presse

Revue de presse du 16 septembre 2015- Les affaires publiques tiennent la vedette dans la presse du jour

Les questions de gouvernance intéressent, ce mardi, une bonne partie des quotidiens.

La coopération économique entre le Sénégal et les Etats-Unis d’Amérique est évoqué par Le Soleil, qui titre : « Un nouvel accord quinquennal de 233 milliards de francs CFA ».

Dakar et Washington « ont signé hier les avenants aux accords de financement relatifs aux différents domaines d’intervention appuyés » par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) au Sénégal, rapporte le journal.

« Cette signature prolonge de cinq ans ces accords estimés à 233 milliards de francs CFA, qui devaient arriver à échéance le 27 septembre prochain », explique Le Soleil.

Walfadjri réserve sa une aux activités gouvernementales. « Après 45 jours de farniente, l’Exécutif revient sur terre », titre-t-il. « Le gouvernement avait tourné le dos aux urgences, durant un mois et demi-. Les vacances terminées, le président et son gouvernement retrouvent les attentes des Sénégalais, qui n’avaient pas pris de congé », affirme Walfadjri.

Le Populaire met en exergue « l’aveu d’impuissance du PM (le Premier ministre, Ndlr) à Al Amine », le porte-parole du khalife des tidjanes, qui, selon ce journal, tente de résoudre « la crise scolaire ».

« J’ai appelé le Premier ministre et lui ai demandé si le gouvernement peut satisfaire les enseignants, il m’a répondu que non », rapporte Le Populaire, citant Abdoul Aziz Sy dit Al Amine.

L’Observateur s’est intéressé au statut des membres de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), un organe gouvernemental dédié à la lutte contre les financements illicites.

Le journal indexe une « CENTIF hors la loi » et affirme que deux des membres de cette cellule « ne sont pas éligibles » aux fonctions qu’ils exercent au sein de cette structure. « Sa composition actuelle ne répond à aucune règle administrative », écrit L’Observateur, au sujet de la CENTIF.

Sud Quotidien s’entretient avec l’opposant et homme d’affaires Mamour Cissé, qui met le doigt sur l’hégémonie de deux pays sur le secteur bancaire sénégalais. « Notre système bancaire est entre les mains du Maroc et de la France », a dit M. Cissé.

« Le film de l’horreur », « les raisons de l’hécatombe », « la grue tombe sur Bin Laden », « les regrets de Gérard Senac », titrent respectivement L’As, Enquête, Le Quotidien et Le Témoin Quotidien, qui évoquent des sujets différents.

« La déposition de Mahamat Hassan Abakar s’est terminée (…) par le visionnage d’un film de 50 minutes sur des exhumations de dizaines de corps, durant les huit années de dictature du régime de Hissein Habré », rapporte L’As.

Mardi, M. Abakar, cité à témoin, a livré au tribunal jugeant l’ex-président tchadien les résultats d’une enquête qu’il a conduite au Tchad sur le régime de Hissein Habré.

« Duplicité »


« Les raisons de l’hécatombe », c’est la « série de meurtres de Sénégalais de l’extérieur », selon le journal Enquête. « Après Mor Sèye en Italie et Cheikh Djiba, brûlé vif au Brésil, Lamine Senghor a été poignardé à Paris, lundi », rapporte-t-il.

« Le racisme, la crise économique et le comportement des Sénégalais [sont] pointés du doigt », explique le journal, affirmant que « l’assistance juridique de l’Etat [aux émigrés] fait défaut ».

Le Quotidien rapporte qu’ »après la chute d’une grue, à La Mecque, qui a fait 107 morts, le roi Salman a sanctionné lourdement Bin Laden Group : il est exclu des appels d’offres et des nouveaux projets publics ».

« Le groupe saoudien fait subir impunément des misères au Sénégal, qui a toujours supporté sa duplicité visant à soutirer davantage de milliards au pays ».

Bin Laden Group, un opérateur du bâtiment et des travaux publics, intervient dans la construction d’infrastructures au Sénégal.

Une centaine de personnes sont perdu la vie dans un accident survenu la semaine dernière dans l’un de ses chantiers, à La Mecque.

« Il y a des morts qui tapent sur la conscience. Celle du motocycliste Gora Thiam, tué par une vache en divagation sur l’autoroute à péage, le 5 août dernier, hante le sommeil de Gérard Senac. Le patron d’Eiffage ne cherche (…) pas à cacher ses sentiments. L’homme affiche ses regrets et se dit très gêné par la mort de Gora Thiam », écrit Le Témoin Quotidien.

Eiffage a construit l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, dont il assure l’exploitation.

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …