ACTUALITE

REVELATIONS SUR L’AFFAIRE PETRO-TIM Abdoul Mbaye récidive

  • Date: 24 octobre 2016

Le Premier ministre Abdoul Mbaye récidive. C’est le moins que l’on puisse dire après une seconde lettre ouverte envoyée au Président Macky  Sall et dont la presse a largement fait état ce week-end. Le Président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a encore interpellé le Président Macky Sall pour avoir des réponses à des questions soulevées sur l’Affaire PétrotimMais Abdoul Mbaye s’est surtout livré à des commentaires et appréciations personnelles sur des faits qu’ils jugent « frauduleux »,  mais surtout « d’une extrême  gravité ». Mieux, il est allé au-delà de sa lettre ouverte du 15 août dernier. Il fait ici des révélations, ou plutôt des confirmations d’existence de décrets qu’il a lui-même contresignés et qui ont trait à l’attribution des permis de recherche et d’exploitation d’hydrocarbures liquides et gazeux à la société Pétrotim Ltd. Ces décrets, déjà publiés par le journaliste sénégalais basé à Washington, Baba Aïdara, sont au nombre de deux. Le premier concerne le bloc Offshore de Cayar et le second celui de Saint-Louis. Le Premier ministre annonce que ces décrets ont été signés sur la base « d’inexactitudes d’une extrême gravité laissant supposer que ce sont bien des décrets corrompus par de fausses informations qui ont été signés ».

Revenant sur ces informations inexactes, il a fait observer que : 1. PetroAsia Resources Limited n’est pas « un groupe de sociétés », mais une société au capital de 5 000 000 fcfa2. PetroAsia Resources Limited n’est pas « contrôlé par des investisseurs », mais par un individu qui en est l’unique actionnaire; 3. PetroAsia Resources Limited n’est pas « doté d’une expérience avérée et réussie dans le secteur de l’Energie et notamment dans l’Exploration-Production des Hydrocarbures », parce que créée le 6 mars 2012 avec un capital de 10 000 US$. Le Président de Act interpelle alors le Président Sall pour demander qu’ « une enquête objective et indépendante » soit diligentée. Parce que, logiquement, il se demande si oui ou non ces inexactitudes ont été construites « à dessein pour tromper, obtenir et justifier la signature du décret ». Il a fait d’autres révélations sur Petroasia Resources Ltd, créée en 2012, mais présentée comme une société « dotée d’une expérience avérée et réussie dans le secteur de l’Energie et notamment dans l’Exploration-Production des Hydrocarbures », mais qui, en réalité, a été déjà dissoute le 15 septembre 2016 puis récrée. Une nébuleuse sur laquelle Abdoul Mbaye a mis l’accent se mettant, derechef en situation de défi par rapport aux menaces et mises en garde du Premier ministre actuel, Mahammad Boun Abdallah Dionne ? Il avait menacé de traduire en justice toute personne qui donnerait de fausses informations sur ces affaires comme Pétrotim.

Là, il est clair qu’Abdoul Mbaye a récidivé comme Ousmane Sonko du reste qui, dans une interview donnée ce week-end, a mis en exergue ce qui lui semble être des inexactitudes dans les déclarations de l’actuel Pm. Non pas parce que le banquier devenu homme politique a diffusé de fausses informations, mais surtout parce qu’il n’a pas respecté l’obligation de réserve telle que souhaitée par Abdallah Dionne. Il a été loin d’être sensible aux menaces de ce dernier. La plainte de Frank Timis ne l’a pas ébranlé, non plus. Me El hadji Diouf qui rêvait de « semer la peur dans leurs rangs », a manifestement raté son objectif. Abdoul Mbaye a fait beaucoup de révélations dans cette dernière lettre. Beaucoup plus qu’il en a fait dans la première. Ces interrogations ne sont rien d’autres que des précautions de style. En réalité, il fait des affirmations. Comme dans sa première lettre, il a les réponses à ses questions. Tout pour dire que les adversaires de Macky Sall ont manifestement trouvé le point focal de leur stratégie de déstabilisation du Président de la République. Comme naguère les CD de Idrissa Seck, les lettres de Abdoul Mbaye risquent de secouer la République. Reste maintenant à savoir comment le pouvoir va manœuvrer pour contrer l’offensive de ses adversaires, étant entendu que ni les menaces ni les plaintes n’ont prospéré jusqu’ici.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15