrettes déjà interpellées et gardées dans les postes de gendarmerie ou à la fourrière. Il s’agit de plus de 200 charrettes qui, depuis plus de deux mois, sont confisquées et leurs propriétaires ne travaillent plus. Ils n’ont que leurs chevaux et même pour nourrir ces chevaux. Ils sont obligés d’aller travailler comme manœuvres ou autre pour pouvoir nourrir les chevaux et se nourrir eux-mêmes. Sans compter les familles qui sont au village ».

Certains charretiers « corrompus » par les autorités

A les en croire, ils ont tenté de joindre le gouverneur de Dakar par l’intermédiaire du coordonnateur de la fédération des associations sérères, en l’occurrence Pape Seck, mais en vain. « Nous sommes à l’approche de l’hivernage et les gens, au lieu d’avoir ces charrettes et circuler dans Dakar, ils en ont besoin pour rentrer au village et entamer les travaux parce que l’hivernage s’approche. Nous ne pouvons plus avoir ce temps de grâce avec les autorités sénégalaises parce qu’il y a énormément de chose qui se sont passées », a dit Iyane Demba Tine. Selon lui, des autorités ont appelé certains charretiers pour les corrompre en leur donnant de l’argent afin de mettre ces gens-là dans un certain état. C’est sur ces entrefaites qu’ils ont lancé un appel au Président Sall pour la restitution des charrettes. Pour mémoire, le motif évoqué pour le retrait des charrettes, c’est que les autorités ne veulent pas que les charretiers empruntent certaines artères de Dakar. Ces derniers sont d’avis avec les autorités, mais ils demandent à ce qu’il y ait au préalable une bonne communication de la part des autorités étatiques. « On peut comprendre qu’on nous dise qu’un enfant qui a moins de 18 ans ne doit pas aussi conduire une charrette. On est aussi d’accord qu’un cheval mal nourri ne doit pas circuler, etc. Mais tout cela devait passer par des négociations pour pouvoir aller à l’essentiel. Nous sommes d’accord pour cela, mais il faut au préalable une bonne communication », ont déploré les charretiers.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Couverture procès Imam Ndao et cie Les chroniqueurs judiciaires dénoncent les attaques contre la presse

L’Association nationale des chroniqueurs judiciaires a fait un communiqué, hier, pour déplorer les attaques dont …

Vie carcérale à Louga L’Observatoire national dénonce « les pénibles conditions des détenus » 

L’Observatoire national des Lieux de Privatisation de Liberté (Onlpl), dans le cadre du projet d’appui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *