Accueil / Insolites / Royaume-Uni : 20 000 cabines téléphoniques rouges bientôt démontées
Comme les bus à étage, les taxis ou Big Ben, les «red phone boxes» sont des emblèmes du Royaume-Uni. (LP / Olivier Arandel.)

Royaume-Uni : 20 000 cabines téléphoniques rouges bientôt démontées

Quel touriste de passage à Londres n’a pas pris sa petite photo dans une cabine téléphonique rouge ? Seul, à deux, à trois, une tête au dessus de l’autre, c’est le cliché typique que le monde entier ramène de son voyage du Royaume-Uni. Et pourtant, cette institution est menacée ! Comme Orange en France, British Telecom, concurrencée par les téléphones portables et Internet, est contraint de faire des économies. Et compte pour cela diviser par deux le nombre de ses fameuses «red phone boxes», en cinq ans. Soit, selon Les Echos, un parc réduit à 20 000 cabines en 2022.

Il faut dire que chaque année, l’entretien de et objet emblématique du pays coûte à British Telecom 6 millions de livres (environ 6,6 millions d’euros), comme le rapporte la BBC. Notamment en terme de nettoyage de graffitis. Et environ un tiers des cabines ne sont plus utilisées. Quant aux appels, ils ont chuté de 90% en dix ans.

Une cabine dans votre chambre ?

Que les nostalgiques se rassurent, les cabines supprimées pourront être… achetées ! On imagine déjà la déception de l’animatrice de M6, Valérie Damidot, apprenant la nouvelle… Elle qui, il y a quelques années, adorait redécorer les chambres d’ado à la mode londonienne, tapis-drapeau Union Jack et placard-cabine rouge à gogo. Mais qui sait, cette nouvelle «antiquité» pourrait bien signer le retour de cette tendance déco!

Les règles de démantèlement des cabines sont très précises. L’opérateur ne peut en enlever que une si une autre cabine se trouve dans un rayon de 400 mètres. Et il doit obtenir l’accord des autorités. Une fois retirée, la phone box peut donc être vendue. Certaines ont notamment été achetées par des localités pour seulement un 1 livre, relate Les Echos. Et quelques 1 800 cabines ont également été «adoptées» à des fins diverses pour devenir épiceries, galeries d’exposition ou support publicitaire.

leparisien.fr

À voir aussi

Un spray nasal pour lutter contre… l’addiction aux jeux de hasard !

Des chercheurs finlandais ont fait appel à des volontaires pour ce traitement surprenant. Un pschitt …

Montpellier : des sangliers en pleine rue

La petite famille a été immortalisée à l’arrêt de bus. Les clichés ont fait le …