Accueil / POLITIQUE / Révélations de serigne Fallou Dieng, président du Cercle des intellectuels soufis « Madické Niang est le plan B du PDS »

Révélations de serigne Fallou Dieng, président du Cercle des intellectuels soufis « Madické Niang est le plan B du PDS »

Le Président du Cercle des intellectuels soufis, Serigne Fallou Dieng, a accordé un entretien à la rédaction pour se prononcer sur la situation du pays.  Il a, à cette occasion, révélé qu’il y a un deal entre le PDS et l’APR, et que Madické Niang sera le candidat surprise de Wade en  2019.

Le deal

« Le deal entre Macky et Wade se déroule ainsi : Wade s’efface du jeu politique et tout porte à le croire puisqu’il est parti et a laissé Madické Niang mener discrètement les négociations. Wade va entrainer ainsi la classe politique dans un boycott, comme l’avait d’ailleurs fait Macky en 2012. Il est allé faire sa campagne au moment où les autres faisaient des manifestations et des boycotts. Ce qui permettra à Madické Niang de sortir du bois pour être le candidat du PDS, le candidat mouride de la dernière minute. Et en ce moment, le pays sera dans de fortes tensions », a fait savoir le petit fils de Serigne Touba. Selon lui, Madické sera un candidat fantoche de dernière minute pour tromper les esprits séditieux mourides en surchauffe. C’est-à-dire les canaliser et leur empêcher de tomber dans l’escarcelle de l’opposition irréductible et pour permettre à Macky Sall de rempiler facilement dès le premier tour, parce que Madické Niang, le challenger fantoche, reconnaîtra sa défaite. Le cercle déplore cette instrumentalisation abusive, malsaine et peu scrupuleuse du nom de Cheikh Sidy Mokhtar à des fins politiciennes, dans la perspective d’un ‘’Ndiguel’’ politique binaire autour d’un pittoresque duel entre Madické Niang et Macky Sall, qui s’autoriserait d’un vaste arrière-plan socioreligieux (Touba et Tivaouane). »

L’agitation politique et la turbulence dans les cités religieuses

« L’agitation politique et la turbulence dans les cités religieuses n’ont pas sauvé le récit de l’autorité et de l’enracinement des masses. La faconde religieuse dans les forums, conférence et symposium me semble plus articulée à créer une position politique dominante, qui soit adossée à la puissance qu’une réelle formation islamique des masses. On pourrait même deviner une formation de la conscience de classe pour la néo-seigneurie religieuse. Avec toute cette faconde intellectuelle, on nous propose le droit et l’opportunité du marabout à s’impliquer dans la politique comme facteur de stabilisation sociale. Ce qu’ils ignorent, c’est que le climat politique est crispé, mais toujours aucun expédient, aucune panacée, pour une médiation durable des acteurs politiques qui hisserait l’autorité religieuse au-dessus de la contingence », a dit Serigne Fallou Dieng.

Les injures  d’Assane Diouf vers Serigne Bass Abdou Khadre

Concernant le cas Assane Diouf, le président du Cercle des intellectuels soufis a soutenu qu’il est une menace publique. « Je condamne tous les propos qu’il a tenus à l’égard du Chef de l’Etat, du proc4ureur de la République ainsi que du porte-parole du Khalife général, en l’occurrence Serigne Basse Abdou Khadre. Assane Diouf n’a pas sa place dans la société sénégalaise. Il est une menace pour la population », a-t-il condamné.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Procès de Khalifa Sall- réactions de la classe politique

Le procès de l’édile de la ville de Dakar a réuni les forces vives de …

Bamba Fall, Maire de la Médina : « Khalifa Sall ne sera jamais sacrifié »

Bamba Fall, maire de la Médina, un des plus fidèles défenseur de Khalifa Sall s’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *