POLITIQUE

REVUE DU CODE ELECTORAL Abdoulaye Daouda Diallo promet un meilleur traitement

  • Date: 21 octobre 2016

Les acteurs chargés de réfléchir sur le fichier électoral et qui ont planché sur la question pendant des mois, ont terminé le travail qu’ils ont entamé au lendemain du lancement du dialogue national. Ainsi, ils ont déposé, hier, leur rapport entre les mains du ministre de l’intérieur qui, à son tour, promet un meilleur traitement des conclusions dans leurs assises.

Ce texte comporte les sujets débattus, les compromis et les points d’achoppements entre la majorité, les non-alignés et l’opposition. En effet, selon le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, la procédure appropriée de traitement des conclusions de leurs assises en de pareilles circonstances, telle que définie l’article 9 du  code de conduite encadrant les travaux de la commission, va être enclenchée dans de meilleurs délai afin qu’ils puissent disposer le plus rapidement possible d’une édition 2016.

Le rapport général de la commission technique de revue du code électoral, en application de l’article 9 du code de conduite, a été élaboré sur la base de 19 comptes rendus ayant sanctionné d’importants travaux menés du jeudi 16 au mercredi 3 Aout 2016. « Cette rencontre fait suite à celle d’échange et de concertation, tenue le 9 mai 2016 et au cours de laquelle vous avez, avec le représentant des partis politiques, décidé de la mise en place de la commission technique de revue du code électoral », a fait savoir le ministre de l’Intérieur. Selon lui, la pluralité de la commission de cette année, réside en partie dans la large pluralité de sa composition. En effet, cette fois-ci, en plus de ses membres classiques, elle a regroupé des experts électoraux, des éléments de la société civile diversement représentée et des représentations d’institutions comme le Conseil économique social et environnemental. C’est d’ailleurs précisément dans cette diversité des participants venus de tous les horizons, qu’il faut trouver la richesse des conclusions auxquelles nous avons abouti.

Par ailleurs, Déthié Fall  qui était présent à cette rencontre, se désole du comportement du ministre. « La première lecture que je fais, c’est le comportement du ministre du l’Intérieure. Vous avez vu ce qui s’est passé, il n’a même pas voulu couvrir les débats, un comportement très craintif pour quelqu’un qui doit rassurer en tant que ministre de l’Intérieure du Sénégal », a-t-il regretté. Selon lui, Abdoulaye Daouda Diallo est quelqu’un qui a montré ses limites objectives à tout point de vue. Il n’est pas capable d’organiser une élection transparente dans ce pays. Et ce qui s’est passé aujourd’hui, le prouve pour ceux qui en doutent encore à suffisance. Ainsi, il rappelle qu’ils ont eu à travailler dans le cadre de la revue technique du code électorale et qu’ils ont connu des désaccords majeurs sur des questions essentielles. La refonte partielle du fichier électorale, « nous en avons parlée et nous avons souligné la confirmation et la radiation qui constituent des coups durs pour notre démocratie  connue majeure et toujours adulée. Et de ce point de vue, nous pensons que ministre de l’Intérieure doit le plus rapidement partir, disparaitre du processus électoral », déclare-t-il.

A l’en croire, ce n’est pas le nombre d’accords ou le nombre de désaccords qui est important, mais les points sur lesquels portent les accords et les points sur lesquels portent les désaccords. ‘’Et c’est regrettable de voir que c’est le processus électoral dans son cœur qui est menacé’’, déplore M. Fall. A ses yeux, le ministre de l’Intérieur a atteint ses limites objectives et ce qui s’est passé aujourd’hui (hier) le prouve à suffisance.

Khady Thiam COLY

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15