Accueil / ACTUALITES / Rewmi aujourd’hui ou l’aventure d’un navire en déperdition, selon Le Soleil

Rewmi aujourd’hui ou l’aventure d’un navire en déperdition, selon Le Soleil

La scène eût été cocasse, s’il n’y avait pas une certaine tragédie à la situation. Un navire en plein océan, abandonné en catimini par son capitaine, qui a embarqué dans une chaloupe, femme et enfants, pour souquer ferme vers des rivages plus cléments. Laissant à leur triste sort, les officiers de bord et les matelots qui l’avaient accompagné dans son assaut contre le navire-amiral.

Par Badara Diouf, Le Soleil
Tel semble être, aujourd’hui, la tragédie sans nom, que vivent les dirigeants du parti Rewmi, les jeunes, qui commencent de plus en plus à ruer dans les brancards, et même Jean-Paul Dias qui n’avait pas hésité à brûler tous ses vaisseaux pour soutenir Idrissa Seck dans sa folle ambition de se dresser contre son mentor. Et aller à l’abordage de son navire. On sait aujourd’hui comment l’aventure s’est terminée. C’est une déroute cinglante qui a sanctionné les prétentions du jeune coq.

Étant parfaitement conscient qu’après la présidentielle les comptes seront soldés, pour avoir puisé, alors qu’il n’en avait aucun droit, sur des fonds publics qui ne lui étaient pas destinés, et pas fou pour un sou, M. Idrissa Seck a préféré s’exfiltrer dans la plus grande discrétion du pays. Ni ses nouveaux amis politiques et ex-adversaires à la présidentielle du fameux Front qui ont accepté son retour en leur sein après l’avoir traité de tous les noms d’oiseaux, ni ses compagnons de route du moment comme Jean-Paul Dias, il n’a mis personne dans la confidence. Il a quitté le pays sur la pointe des pieds, laissant à leur sort tous les malheureux gens qui ont eu la naïveté de croire à sa langue mielleuse, à son matamorisme de façade qui n’ont jamais convaincu les citoyens lucides. Aujourd’hui, il est loin, laissant ses camarades dans la panade, et des pans entiers de son parti commencent à se fissurer. Même ceux qui manifestaient une certaine foi du charbonnier commencent à se poser des questions et passent des nuits blanches pour essayer de comprendre les ressorts voire la nature véritable d’un homme à qui ils ont tout sacrifié.

Chaque jour qui passe, ils attendent un signe qui ne vient pas. Ils ont beau scruter l’horizon, pas une fumée blanche ne s’élève, tandis que les gros nuages s’accumulent sur leurs têtes. Certains pensent le plus sérieusement du monde à quitter le navire en perdition et nager vers l’île la plus proche pour sauver leur peau. D’autres se préparent à lever le drapeau blanc, reconnaître qu’ils se sont trompés en s’élancer dans cette aventure auprès d’un capitaine, qui à l’expérience, a démontré qu’il n’a pas l’envergure d’un grand marin. Tous se rendent compte aujourd’hui que Rewmi, tel un bateau ivre, navigue sans capitaine et fonce directement vers les récifs. Il n’est pas exagéré de dire aujourd’hui, que bientôt viendra le temps du “ sauve qui peut ”, ce sera chacun pour soi et on maudira le capitaine aux pieds plats qui les a embarqués dans cette galère.

On n’a pas fini d’entendre des vertes et des pas mûres sur Idrissa Seck.

Oméga.


À voir aussi

Verdict attendu dans le procès de Khalifa Sall La vérité tient à un fil

REWMI.COM Les plaidoiries ont été bouclées hier. Le Procureur et les avocats ont vidé leurs …

Rapport d’amnesty sur le Sénégal Macky, la justice et les forces de l’ordre au-dessus de la loi

Amnesty International a publié hier son rapport annuel sur la situation des droits humains dans …