Accueil / SOCIETE / Rififi à la radio de Farba Senghor, Express FM

Rififi à la radio de Farba Senghor, Express FM

Pour solder leurs comptes, le ministre de l’Agriculture, Farba Senghor, et une vingtaine de ses ex-employés du Groupe Express communication feront recours à un Juge. Les ex-agents, qui ont décidé d’ester en justice pour licenciement abusif, n’entendent pas faiblir dans leur volonté de traîner leur employeur devant la loi. Tout est parti de l’élection présidentielle, lorsque le Conseil d’administration du Groupe Express- communication a donné des instructions fermes au directeur général, Ben Makhtar Diop, pour «liquider» illico presto certains de ses collaborateurs, dont les 98 % étaient parmi les cinquante employés de la radio. Motif invoqué : la nécessité de dégraissage du personnel qualifié de pléthorique.

Source : L’As
Mais en prenant connaissance des actes administratifs contenant les dites mesures, les agents concernés y constatent quelques irrégularités. Pour eux, «la décision du Conseil d’administration est contraire à la législation qui réglemente les rapports Employeurs/Employés, car, un préavis devrait leur être notifié un mois avant l’application effective de la décision». Pire, protestent-ils, «au lieu de nous verser trois mois d’allocation comme le stipule la loi, le groupe Express s’est borné à ne nous payer que deux mois de salaire fin Avril». Selon quelques ex-employés interrogés, «la décision du ministre ne vise que les employés qui refusaient d’outrepasser les règles de déontologie journalistique, en s’attaquant sans raison valable et pour des motifs partisans, au Premier ministre, Macky Sall».

Joint au téléphone, le directeur général dit n’avoir agi que sur instructions du conseil d’Administration, avant d’ajouter : «je reconnais quand même certaines distorsions liées à l’obligation de notifier un préavis de licenciement et de payer un certain nombre de mois de salaires que notre société doit aux employés». Toujours poursuit Ben Makhtar Diop : «il appartient aux plaignants de passer l’éponge sur la brouille qui les oppose au Groupe, ou de saisir les juridictions de notre pays, afin que le Droit soit dit».

Quid des agents qui se disent déterminés à laver l’affront à la barre ? La réponse du directeur tombe sèche. «La hiérarchie du Groupe Express communication et moi-même sommes prêts à répondre à toute convocation du Juge», martèle-t-il. Aussi, nous avons tenté de recueillir la version du ministre de l’Agriculture, Farba Senghor, mais en vain. D’ailleurs, au moment où nous mettions sous presse, une source digne de foi affirme qu’il était depuis hors du Sénégal. En tout cas, une source anonyme nous informe que le licenciement des agents du Groupe Express communication serait attribuable au fait que ces derniers étaient rémunérés à partir du Fonds de Solidarité nationale, qui ne peut plus les prendre en charge


À voir aussi

Bébé tué à Pikine: Le récit glaçant de la mère « tueuse »

L’horreur se passe à Pikine rue 10. La jeune dame de 21 ans constate l’absence …

Hlm Grand Yoff : Un enseignant retrouvé pendu dans sa chambre

Un enseignant au collège Hyacinthe Thiandoum,  âgé d’une soixantaine d’années a été retrouvé pendu dans …