téléchargement (5)

RETROUVAILLES MACKY/WADE : Inquiétude au sein de Benno Bokk Yakaar

Les retrouvailles annoncées entre le Président Sall et Me Abdoulaye Wade sur fond de dialogue ou de négociations inquiète au plus point les alliés de Benno Bokk Yakaar.

Les déclarations d’Ibrahima Sène membre du Comite central du Parti de l’Indépendance et du travail (PIT) en disent long sur le degré d’appréhension qui anime ses leaders.

Si le plénipotentiaire du Pit va jusqu’à mettre en garde Macky en des termes aussi durs, c’est qu’une réflexion approfondie les a amenés à conclure que le Président est en train de leur tourner le dos. Aussi Ibrahima Sène a été on ne peut plus clair : « C’est lui qui a le pouvoir, qui associe qui il veut. S’il décide de nous faire sortir de sa coalition, nous irons dans l’opposition et nous le combattrons. C’est tout! Il n’a aucun intérêt politique, sous prétexte de s’ouvrir au Pds, de scier la branche sur laquelle il est assis ».

Cette sortie qui rejoint celle de Mamadou Ndoye, leader de la Ligue démocratique (LD) est loin d’être une réflexion sur le dialogue politique. Elle n’obéit pas non plus à cette forme d’obligation de réserve et de solidarité qui dicte la conduite des membres de la coalition. Elle exprime l’inquiétude de leaders de la coalition qui savent très bien ce que signifie la vengeance en politique.

Si en effet la roue tournait en faveur du Pds, Me Wade qui a encore tous ses esprits, ne manquera pas de peaufiner une stratégie de liquidation politique contre ceux qui n’ont jamais cessé de lui faire la guerre d’abord en ce qui concerne le troisième mandat, ensuite lors du second tour de la présidentielle et enfin dans cette traque où son fils a subi, pendant plus de trois ans, les affres de la prison.

On se rappelle toutes les sorties de leaders de Bby qui ont fini de présenter la traque comme une demande sociale alors que nous savons tous que c’est discutable.

Même dans cette dernière déclaration d’Ibrahima Sène, il ressort clairement que Karim ne doit nullement bénéficier de l’amnistie et qu’il doit rembourser les sommes dues.

Du coup, nous avons l’intime conviction que les leaders de Benno savent que Me Wade ne travaillera pas avec eux au sein d’un gouvernement. Et que même eux ne sont pas prêts à le faire. On ne pactise pas, en principe, avec ceux qui sont supposés avoir les mains sales.

C’est pourquoi, Macky ne peut choisir qu’un groupe ou l’autre. Ce sera soit Benno, soit le Pds.

C’est pourquoi les leaders de cette coalition ont l’impression que la roue est en train de tourner en faveur du Pds. Et que c’est le début du compte à rebours.

La plus élémentaire réflexion politique pousse a se rendre compte que Benno est en train d’épuiser ses capacités historiques et opérationnelles de venir au secours de Macky. Il lui faudra une autre coalition, du sang neuf, en somme.

Malgré la victoire de ka coalition au referendum, le taux important d’abstention et le vote mouride très hostile a vaincu les dernières appréhensions du président de la République a s’entendre avec le camp libéral en mettant fin a la traque et en libérant Karim Wade.

Toutes choses qui sont en porte à faux avec les souhaits, les aspirations et conseils donnés par ses alliés de Benno.

Si Macky change de cap dans une situation aussi importante, il y a de quoi se faire des soucis au sein de cette coalition.

Et puis, après les difficultés connues par les deux principaux partis qui composent la coalition à savoir le Parti socialiste(PS) et l’Alliance des forces de progrès(AFP), il y a de quoi s’interroger sur ce que représente vraiment Benno de nos jours.

Tanor et Niass et encore moins Macky 2012, Pape Diouf et autres ne partiront certainement pas, mais le Pit le la Ld, compte tenue des positions déjà affichées sur la libération de Karim Wade, n’hésiteront pas à le faire. Car ces partis de gauche n’ont jamais, jusqu’ici, transigé sur les principes. Ils préféreront plutôt partir.

Or, ce ne sont pas ces partis qui empêcheront Macky de dormir.

C’est pourquoi, le président semble avoir fait son choix : Pactiser avec le Pds au risque de se passer de l’aile dure de Benno.

Comme quoi, ceux qui disent que Benno survivra ne se trompent pas même s’ils oublient souvent d’ajouter que la coalition devra enregistrer d’autres départs.

Assane Samb

Voir aussi

telechargement

Et si on en parlait… Une classe politique dépassée et déphasée

Le Sénégal a mal de sa classe politique. Les mêmes personnes occupent le champ politique, …