Accueil / ECONOMIE / REVENDICATIONS NON RESPECTÉES:Les transporteurs des hydrocarbures en grève les 23 et 24 avril

REVENDICATIONS NON RESPECTÉES:Les transporteurs des hydrocarbures en grève les 23 et 24 avril

Le syndicat des chauffeurs, transporteurs des hydrocarbures compte aller en grève lundi et mardi prochains. Cette décision fait suite au préavis de grève qui avait été déposé le 25 janvier 2007 et qui est resté sans suite.
« Nous sommes en assemblée aujourd’hui pour décider d’aller en grève. Nous avons déposé un préavis de grève depuis le 25 janvier 2007 mais, rien n’est fait ». C’est en ces termes que Cheikh Diop, le secrétaire général du Syndicat des pétroles et du gaz, forces du changement s’est adressé à la presse en marge de l’assemblée extraordinaire des chauffeurs de transport hydrocarbure organisée, hier. Au cours de cette assemblée générale, les camarades de Modou Thioune, responsable du secteur des transports et des hydrocarbures se sont prononcés sur la stratégie de leur lutte. Ainsi, ils ont d’abord décidé d’aller en grève « d’avertissement » de deux jours. « Nous avons saisi toutes les autorités compétentes pour essayer de rapprocher les deux parties mais, en vain. Aujourd’hui (Ndlr : hier) nous avons décidé d’aller les 23 et 24 avril 2007 », a lancé M. Diop.

Ce Syndicat des pétroles et du gaz affilié au syndicat à la Cnts-Fc condamne la décision prise par le gouvernement d’ignorer le volet social dans sa solution de sortie de crise du secteur du pétrole. Selon Cheikh Diop, le secrétaire général dudit syndicat, « c’est regrettable que les premières propositions faites par le ministre de l’Energie et des Mines pour le règlement de cette crise, n’intègrent pas le volet social que comporte les revendications des travailleurs ». Selon lui, ces mesures sont tout sauf une solution, car n’intégrant pas la plate-forme revendicative des pétroliers. Le volet social concerne le pacte social qui demande la revalorisation des conditions de travail, des conditions salariales, le reclassement des travailleurs, la prime de risque et les indemnités de logement. « Depuis juin 2006 nous avons déposé cette plate-forme revendicative sur la table des autorités, mais aucun point n’est respect », se désole M. Thioune. À entendre les travailleurs, le règlement global de la crise doit également intégrer le dossier Oryx-Sénégal.


À voir aussi

Rufisque offshore : Total cède 30% à Petronas

La Malaisie met les pieds dans le pétrole sénégalais. Selon Les Echos, Total a cédé …

Mboumba: Le Puma injecte 30 millions pour réhabiliter la canalisation

30 millions de nos francs, c’est le montant que le Puma a injecté pour la …