31 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » RETRO: CES PROCES QUI ONT MARQUE 2012 Zoom sur les plus célèbres prisonniers de l’année
RETRO: CES PROCES QUI ONT MARQUE 2012  Zoom sur les plus célèbres  prisonniers de l’année

RETRO: CES PROCES QUI ONT MARQUE 2012 Zoom sur les plus célèbres prisonniers de l’année

Comme tous les ans, le quotidien des tribunaux du pays est marqué par des procès qui différent, soit par le délit, soit par le contenu du dossier et la nature ou la portée de l’acte reproché aux prévenus. Toutefois, il importe de regarder via le rétroviseur pour revenir sur les procès qui ont marqué 2012. Yérim Seck, Jupiter Ndiaye, Béthio Thioune et Luc Nicolaï, des noms qui ont marqué les faits divers de 2012. Zoom sur


CHEIKH YERIM SECK AISSATA TALL

« Le procès le plus torride»


Dans la façon de faire de la composition du tribunal des flagrants délits de Dakar, le procès Cheikh Yérim Seck qui l’opposait à l’étudiante en droit et fille du magistrat Boubou Diouf Tall, n’avait aucune différence avec les cas de viol jugés tout le temps aux flagrants délits. En tout cas, le procès a connu l’une des très rares affluences, il fallait demandait aux journalistes. Le parquet a requis trois ans contre le journaliste Cheikh Yérim Seck, directeur du site « Dakar-actu ». Au cours d’un débat fleuve ponctué de joutes oratoires entre les deux pools d’avocats, le prévenu a rejeté en bloc les faits et regretté d’avoir causé une grande douleur au père de la plaignante. « Je comprends la douleur du papa de la fille. Toute cette affaire me désole mais, je ne veux pas qu’on dise que j’ai violé la fille». Cette réponse de Cheikh Yérim Seck au juge qui lui demandait s’il regrettait son geste, résume bien les débats qui ont duré près de 15 heures. Selon le prévenu, cette affaire est toute simple. «C’est une fille qui s’est donnée à un homme qui la désirait et qui, après avoir pris conscience des conséquences que cela peut engendrer au sein de son environnement familial, a décidé de porter plainte pour viol». Alors que pour Aïssata Tall, elle n’a jamais pensé que Cheikh Yérim Seck allait la pénétrer. Accusations, contre-accusations, arguments, contre-arguments, ont été la trame de ce procès. Plus de 16heures d’horloge avant la mise en délibéré. Une peine qui sonnera tel un couperet, la semaine suivante et rythmée par la confirmation du parquet. Trois ans ferme est donc la sentence que le sieur Yérim Seck est en train de purger, en entendant l’appel que ses avocats ont décidé d’interjeter.

TAMSIR JUPITER NDIAYE

Le procès de la honte


L’année des journalistes, disaient certains. Après Yérim, ce fut le tour de Jupiter. Deux affaires de mœurs contre deux journalistes connus pour leur plume acerbe. Mais, la compassion était plus grande, du côté de Yérim qu’auprès de Tamsir Jupiter. Moins de journalistes, à part quelques membres de sa rédaction. Peut-être, l’acte contre nature pour lequel il était poursuivi-le viol- étant moins réprimé par une société, malgré le véto des religions. Même pour un avocat, plusieurs robes noires ont décliné la demande qui leur était adressé par le prévenu. Me Khassimou Dia qui a bravé « l’hypocrisie de la société », a fini par étaler une plaidoirie personnelle devant la barre. Aussi, a-t-il jugé la condamnation de son client à 4 ans de prison et au paiement de la somme de 200.000 francs à titre de dommages et intérêts pour actes contre-nature, détention illégale d’arme et coups et blessures volontaires, non fondée et non basée sur le droit mais, sur la morale. M. Ndiaye, enseignant de formation, était prévenu d’actes contre-nature, de détention illégale d’arme, de coups et blessures volontaires sur Mactar Diop Diagne, son partenaire, qui a écopé de deux ans ferme. Ils purgent leur peine respective, en attendant l’appel de Khassimou Dia.

CHEIKH BETHIO THIOUNE

Encore des polémiques


C’est un règlement de compte, rien d’autre, un complot, sans doute, orchestré par un nouveau régime qui a vu le guide des Thiantacounes soutenir son rival, pendant les élections présidentielles, avaient dit une grande partie de la société, ses talibés et alliés politique, en particulier. Dans la même lancée, le Gouvernement a tenu à rappeler que M. Béthio Thioune et d’autres personnes sont poursuivis, dans le parfait respect de nos procédures, en matière pénale et que, conformément au principe de séparation des pouvoirs et dans le respect de la présomption d’innocence et des droits de la défense, tout citoyen doit s’astreindre à ne pas s’immiscer dans la procédure judiciaire en cours ou tenter de l’influencer. Aussi, avait-il mis en garde toute personne ou toute association qui serait tenté de profiter d’une affaire judiciaire en cours pour faire pression sur la justice et entraver son cours normal ou pour saper l’image du pays. En atteste le procès de ses talibés qui ont manifesté contre son transfèrement de Thiès à Reubeuss. Beaucoup d’entre eux sont encore en prison. Cheikh Béthio est poursuivi pour une complicité dans les meurtres de deux de ses talibés à Medinatoul Salam.

LUC NICOLAI

Le monde de la lutte attend toujours sa sortie


L’affaire dite du Lamantin Beach ou Luc Nicolaï ? En tout cas, cette affaire de drogue et d’extorsion de fonds dont on faisait allusion a fini par livrer des fruits plus mûrs. Le promoteur de lutte, Luc Nicolaï a été cueilli, dès qu’il a foulé le sol sénégalais. C’est le samedi suivant les faits, vers les coups de 16 heures que le patron de Luc Nicolaï and Co a été arrêté par des hommes en bleu appartenant à la section de recherches de la Gendarmerie de Kaolack. Ces pandores avaient mis en place un dispositif de filature pour mettre aux arrêts le promoteur de lutte, recherché dans l’affaire qui a valu au Président directeur général du Lamantin Beach ses déboires judiciaires. En effet, c’est à hauteur de Passy, une localité qui se trouve dans le département de Foundiougne, dans la région de Fatick, que les pandores ont monté une embuscade à Luc Nicolaï qui était dans une Land Cruiser, en compagnie d’une autre personne. Le promoteur qui n’a opposé aucune résistance aux injonctions des gendarmes, a été conduit au poste, avant que les gendarmes de la section de recherches de Thiès qui enquêtent sur cette affaire, ne vinssent le chercher. Il fait lui aussi partie des plus célèbres prisonniers de 2012.

Yandé DIOP

REWMI QUOTIDIEN