Oumou Wane

Rufin : ambassadeur de haut vol… en chute libre (Par Oumou Wane)

Let them dream ! C’est ainsi que le PM Mahammed Dionne a répondu, sur sa route vers les lieux saints à quelqu’un qui lui demandait si les rumeurs qui faisaient état de son prochain départ du gouvernement étaient fondées !
À celui qui lui aurait demandé si les propos récents de Jean Christophe Rufin, l’ancien ambassadeur de France sur notre sol, avaient un tant soit peu de sens, il eut probablement retourné ! Let him talk !

Ah, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était ! Les affirmations gratuites de Rufin à notre endroit, me retournent, tellement elles sont, au mieux sorties d’un rêve debout de romancier, au pire, dictées par une cicatrice d’amour mal soignée ! Que se passe t’il donc dans la tête de Rufin pour qu’il se mette soudain à agir de manière pire que nous autres sénégalais, lui qui nous reprochait jadis, de prétendre tout savoir et de dire n’importe quoi !
Bien entendu, il m’est pénible de parler de Rufin de la sorte et surtout de lui dire ce qui va suivre !
Cet homme de talent aux multiples facettes, j’ai lu tous ses livres ! Le collier rouge, Rouge Brésil, etc… Mais là, je suis rouge colère ! Chez lui, j’aime presque tout ! Même si l’écrivain a toujours occulté à mes yeux le voyageur, à la fois mondain et tiers-mondiste. Ce brillant intellectuel sensément amoureux de l’Afrique, en contradiction avec sa pensée et surtout avec ses actes, vient de se mordre profondément la langue ! Rufin est un politique d’abord avant d’être artiste, médecin, écrivain, ambassadeur, académicien ! Même si son esprit définitif de soixante-huitard récalcitrant, se vêt désormais d’habits d’académicien !
Rufin a besoin d’exister, de dire, de polémiquer ! Il y a du Houellebecq en lui mais ce qui sépare ces deux personnages c’est bien entendu que l’un n’aime pas l’Afrique et que l’autre nous déteste par amour ! Mais Houellebecq a eu le courage de me dire les yeux dans les yeux que l’Afrique il ne connaît pas !!! Faute avouée est à moitié pardonnée.
Rufin, lui, a quitté le Sénégal certes, mais il ne voit que nous ! Nous sommes son tendre drame et à chaque fois, il nous le manifeste maladroitement comme ce petit garçon amoureux dans la cour de récréation et qui n’arrive à exprimer son béguin qu’avec des claques !

Notre pays est vulnérable, dit-il ! Ah bon ? Et en quoi le sommes-nous plus que les autres pays, et même plus que la France ? Nos confréries religieuses nous protégeraient du terrorisme selon lui ! Mais n’est-ce pas là au contraire une approche nouvelle du dialogue entre les peuples et une réponse moderne à la crise géopolitique mondiale ?
Macky Sall dit clairement et partout son aversion pour l’islamisme fanatique, la barbarie et l’injustice. Notre Chef d’Etat est un homme de paix et au moment où je vous parle, il est au Burkina pour trouver une solution au drame qui s’y déroule !

Mais que dit Monsieur Rufin, je ne l’entends plus, quand il s’agit chez lui, de citoyens de seconde zone parqués dans des banlieues ghettoïsées où la police n’ose même plus aller ? Si nous sommes vulnérables, je suis curieuse de savoir en quoi la France est immunisée !

Et de poursuivre encore que notre pays serait immobile depuis cinq ans, c’est à dire depuis qu’il l’a quitté ! Auriez-vous fait un meilleur Président que Macky Sall ? Nous ne sommes pas toujours d’accord avec notre Président, c’est le jeu, mais quand on nous mord, on se défend comme un seul homme ! Non, Macky Sall n’est pas seul et sa façon de gouverner sans bruit mais avec efficacité et indépendance dérange peut-être ceux qui croyaient définitivement faire en Afrique la pluie et le beau temps ! Notre Président, que je ne soutiens pas toujours d’ailleurs, agit dans le temps, travaille honnêtement et aime son peuple ! N’avons-nous pas le droit nous aussi à notre « Force Tranquille » ? Oui Monsieur Rufin, la génération Macky Sall est en marche et l’avenir immédiat vous le prouvera !

Et vous, êtes vous le mieux placé dans votre costume et sur votre fauteuil d’académicien pour juger de l’action de notre gouvernement ? Et que faites-vous pour votre pays qui peine à passer une seule réforme, recroquevillée dans sa frilosité à rénover ses institutions vieillissantes comme la sécurité sociale, les retraites et dont le taux de chômage est le double de celui de l’Angleterre, des Etats-Unis ou de l’Allemagne ?…

Accuser notre pays d’immobilisme sans évoquer le Plan Sénégal Émergent, les dizaines de chantiers d’infrastructures en cours, les projets phare en préparation, les réformes sociales engagées comme les bourses de sécurité familiale ou la couverture maladie universelle… de la part d’un médecin, n’est-ce pas un peu tirer sur une ambulance ?

