SPORT

RÉTRO SPORT SÉNÉGALAIS 2015 Scandales, désespoirs, insolites, succès…

  • Date: 31 décembre 2015

La mise en examen de Lamine Diack par l’IAAF éclabousse le landernau politico-sportif en cette fin d’année 2015. Lequel a été plus ou moins satisfaisant pour le Sénégal. Il y a eu des déceptions, des succès mais aussi des insolites…

Le budget du sport passe de 5 à 9 milliards F Cfa

Pour réussir dans le sport, il faut énormément de moyens financiers. Le Sénégal a bien compris la leçon, pour avoir fait monter le projet de budget 2016 de son ministère des Sports, pour cette année, avec une augmentation considérable. Les députés ont arrêté ce budget à la somme de 9 917 172 840 F Cfa contre 5 883 865 540 F Cfa en 2015. Soit une augmentation de 4 033 307 300 F Cfa. Celle-ci est due à l’allocation d’une enveloppe de 2 milliards F Cfa pour démarrer les travaux de la salle de basket, le stadium Marius Ndiaye à Dakar. Matar Bâ, le ministre des Sports du Sénégal, est un homme tout heureux. « C’est réconfortant dans la mesure où les députés ont été sensibles aux besoins du sport en matière d’infrastructures, mais aussi la prise en charge des sportifs », explique-t-il.

Le 11e sacre des Lionnes de Basket, les U23 au foot

Le mois d’octobre 2015 sera gravé à jamais dans la mémoire des Sénégalais. En effet, après leur sacre en 2009, les Lionnes du Basket ont conforté ce record de victoires à l’Afrobasket avec le 11e trophée chipé à la barbe des Camerounaises. Un succès qui permet au Sénégal de décrocher son ticket qualificatif aux JO 2016 à Rio. Une compétition à laquelle les U23 du football ne participeront pas. Ironie du sort, en septembre, c’est cette équipe qui avait permis au Sénégal, nation majeure sans titre continental, de décrocher le premier trophée africain de son histoire au Congo Brazzaville. Les Olympiques du Sénégal ont battu leurs homologues du Burkina Faso, en finale des Jeux africains 2015.

LES DÉCÉPTIONS : Encore le football

Après leur sacre au Congo Brazzaville, les Lionceaux avaient de l’or sur le plateau avec l’organisation de la Can U23. Le Sénégal ne jouera pas la finale de cette compétition et ratera aussi l’opportunité de s’offrir le ticket qualificatif aux JO de Rio 2016. Sur un chapeau de roue avec un carton plein en autant de victoires, les poulains de Serigne Saliou Dia ont buté devant le Nigeria en demie finale avant de faire une croix sur le rêve des JO devant l’Afrique du Sud, qu’ils avaient battu d’entrée en matière. Un regret qui met à nu les failles.
La Guinée Équatoriale, terre maudite
Ce pays ne réussit vraiment pas au Sénégal. Sortis sur la pointe des pieds lors de l’édition de la Can 2012, avec trois défaites en autant de matchs, zéro point au compteur, les Lions étaient très courts pour conjurer le mal, trois ans après. La première victoire sur le sol équato-guinéen face au Ghana (2-1) s’annonçait comme un déclic, mais l’équipe nationale va sombrer : Bafana-Bafana (1-1) et une défaite devant l’Algérie (2-0) synonyme d’élimination.

Les insolites : Giresse hué par la presse

Après l’élimination du Sénégal à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football en Guinée Équatoriale par l’Algérie, le sélectionneur des « Lions », Alain Giresse, n’a manqué de prendre sa dose avec la presse sénégalaise. C’était la goute d’eau qui a débordé le vase. Le technicien français qui avait une relation tendue avec la presse était attendu fermement par cette corporation. Il regrettera de vouloir jouer avec les questions supposées sensibles, surtout qu’elles faisaient allusions à sa démission à la tête des Lions. Giresse n’oubliera sans doute pas cette soirée au cours de laquelle il a payé le prix de son insolence. Le reste est connu de tous. Le 23 novembre 2015 s’est produite une rencontre entre deux ennemis intimes. C’est celle entre El Hadji Diouf et Me Augustin Senghor. Seules les montagnes ne se rencontrent pas.

Lutte : B52 garde sa couronne

Bombardier a survolé 2015 avec succès. Le lutteur sans un réel challenger a dicté sa loi aux lutteurs les plus en vue. Le tombeur de Tyson n’a pas tremblé pour conserver sa couronne de Roi des arènes remportée le 08 juin dernier contre Balla Gaye 2, en venant à bout de Modou Lô, la seconde défaite de la carrière du lutteur des Parcelles Assainies.

Scandales : la fausse note

En termes de performance, les athlètes sénégalais ne se sont pas illustrés en vedette sur les pistes mondiales. Pourtant, le nom du Sénégal occupe l’actualité de cette discipline. Lamine Diack, l’ancien président de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF), a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravée, face aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales. Il s’agissait pour Diack de s’opposer à Abdoulaye Wade, le président du Sénégal, lors des élections présidentielles et législatives de 2012. « Je vous ai dit qu’il fallait à cette période gagner la « bataille de Dakar », c’est-à-dire renverser le pouvoir en place », a-t-il raconté. « Il fallait pour cela financer, notamment le déplacement des jeunes afin de battre campagne, sensibiliser les gens à la citoyenneté (…) J’avais donc besoin de financements pour louer les véhicules, des salles de meetings, pour fabriquer des tracts dans tous les villages et tous les quartiers de la ville », révèle « Le Monde » qui publie des propos pourtant réfutés par l’accusé. Ce scandale éclabousse le landernau politico-sportif. À suivre.

Issiaka TOURE

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15