Accueil / POLITIQUE / Retrouvailles de la famille libérale : Macky Sall face à son destin

Retrouvailles de la famille libérale : Macky Sall face à son destin

Les Wade (Abdoulaye et Karim) et Idrissa Seck sont sur le point de sceller un accord de retrouvailles. Mais, attention à un quatrième larron (Macky Sall) qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Source : Walfadjri
Idrissa Seck se prépare à réintégrer sa famille… naturelle. Des retrouvailles qui ne seront pas sans faire de victimes, si l’on sait les relations fielleuses qu’il avait entretenues avec les membres de la cour ainsi qu’avec les courtisans que son ascension avait, sérieusement, gênés. Dans cette armée, on retrouve, naturellement, Karim Wade. Mais, le cas qui intéresse le plus est celui de Macky Sall. Non pas qu’il constitue l’élément le plus déterminant dans ces combines au sommet, mais à cause de ce tempérament dont on le crédite et qui pourrait fausser les données de l’analyse. A tort ou à raison, l’opinion avait de Macky Sall l’image d’un homme, le regard constamment posé sur le sol et prêt à avaler toutes les couleuvres ; attitude suicidaire en soi dans une guerre où les armes (conventionnelles ou non) sont admises. Mais il n’en est rien. A l’épreuve, on a découvert un homme au caractère bien trempé, qui n’aime pas se laisser marcher sur les pieds.

Force est, en tout cas, de constater que ceux qui croyaient qu’avec le perchoir de l’Assemblée nationale, Macky Sall était bien en position d’être immolé, ont vite fait de déchanter. Parce qu’à l’apparence, Macky Sall et ses fidèles compagnons ont prouvé qu’ils n’étaient pas disposés à se laisser mener à l’abattoir. Premier acte de rébellion de celui que certains se sont longtemps plu à désigner comme le plus placide de tous les Premiers ministres de Wade, l’incident survenu, le jour même de sa démission, au Palais de la République. Ce jour, l’ex-chef du gouvernement a refusé de se soumettre à une fouille corporelle à laquelle l’invitait un zélé agent de sécurité du Palais. En sus d’une bordée d’injures telle que racontée par les témoins de la scène, Macky Sall a tourné les talons et dit de vive voix et à qui de droit, sa détermination à ne point se laisser marcher sur les pieds. Les excuses de Wade n’y feront rien. Et c’en était ainsi l’acte 1 d’un duel à fleurets mouchetés dont tout indique qu’il n’en était qu’à ses débuts.

Second acte : l’intervention sur les ondes des radios de son chef de cabinet dont la tonalité guerrière laissait déjà présager une suite heurtée dans les relations entre la cour des Wade et le perchoir de l’Assemblée nationale. ‘Je lui (Macky Sall) ai dit que vous allez dans un poste politique, éminemment politique où vous êtes élu. Vous allez bénéficier d’un mandat parlementaire. C’en est fini du droit de réserve. Il faudra répondre coup par coup. Parce que je dis qu’il a, tout le temps, reçu des coups. Il n’a pas répondu. Et moi, en tant que chef de cabinet qui suis chargé de sa politique, il m’a toujours interdit de m’exprimer et de répondre. Je pense qu’à partir de maintenant, c’est fini’, a déclaré Sitor Ndour. Si ce n’est pas un casus belli, cela lui ressemble étrangement.

Troisième acte : Aliou Sow, réputé proche de Macky Sall, s’est singularisé lors des consultations par un geste de défiance qui frise l’insubordination. L’attitude de celui qui dit n’être pas prêt à ‘faire acte d’allégeance’ est, pourtant, à ranger dans la rubrique de ces petits gestes politiquement bavards.

Maintenant que le retour de Idrissa Seck est passé du probable au possible, Macky Sall et ses affidés ont intérêt à démontrer leur détermination à ne pas passer pour les agneaux du sacrifice à des retrouvailles dont tout indique qu’elles ne dépendent plus que de quelques détails liés aux agendas des uns et des autres. Au même moment, le rouleau compresseur qui est bien en marche, commence à faire des victimes chez ses partisans. Tous les directeurs généraux de sociétés nationales réputés proches de l’ex-Premier ministre sont sur le point de passer à la trappe. Si ce n’est déjà fait ! Alioune Niang de l’Aser, Serigne Mboup de Petrosen ont été déjà débarqués. Si l’on en croit les bruits de salon, d’autres Dg, coupables de fricoter avec le maire de Fatick, devront s’attendre à monter sur l’échafaud. Disons que c’est l’histoire qui se répète. Est-ce un hasard de calendrier ? En politique, les actes ne sont jamais neutres.

En tout cas, après la ‘déseckisation’, voici venue l’ère de la ‘démackisation’. C’est de bonne guerre, dirait-on. Reste, simplement, à savoir quelle attitude le président de l’Assemblée nationale, vu les moyens politiques qui sont les siens, va adopter face à ce retour en zone de son prédécesseur à la Primature et à cette grande battue contre ses fidèles.

Surtout qu’il se susurre que ce retour de l’ex-futur enfant prodige pourrait passer par une entente entre Idrissa Seck et Karim Wade. C’est connu, en mathématiques : l’ami de mon ennemi est mon ennemi. Et s’il se trouve que cet ami a été votre propre ennemi, on n’a pas besoin de tableau pour faire le croquis des dégâts.


À voir aussi

Saidou Nourou Ba parraine la commission ad hoc

Saidou Nourou Ba  dirige les travaux de la Commission ad hoc sur le parrainage. L’ancien …

Idrissa Seck est bien Mouride

Ceux qui doutent de l’appartenance d’Idrissa Seck à la confrérie mouride peuvent se rassurer. Il …