SOCIETE

SAISIE DE DROGUE L’Octris a incinéré plus de 7 tonnes de chanvre indien…

  • Date: 28 juin 2016

7, 007 tonnes de chanvre indien, 32 grammes de haschich, 1,025 kilogrammes de cocaïne, 78 grammes d’héroïne, 2,6 tonnes de Khat, 24,14 kg d’amphétamine, telle est la quantité de drogue incinérée, hier, à Dakar.

L’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris) a incinéré, hier, 7 tonnes de chanvre indien et d’autres variétés de drogue. Il s’agit de 7,007 tonnes de chanvre indien, 32,1 grammes de Haschich, 1,025 kg de Cocaïne, 78 grammes d’Héroïne, 39,16 grammes d’Amphétamine, 24,14 kg de Méthamphétamine et 2,6 tonnes de Khat. S’exprimant à cette occasion, Cheikhou Cissé, Secrétaire général du ministre de l’Intérieur a déclaré qu’au Sénégal, nous avons choisi de faire une semaine de mobilisation sociale dans la lutte contre la drogue. « C’est un signal fort. C’est une action continue, ce sont des incinérations qui doivent  se faire tous les mois compte tenu des faibles quantités de saisie, on n’a pas jugé nécessaire de consacrer cette incinération mensuelle », a-t-il. Avant de continuer : « Cela va se faire chaque fois que de besoin. Je ne connais pas la valeur marchande mais ce qui est sûr c’est que cette marchandise est très coûteuse. On fera tout pour mettre fin au trafic de la drogue. Tout doit être mis en œuvre pour lutter efficacement. Il faut une synergie des efforts pour mener une lutte intense et efficace ».

Pour sa part, le substitut du procureur, Adama Ndiaye, pense que la seule obligation qui est faite, ce n’est pas d’amener les scellés au tribunal mais c’est avoir un échantillon de cette drogue. « Ce sont les dispositions de l’article  du Code des drogues qui demandent à ce qu’un échantillon de la drogue saisie soit présenté au tribunal pour avoir la preuve de la matérialité des faits. Mais, pas venir avec des sacs où on met des tonnes de drogue », a-t-expliqué. De son côté, Idrissa Cissé, Commissaire de police, directeur de l’Octris est revenu sur la raison de la faible quantité de drogue dure trouvée dans la drogue qui a été incinéré, hier, à Dakar. « La faiblesse  de la quantité de la drogue dure, c’est parce que nous avons un maillage qui est de plus en plus renforcé à la frontière. Les trafiquants pour évoluer analysent le dispositif en face qui est de plus en plus étoffé », a-t-il déclaré. À l’en croire, la police, la gendarmerie et la Douane travaillent la main dans la main autant que le prévoit le décret portant création de l’Octris. Suffisant pour Idrissa Sané de dire qu’il y a un maillage qui est renforcé au niveau du Port autonome de Dakar (PAD) avec la création d’une unité mixte de contrôle des conteneurs. « Nous avons une équipe pluridisciplinaire qui travaille étroitement et de manière très soutenue. Il y a un ciblage qui est fait sur tout ce qui entre au Sénégal. Les trafiquants s’aperçoivent que le Sénégal est en train de renforcer son système pour les contrecarrer. Ils peuvent choisir ailleurs qu’au Sénégal pour trafiquer la drogue », s’est-il réjoui.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15