Accueil / POLITIQUE / Risques de tensions électorales: La Société civile prend les devants  
Image d'archive

Risques de tensions électorales: La Société civile prend les devants  

27 organisations de la société civile ont mis en place un cadre de mise en synergie autour de la question électorale. Ce, afin de prévenir les risques d’un contentieux électoral préjudiciable à une gouvernance démocratique.

 Les organisations de défense des droits de l’Homme ont décidé de se réunir dans un même cadre afin de mettre en synergie leurs actions. Ceci pour mieux jouer leur rôle d’alerte et de veille à moins de 6 mois de la présidentielle du 24 février 2019. Au total, 27 organisations signatures ont dévoilé 6 objectifs majeurs.

« Aujourd’hui, au regard des incertitudes qui pèsent sur l’organisation des élections et des tensions qui en découlent, nous risquons d’assister à un lourd contentieux préjudiciable à la tenue d’élections paisibles si cette tendance arrivait à se maintenir. Depuis l’élection présidentielle de 2000, nous n’avons jamais assisté à un dissensus et des désaccords aussi profonds sur le processus électoral, rupture du dialogue politique, désaccords autour du processus électoral, récusation du Ministre de l’Intérieur par l’opposition quant à sa capacité à organiser les prochaines consultations en toute impartialité. Autant de facteurs qui nous préoccupent et nous inquiètent», déclaré, le comité préparatoire, présidé par Mazide Ndiaye.

selon lui, à cette situation, un changement de paradigme est plus que nécessaire avec la mise en place d’un cadre de mise en synergie des organisations de la société civile autour de la question électorale afin de prévenir les risques d’un contentieux électoral préjudiciable à une gouvernance démocratique. «Tenant compte de ce contexte préélectoral tendu et des difficultés électorales et post électorales auxquelles le Sénégal risque de faire face, nous, Organisations de la société civile sénégalaise, décidons de mettre en synergie nos actions autour des principes et valeurs, notamment de contribuer à la consolidation du cadre démocratique et consensuel grâce à une démarche holistique inclusive d’analyse, de recherche, de monitoring et de veille, travailler à favoriser la transparence du processus électoral», soutient-il.

Ainsi, M. Ndiaye de noter que leur cadre d’action réaffirme sans équivoque son équidistance vis-à-vis de toutes les formations et coalitions politiques. « Il entend œuvrer avec les pouvoirs publics, les organes de gestion des élections et toutes les parties prenantes à la compétition politique afin de trouver ensemble, grâce aux vertus du dialogue et de la concertation, les consensus nécessaires à l’organisation d’un scrutin apaisé et crédible, condition indispensable à la sauvegarde de la paix civile et de la cohésion sociale », dit-il. Et précise que le cadre est ouvert à toutes les organisations de la société civile qui exprime le désir d’y adhérer dans le respect du Code de conduite et des principes d’indépendance.

Khady Thiam COLY

 

À voir aussi

Le 27 juin 2011, le jour où Karim devait être tué

La charge est lourde et grave. Elle porte les empreintes de Samuel Sarr via son …

Affaires Karim, Khalifa et Imam Ndao: Amnesty International épingle le Sénégal

Dans son rapport sur l’examen périodique universel des Nations-unies, Amnesty international  met en doute l’indépendance …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *