Accueil / ACTUALITES / Révélations exclusives sur Seck, Macky et Karim : Dans les secrets de trois vieux «amis»

Révélations exclusives sur Seck, Macky et Karim : Dans les secrets de trois vieux «amis»

Dans les prochains jours, l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, sera de retour auprès du président de la République, Me Abdoulaye Wade après une brouille de trois années. Le chef de l’Etat l’avait accusé de vol portant sur des milliards, avant de le blanchir, puis de l’accuser à nouveau au lendemain de la publication des résultats de la Présidentielle. Aux hauts responsables du Parti démocratique Sénégalais (Pds), Wade, pour justifier le retour du maire de Thiès auprès de lui a donné cette version : «C’est lui qui a demandé avec insistance à revenir. Laissez-le venir même si je me suis déjà fait une opinion sur lui».

Source : L’As
Une manière pour le chef de l’Etat de dire que le retour à ses côtés de Idrissa Seck se fera sans dégâts. En tous les cas, ces retrouvailles ne seront finalisées de sitôt puisqu’elles seront freinées par un imprévu : médiateur de l’ombre qui devait coordonner le retour à Dakar de l’ancien Premier ministre, le colonel Malick Cissé s’envole lundi pour les Etats-Unis où il restera quinze jours. Expert en protection civile de profession, il a été appelé chez Georges Bush suite à l’effondrement, mercredi dernier, d’un pont à Minneapolis. C’est dire donc que le processus des retrouvailles déjà annoncé, va être en suspens pour quelques jours, d’autant que le chef de l’Etat aussi s’est envolé hier pour la Suisse.

Idy/Macky : l’histoire secrète des carrières de Thiès

Outre ce voyage du colonel Cissé et le procès en appel de Pape Diouf le 24 août prochain pour l’affaire du puits de Bambey qui auront un impact direct sur ces retrouvailles (Pape Diouf avait été victime d’une vraie machination politique), d’autres questions sont posées par l’opinion depuis plusieurs jours. Des questions qui concernent trois personnalités : Idrissa Seck, Macky Sall et Karim Wade, fils du président de la République et président du conseil de surveillance de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci). En vérité, la succession de Me Wade se joue directement entre ces trois personnes. Peut-on penser à une alliance Idy-Karim ou Karim-Macky ou Macky-Idy ? Entre l’actuel Président de l’Assemblée nationale et l’ancien Premier ministre, qu’il a eu à succéder à la Primature, une éventuelle alliance est écartée d’office. Pour comprendre la brouille entre Macky Sall et Idrissa Seck, il faut remonter au temps où l’actuel locataire de l’Assemblée nationale était ministre des Mines. Auparavant d’ailleurs, le président de la République voulait nommer Macky Sall directeur général des Industries chimiques du Sénégal. Idrissa Seck s’y était farouchement opposé et le maire de Fatick s’était finalement contenté d’une coquille vide : Petrosen. Nommé ministre des Mines, Macky Sall va connaître sa première altercation avec Idrissa Seck, alors tout puissant Premier ministre. Révélations.

Alors qu’il était en déplacement à Fatick, Macky Sall reçoit un coup de fil du Pm. Idrissa Seck, qui était en ce moment à Thiès, lui annonce sa volonté de fermer les «carrières de Thiès». Le ministre des Mines lui oppose un refus catégorique. Idrissa Seck persiste. Finalement, les deux conviennent de se rencontrer pour parler à fond du dossier.

Ce qui s’est passé lors du fameux dîner chez Pape Diop

De retour de Fatick, Macky Sall fait un saut à Thiès. Il rencontre le Pm, mais le malaise est profond, et les paroles volent bas entre eux. La tension monte lorsque le lendemain, en plein conseil des ministres, Macky Sall pose le débat devant le Président Wade et les autres membres du gouvernement. Idrissa Seck n’apprécie pas et fonce sur Macky Sall qui lui apporte la réplique. Cette rencontre houleuse du conseil des ministres ne fera que raviver la tension entre le ministre des Mines et le chef du gouvernement. C’est alors qu’une troisième personne décide de recoller les morceaux entre Idrissa Seck et Macky Sall : Pape Diop, président de l’Assemblée nationale. Un débat à l’occasion d’un dîner spécial chez le maire de Dakar, en présence de Idrissa Seck, Macky Sall, Modou Diagne Fada et Pape Diouf avait fait polémique, suite à la sortie de l’ancien cuisinier du Président de l’Assemblée nationale. Voici la vraie histoire : ce jour, Pape Diop voulait que Macky Sall mette de l’eau dans son vin en ce qui concerne les «carrières de Thiès». Mais le dîner n’avait rien arrangé, malgré les intérêts des uns et des autres (Idrissa Seck, par exemple, avait investi dans le secteur touristique au niveau de Bandia et la fermeture des carrières l’arrangeait), il n’y eut pas de compromis. Au contraire, les discussions ont tellement chauffé que Idrissa Seck a menacé de «virer» Macky Sall de son ministère. Depuis cette affaire, c’est «Je t’aime, moi non plus» entre le maire de Thiès et son successeur à la Primature. Une alliance entre les deux est-il possible ? Un proche de Idy dégage totalement cette éventualité: «non, nous n’avons pas besoin de Macky Sall». Un collaborateur de Macky Sall ne dit pas non plus autre chose: «jamais. Et contrairement à ce que l’on dit, Macky Sall n’a jamais eu de contact ni direct ni indirect avec Idrissa Seck depuis que ce dernier a quitté la Primature». Et une alliance Macky Sall-Karim Wade ?

