Accueil / ECONOMIE / SAINT-LOUIS : GRIPPE AVIAIRE : Atelier de mise à niveau pour les acteurs dans la zone

SAINT-LOUIS : GRIPPE AVIAIRE : Atelier de mise à niveau pour les acteurs dans la zone

Face à la recrudescence à travers le monde de la grippe aviaire déclarée en 1997 à Hong – Kong et réapparue en 2003 en Asie, le Sénégal est devenu un pays où l’alerte a sonné pour mettre sur place des mesures idoines de protection par l’adoption d’un plan national de prévention et de lutte contre cette terrible maladie.

Le plan a été adopté en octobre 2005 pour barrer la route au virus grâce à la suspension temporaire des importations de produits avicoles et, le cas échéant, la détection précoce et l’éradication des foyers, ainsi que la prise en charge des conséquences sanitaires et économiques de la grippe aviaire.

De tous les sites à risques identifiés pour la surveillance, la région de Saint-Louis a été choisie comme zone test pour une mise à niveau du système national de surveillance épidémiologique des maladies animales qui existent déjà. C’est dans ce cadre qu’une série d’ateliers ont été organisés dans les parcs de Djoudj, de la Langue de Barbarie et de la réserve spéciale de faune de Gueumbeul dans le Gandiolais. Il s’est agi d’impliquer dans le dispositif tous les acteurs, les médecins des différents postes de santé, les agents des parcs, les agriculteurs, les pêcheurs, les vétérinaires, les agents de l’écosystème et les populations, pour qu’avec les techniciens des laboratoires, ils puissent suivre ensemble une formation avec des outils didactiques à utiliser et à élargir pour une forte mobilisation de riposte.

Le programme doit se dérouler au niveau du CONAGA, une structure pluridisciplinaire mise en place par le gouvernement sénégalais selon son coordonnateur national le Dr Cheikh Sadibou Fall.

Pour lui, dans le cadre de la lutte et de la prévention contre la grippe aviaire, il va falloir adopter une stratégie commune, en raison de la focalisation de la menace potentielle sur les oiseaux sauvages. Ceci en menant des interventions au niveau des sites ornithologiques à grande échelle de concentration d’oiseaux migrateurs et les villages ou agglomérations satellites.

Le Dr Cheikh Sadibou Fall a mesuré toutes les menaces pour activer tous les leviers d’une détection précoce de la circulation du virus chez les humains. C’est ainsi que tous les postes de santé des districts sanitaires, satellites des sites d’observation, seront mis en alerte pour une surveillance active de la circulation éventuelle des virus grippaux de type A chez les patients en consultation pour une infection pulmonaire aiguë. L’institut Pasteur et le laboratoire de Hann vont veiller au grain pour les prélèvements et les analyses dans la contamination des oiseaux et d’homme à homme. “ Il s’agira de mettre au Sénégal une surveillance épidémiologique Pour le moment toutes les investigations menées ont montré qu’il n’y a pas de circulation du virus au Sénégal. Mais le travail abattu devra se poursuivre par une mise à niveau continuelle des acteurs de la surveillance. Au terme des ateliers, le Dr Fulgence Ndiaye a réaffirmé l’implication de la région médicale de Saint-Louis pour que notre pays ne soit pas affecté par le virus de la grippe aviaire par la porte d’entrée potentielle de cette zone située en eaux maritimes et fluviales.


À voir aussi

Ministère de l’Economie: Vers  une Union des mutuelles pour ses agents

L’Assemblée générale constitutive de l’Union des Mutuelles du Ministère de l’Economie, des Finances et du …

Pme: Les banques invitées à soutenir le secteur

L’association internationale « Financement participatif Afrique & Méditerranée-FAM » a tenu la seconde édition du Forum …