Accueil / POLITIQUE / REUNIONS NOCTURNES ET HUIS CLOS POST- ELECTORAUX… : Ces manœuvres qui ont perdu Karim Meïssa Wade

REUNIONS NOCTURNES ET HUIS CLOS POST- ELECTORAUX… : Ces manœuvres qui ont perdu Karim Meïssa Wade

Beaucoup d’encre aura coulé et coule encore sur la débâcle de la coalition Sopi 2009, un fait inédit dans l’histoire de la politique sénégalaise. De part et d’autres, les spéculations vont bon train et, dans la mêlée, le fils du président Wade est accusé d’être le principal instigateur de la déroute libérale. C’est faux, clame un dignitaire « concrétiste », qui assure qu’il s’agit plutôt d’un sabotage systématique, orchestré au sommet de l’Etat.

Tantôt plausibles, tantôt erronés, les dialogues sont servis sur la mémorable débâcle de la coalition Sopi aux élections locales de mars 2009. Un parti au pouvoir, qui perd le suffrage de la capitale, au détour d’une élection locale, cela n’arrive pas très souvent en terre africaine. D’où l’impérieuse nécessité de procéder à une introspection, qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets, sur les tenants et les aboutissants de cette mésaventure. Qu’il y ait eu un vote sanction, c’est là, bien une évidence à laquelle on ne prête aucun doute.

Seulement, à en croire nos sources, force est de constater qu’à l’entame de ce vote sanction, il y a eu un complot, tout un arsenal de démarches initiées, pour occasionner le défaite et faire porter le chapeau à Karim Wade et à son mouvement. «Il y a eu des réunions nocturnes tenues chez un grand responsable du parti, dans sa demeure, aux Almadies. C’est là que tout a été échaudé par de hauts responsables, qui étaient persuadés que si la Coalition Sopi gagne, Karim sera maire de Dakar. Ce qu’ils ne pouvaient pas accepter», confie notre interlocuteur, ajoutant qu’il habite, côte à côte, avec le dignitaire en question à Almadies. A en croire ce responsable Pds, «c’est à l’issue de ces réunions que des stratégies ont été mises en branle». Il s’agissait, pour chacun des responsables, d’organiser des séances de huis clos, avec sa base, pour les dissuader de voter la liste de la coalition libérale.

Par ailleurs, soutient notre interlocuteur, il s’agit aussi de diaboliser Karim Wade et de servir à l’opinion une fausse image de la Génération du concret. C’est en ce sens, dit-il, que «Doudou Wade et Abdoulaye Faye, très contestés par les militants, ont été choisis pour accompagner Karim Wade, lors des ses premières sorties». Une telle stratégie, consistait à faire croire aux Sénégalais, qu’il n’y a jamais eu de rupture et que la Génération du concret, n’était pas une équipe jeune et compétente.

Pour autant, le proche collaborateur de Karim Wade avoue avoir tiré la sonnette d’alarme, en prélude à la sortie piégée de Karim Wade. «J’avais clairement dit à Karim Wade que sa sortie n’était pas opportune et qu’il y avait anguille sous roche, mais mes propos sont restés vains. Après, Dieu avait peut-être décidé de le mettre en épreuve, et je sais que si les Sénégalais avaient tous l’occasion de fréquenter Karim Wade, ils sauraient pourquoi certaines personnes tentent de le diaboliser».


À voir aussi

Mandat des députés: Me Sèye pour une prolongation jusqu’en 2024

Le leader de la Coalition pour l’Emergence (CPE) propose la prolongation du mandat des députés …

Retour de Khalifa et Cie : Cacophonie au Ps

Au Parti socialiste, l’on ne parle pas le même langage sur le retour des exclus. …