téléchargement (6)

RONALDO : ‘’ les yeux qui brillent, c’est parce que j’ai beaucoup pleuré. ‘’

De l’enfer au paradis, Cristiano Ronaldo est passé par tous les états et toutes les émotions, dimanche au Stade de France. Dans l’impossibilité de donner un coup de main à ses partenaires sur le pré, il s’est mué en leader sur le bord du terrain. Drôle de soirée. Inoubliable.

« De quoi j’ai l’air ? Hein, de quoi j’ai l’air ? » Main dans les cheveux, le sourire large comme jamais, Cristiano Ronaldo n’a pas oublié qu’il devait être impeccable au moment d’étrenner son nouveau statut de roi d’Europe devant les caméras. « Vous êtes magnifique », lui répond son interlocuteur, qui a quand même remarqué que le capitaine des vainqueurs de l’Euro 2016 avait « les yeux qui brillent ». Pourquoi ? Réponse de CR7 : « Ça, c’est parce que j’ai beaucoup pleuré ». Et pas seulement de joie.

Ce dimanche 10 juillet restera à jamais gravé dans la mémoire de Ronaldo parce qu’il y a gagné une place unique dans l’histoire du football portugais. Parce que le pays a enfin décroché un titre majeur derrière lequel il courait depuis un paquet de temps. Parce que, douze ans après la tragédie grecque de Lisbonne qui, elle aussi, avait fait pleurer le jeune Ronaldo (19 ans) à chaudes larmes, la sélection dirigée par Fernando Santos a rompu le maléfice et pris une éclatante revanche sur le sort.

 » Il m’a donné de la force, de l’énergie « 

Cristiano Ronaldo, lui, a mis du temps à comprendre que cette soirée serait la sienne. Parce qu’elle ne l’a jamais vraiment été. Son match a duré huit minutes. Le temps de prendre Dimitri Payet sur le paletot. Enfin, plus précisément, sur le genou. Le Madrilène a bien essayé de continuer. Il est sorti se faire strapper. A pleuré. Est revenu sur le pré. Avant, sur une dernière accélération, de se rendre compte que c’était fini. Pour de bon. De rage, il a jeté son brassard au sol avant de pleurer à chaudes larmes sur son maudit sort, douze ans après. Et puis, ses copains ont décidé de lui rendre au centuple ce qu’il apporte à la sélection portugaise depuis tant d’années. Ils se sont accrochés. Vous connaissez, la suite. Eder a marqué. « Comme toute l’équipe, il m’a donné de la force, de l’énergie et ce fut très important. Il m’a dit que j’allais marquer le but de la victoire », a révélé le Lillois à l’issue de la rencontre.

Le one man show

Revenu sur le banc en prolongation, Ronaldo s’est mué en Fernando Santos bis. Il s’est mis au service de ses coéquipiers, ce qu’il a d’ailleurs fait de mieux durant cet Euro. S’il n’a pas été transcendant au niveau individuel (3 buts inscrits), il a su se mettre au service de la collectivité. Il l’a fait jusqu’au bout et comme on ne l’aurait jamais imaginé. Dans la zone technique réservée à son sélectionneur, Cristiano Ronaldo a réalisé un véritable one man show. En short et en veste de survêtement, genou gauche bandé, il a harangué ses troupes, donné des consignes, replacé tout son monde avec une vigueur insoupçonnée.

Drôle de soirée. Inoubliable.

« De quoi j’ai l’air ? Hein, de quoi j’ai l’air ? » Main dans les cheveux, le sourire large comme jamais, Cristiano Ronaldo n’a pas oublié qu’il devait être impeccable au moment d’étrenner son nouveau statut de roi d’Europe devant les caméras. « Vous êtes magnifique », lui répond son interlocuteur, qui a quand même remarqué que le capitaine des vainqueurs de l’Euro 2016 avait « les yeux qui brillent ». Pourquoi ? Réponse de CR7 : « Ça, c’est parce que j’ai beaucoup pleuré ». Et pas seulement de joie.

Ce dimanche 10 juillet restera à jamais gravé dans la mémoire de Ronaldo parce qu’il y a gagné une place unique dans l’histoire du football portugais. Parce que le pays a enfin décroché un titre majeur derrière lequel il courait depuis un paquet de temps. Parce que, douze ans après la tragédie grecque de Lisbonne qui, elle aussi, avait fait pleurer le jeune Ronaldo (19 ans) à chaudes larmes, la sélection dirigée par Fernando Santos a rompu le maléfice et pris

Georges Emmanuel Ndiaye

Voir aussi

Amara-Traore

AMARA TRAORÉ La Can 2017 sera difficile pour toutes les équipes

Le fait que les Lions figurent dans le chapeau 3 pour le tirage au sort …