Karim-Macky ou un manque de reconnaissance

Ils étaient très proches. Tellement proches qu’ils regardaient ensemble des films. Entre Karim Wade et Macky Sall, c’était une grande amitié. Une amitié que le fils du président de la République a manifestée à l’actuel président de l’Assemblée lorsqu’il fallait trouver quelqu’un pour remplacer Idrissa Seck à la Primature. Le fils de Wade a beaucoup joué là-dessus, notamment en donnant au président de la République, les arguments, qui selon lui, justifiaient la nomination de Macky Sall comme Premier ministre. S’il est vrai qu’il a, comme tout le monde, des qualités, Karim Wade a aussi un vilain défaut : il est très rancunier, comme d’ailleurs nous le soulignions dans une enquête intitulée «la face cachée de Karim Wade». Et voilà ce qui s’est passé. Macky Sall, soutenu à fond par le président du conseil de surveillance de l’Anoci devient Premier ministre. Un jour, les douaniers de l’aéroport Léopold Sédar Senghor confisquent des bagages de certains proches du fils du Président. Karim Wade s’en ouvre à l’actuel président de l’Assemblée qui, ironiquement, lui lance : «il faut payer petit-frère ! ». Une réponse qui avait touché Karim.

Abdoulaye Baldé, Cheikh Diallo, Baba Wone et Mahmoud Saleh

Cette page tournée, va-t-on vers des rapprochements entre Macky Sall et Karim Wade dont le mouvement «La génération du concret» atteint une ampleur insoupçonnée ? Des tentatives de rapprochement sont menées depuis plusieurs mois. Elles ont été commencées par Cheikh Diallo, chargé de la communication de l’Anoci, puis Abdoulaye Baldé, directeur exécutif de l’Anoci, très proche de Karim, et enfin, il y a de cela six jours, Baba Wone, chargé des affaires culturelles et religieuses de l’Anoci. Tous ont parlé avec Mahmouth Saleh, leader du Nouveau parti (Np) et très proche de Macky Sall. En ce qui concerne, par exemple Abdoulaye Baldé, il a rencontré Saleh dans les bureaux de ce dernier sis à la Présidence, avant de l’accueillir lui-même dans ses locaux, se trouvant dans la même institution. En ce moment, il s’agissait d’apaiser la tension qui régnait entre Macky Sall et Karim Wade mais aussi de neutraliser, après identification, les supposés «pyromanes» des deux camps. Mais, avec le retour au bercail de Idrissa Seck, la donne a changé, puisque les médiateurs recherchent une alliance Karim-Macky. Lors d’un déjeuner au restaurant «Le Toucouleur», en ville, Baba Wone a, en résumé, demandé à Saleh de proposer à Macky de s’allier avec Karim pour combattre Idrissa Seck. Mais Wone, sans le dire explicitement, voulait que Macky soit le «tireur» et Karim le fournisseur de munitions. La réponse de Saleh : «Si vous êtes opposé à Karim Wade, il faut d’abord le dire publiquement». La méfiance, comme on le voit, mine les deux camps.

Karim, Idy et Pierre Aïm

Elle mine aussi les relations entre Karim Wade et Idrissa Seck. Que pense le fils du Président de celui qui a traité, comme il le dit lui-même, son père «d’ancien spermatozoïde». En vérité, un retour à la normale (ils étaient des complices) entre Karim et Idy est presque impossible. Car le maire de Thiès croit dur comme fer que le Président va positionner son fils pour lui succéder. Retour sur une petite anecdote. Dans son Cd, diffusé alors qu’il était en garde-à-vue à la Division des investigations criminelles (Dic), Idrissa Seck affirmait qu’un «ami toubab» lui disait que le «fils biologique avait grandi» et que lui «le fils politique» devait décamper. Cet ami toubab se nomme Pierre Aïm, conseiller spécial du président de la République. D’ailleurs, lorsque Karim l’a saisi au téléphone, il a reconnu avoir tenu ces propos. Ce même Pierre Aïm avait demandé au fils du Président, avec qui il avait des relations de père à fils dans le passé, de faire tout pour empêcher l’arrestation de Idrissa Seck. Mais finalement, le maire de Thiès a été emprisonné.

Aujourd’hui, avec le retour de Idrissa Seck, ce sera la guerre des combinaisons. Mais, il est sûr que tout se joue entre le maire de Thiès, Macky Sall et Karim Wade. Dans les trois camps, chacun y va de ses propres analyses, calculs et théories. Qui gagnera la bataille ? Qui va s’allier avec qui ? L’histoire fournira ses réponses. En tout cas, voilà ce qu’il en était pour les faits.

Le dernier médiateur est le journaliste Michel Biongolo

Va-t-il enfin réconcilier Macky Sall et Karim Wade ? En tout cas, c’est le dernier médiateur à entrer dans la danse. Michel Biongolo, journaliste à 3 A Telesud, a quitté Paris pour Dakar depuis plusieurs jours afin de recoller les morceaux entre ses deux amis. A ce titre, il a rencontré Karim Wade puis Macky Sall. Mais d’après les informations qui nous sont parvenues, il risque aussi d’y avoir des facteurs de blocage à ce niveau. Puisque Karim Wade a confié au journaliste, que deux personnes, dont Marième Faye, épouse de Macky Sall bloquent ses retrouvailles avec le Président de l’Assemblée. Le maire de Fatick a répondu au journaliste que si réellement son épouse est un facteur de blocage, c’est parti pour un blocage éternel ! L’amour surclasse la politique…


À voir aussi

Election au Mali: Macky a félicité IBK

Le Président Macky Sall a appelé, hier, son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, pour le …

Un neveu du Président Senghor arrêté aux Etats-Unis

Marco Senghor,  neveu du président Léopold Sédar Senghor a été arrêté la semaine dernière par …