POLITIQUE

RETROUVAILLES LIBÉRALES- La Cojer de Rufisque dit ‘’Niet’’

  • Date: 24 mai 2016

Les jeunesses républicaines de Rufisque s’opposent farouchement aux retrouvailles libérales

La Cojer de Rufisque jette du sable dans la soupe du dialogue politique ou national  esquissé par le Président Macky Sall. Appréciant, en effet, l’appel à la concertation lancé par le chef de l’État, à l’endroit de la classe politique, et particulièrement de l’opposition pour des retrouvailles libérales, les jeunes républicains demandent à leur mentor de président de ne pas produire les mêmes erreurs qu’Idrissa Seck a commises.

En effet, à en croire ces jeunes de l’Apr, vues les séquelles et les stigmates qui demeurent après les 12 ans de règne du PDS, se retrouver serait une erreur monumentale de l’APR que les Sénégalais risquent de sanctionner. « Au regard du contexte politique actuel dominé par la mouvance présidentielle des partis forts comme l’Apr, le Ps, l’Afp, y ajouter le Pds, Rewmi, Bokk Gis Gis, Ucs, équivaudrait à plomber et à affaiblir notre démocratie car on se retrouverait dans une République sans opposition sachant que ce dernier doit être un contre-pouvoir dans un État de droit », analyse la Cojer dans un document parcouru par Rewmi Quotidien. Selon le Coordonnateur de jeunesses républicaines de Rufisque, « ceux qui ont remporté les élections doivent exercer le pouvoir et ce qui ont perdu s’opposer à le conquérir ou le reconquérir ».  Cependant, précise-t-il,  « ce dialogue ne doit aucunement converger autour de questions de politique politicienne. Sous ce rapport, la Cojer de Rufisque demande fortement au président de la République de ne pas accepter de discuter de la libération de Karim Wade et Cie. Bien au contraire, le Code pénal doit être révisé, afin que les délits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite soient érigés en crime et que leurs condamnations définitives ne puissent être l’objet de grâce présidentielle ou d’amnistie. Ces délits doivent être qualifiés en crimes économiques ».

Et Balla Diop de renchérir : « Les urgences de l’heure demeurent la crise scolaire, les soubresauts dans le secteur de la santé, la problématique de la sécurité, l’économie du pays, la diplomatie, les réformes institutionnelles et constitutionnelles, etc. » Par ailleurs, la Cojer de Rufisque se réjouit des changements opérés au niveau de la Crei et demande aux nouveaux magistrats de la Crei d’épuiser la liste des 12 personnes incriminées dans le cadre de cette traque de biens supposés mal acquis pour une justice « distributive, impartiale et jusqu’au-boutiste. »

Mouhamadou BA

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15