C’est encore un manque notoire d’honnêteté intellectuelle que de dire que la gestion du risque Ebola a été mauvaise au Sénégal ! Que je sache, aucun Sénégalais, sur notre territoire, n’a été atteint de cette maladie. Un jeune guinéen malade est venu se réfugier chez nous, oui, nous sommes une terre promise ! Il a été soigné par nos médecins et notre système de santé. Il a été raccompagné chez lui en pleine forme, cher monsieur !
Comme si la coupe n’était pas pleine à vos yeux, vous vous en prenez à notre justice au sujet de l’affaire Karim Wade ! Mais de quoi vous mêlez-vous donc ? Que savez-vous de ce dossier ? Et que pensez-vous de l’affaire Bernard Tapie qui n’en finit pas de nous tenir la jambe depuis des lustres ? D’ailleurs, à votre endroit, je paraphraserai ce dernier, en vous disant : ce n’est pas parce qu’on a de belles lettres qu’on dit la vérité !

Même nos affaires militaires n’échappent pas à votre scalp ! Mais que savez-vous de la politique de défense intérieure du Sénégal et encore une fois, c’est quoi votre problème, sauf à vouloir donner des idées à des personnes mal intentionnées pour mieux ramasser notre dépouille ?

Bref Monsieur Rufin, et croyez que vous dire tout ceci me donne du chagrin ! Quand on a un ami comme vous, on n’a pas besoin d’avoir d’ennemis !

Et lorsque vous dites que nos dirigeants souffrent d’une sorte de manque de confiance de la part du personnel politique français, là, je me dis que vous venez d’atteindre le sommet de l’Himalaya ou alors celui de l’arrogance, comme vous le voulez ! Et même si cela devait-être le cas, ce qui n’est pas vrai justement, en quoi l’onction du personnel politique français est-elle une référence unique pour avancer dans un monde nouveau, où les partenaires n’ont plus la bouche collée aux tétons de l’Afrique pour en extraire la substance ? D’ailleurs, que dites-vous de tous ces réfugiés qui déferlent sur l’Europe sans que le pays des droits de l’homme n’arrive à sortir de son étourdissement pour ne serait-ce que dire des choses cohérentes au monde entier qui l’écoute ? Rien. Silence. Niente !
Bien sûr, il m’est pénible de vous parler ainsi, mais quand vous dépassez les bornes des limites, je ne vous reconnais plus ! Le Rufin d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’hier, l’humaniste, celui de Jacques Cœur ! Malraux disait justement que la vérité d’un homme c’est d’abord ce qu’il cache ! Que cachez vous pour que cycliquement vous veniez nous casser les pieds ici avec vos déclarations sans queue ni tête, sans raison et sans fondement ?

Allez, je ne vais pas davantage vous sermonner parce que je demeure convaincue que si vous jouez à Votre « Inexcellence », c’est bien parce que là bas, au fond de vos tripes, vous aimez notre pays et qu’il vous manque ! Vous avez du mal à le dire simplement… je vous conseille de nous le dire clairement car l’amour arrive aux animaux à plus forte raison aux hommes ! Ce n’est pas une faute que d’être amoureux, de se pâmer devant nous ! On peut l’être d’un pays, d’une personne, d’un paysage, d’un tableau ! J’ignore si vous l’êtes et de qui, et je me demande bien pourquoi, après tant d’années d’absence, nous restons ad vitam votre unique projet de polémique et de rancœur !
Je vous conseille donc amicalement de filer vite vers ce qui vous fait bouger, et de ne pas attendre que les loups aient mal aux dents pour déclarer votre flamme à l’objet de votre souffrance !
Je vous le recommande, car un ancien ambassadeur qui râle comme un putois, casse les briques et les convenances, ca fait désordre !
Et si je me le permets, malgré tout le talent que je vous reconnais, c’est que nul n’osera chez vous, en France, au centre du vieux monde immobile, râper votre égo ou rabattre votre caquet d’académicien !
Voilà ce que je voulais vous dire et ça va mieux en le disant, car pourquoi rester diplomate avec quelqu’un qui ne l’est plus ?

Oumou Wane
Présidente africa7

Voir aussi

amies-heureuses-sur-plage

COMMENT PERDRE 5 KILOS RAPIDEMENT ?

Parfois, perdre un peu de poids peut faire un bien fou au moral. Avec les …