ACTUALITE

REVUE DE PRESSE- LES QUOTIDIENS METTENT EN EXERGUE LA COLÈRE CONTRE JEUNE AFRIQUE

  • Date: 1 février 2016

Dakar, 1er fév (APS) – Les quotidiens parvenus ce lundi à l’APS évoquent des sujets sociétaux, politiques et économiques, dont la colère des mourides envers le journal Jeune Afrique.

Des musulmans sénégalais, des mourides pour la plupart, ont tenu des manifestations ce weekend, à Dakar et dans d’autres villes du Sénégal, en guise de protestation contre une caricature de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1929) publiée par l’hebdomadaire basé à Paris.

Le dessin de presse représentant le fondateur de la confrérie des mourides est jugé blasphématoire.

« Les mourides crachent du venin sur JA (Jeune Afrique, Ndlr) », titre le quotidien Enquête, annonçant que le journal est déclaré « persona non grata » au Sénégal par les manifestants.

« Il faut qu’on respecte les gens, pour que l’humanité vive en paix. Cheikh Ahmadou Bamba ne mérite pas ça. C’est une personne qui a passé toute sa vie à construire des mosquées et à enseigner le Coran », rapporte Enquête, citant l’un des manifestants, l’imam Mbaye Niang, député à l’Assemblée nationale du Sénégal.

Dans la capitale, des manifestants ont « demandé l’interdiction de la vente du journal au Sénégal », rapporte Le Populaire. Il rapporte la réaction d’Abdoul Aziz Sy Al Amine, le porte-parole du khalife général des tidjanes, qui a dénoncé « cette provocation insupportable » de Jeune Afrique.

La caricature dénoncée servait à illustrer le phénomène du port de sacs de femmes par une partie de la gent masculine sénégalaise, qui a récemment défrayé la chronique au Sénégal.

« On ne se servira pas de moi pour offenser Bamba (Cheikh Ahmadou Bamba, Ndlr) », titre La Tribune, citant le jeune artiste-musicien accusé d’être l’inspirateur de ce phénomène de mode.

Pour se donner bonne conscience, ce dernier a publiquement « détruit » son sac à main, lors d’une manifestation organisée au Grand Théâtre de Dakar, selon plusieurs quotidiens. « Un geste salué (…) par un tonnerre d’applaudissements », souligne La Tribune.

Une partie des quotidiens a accordé la priorité à d’autres sujets.
Le Quotidien affirme que la société offrant des produits de téléphonique mobile sous la marque Orange pratique les « fausses déclarations ».

Elle a « sous-évalué ses recettes sur le mobile d’au moins 400 milliards de francs CFA, en trois ans », en plus de s’adonner à « l’externalisation » de ses services « pour ne laisser qu’une coquille vide au Sénégal », selon le même journal.

Sud Quotidien consacre un dossier à la politique menée par le gouvernement pour rendre le Sénégal autosuffisant en riz, l’une des céréales les plus consommées au Sénégal et largement importée par le pays.

« Je doute qu’on puisse arriver à une autosuffisance en riz, en 2017 », affirme l’ingénieur agronome Rokhaya Daba Fall dans une interview publiée par le journal.

Le Soleil se fait l’écho de l’appel lancé par le président Macky Sall, pour qui « il est temps que l’Afrique parle d’une seule voix ».

« Il y a lieu d’être optimiste sur l’avenir de l’Afrique. Nous avons une unité politique, nous avons des programmes économiques communes », a souligné le chef de l’Etat sénégalais lors du sommet de l’Union africaine, ce weekend, à Addis-Abeba (Ethiopie).

L’Observateur publie une interview de Toussaint Manga, le secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (UJTL), affiliée au Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition). « De la prison, on sait que les Sénégalais souffrent. Des détenus m’ont confié que leur situation est meilleure en prison qu’en l’extérieur », déclare M. Manga, qui vient de passer plusieurs mois à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, à Dakar.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15