Accueil / SANTE / Saisie de faux médicaments à Touba- les pharmaciens portent plainte contre le commanditaire

Saisie de faux médicaments à Touba- les pharmaciens portent plainte contre le commanditaire

L’Ordre des pharmaciens a porté plainte contre le commanditaire des faux médicaments saisis dans le village de Béleul sis à une dizaine de kilomètres de Touba.

 La gendarmerie a procédé à une saisie de deux camions remplis de médicaments  contrefaits à Touba, apparemment connue pour être la plaque tournante du trafic de médicaments illicites avec plus de 300 dépôts illégaux. Valeur marchande de cette saisie : 1 milliard 350 millions F CFA. II s’agit, de sources sécuritaires, de comprimés pour l’essentiel faits avec une substance proche de celle qui est utilisée pour fabriquer de la craie. Il nous revient que de hautes personnalités politiques et religieuses sont impliquées dans ce trafic. Bien que la gendarmerie ait ouvert une enquête, les pharmaciens qui qualifient cet acte de criminel, sont plus que jamais déterminés à combattre le trafic et la vente illicite de faux médicaments. Ils ont décidé de porter plainte et se constituer partie civile.

 Le  commanditaire  serait à Touba

« Nous avons été informés d’une saisine de médicaments à Béleul, un village à une dizaine de kilomètres de Touba. En compagnie du directeur de la pharmacie nationale et du médecin chef de région et du commandant de la gendarmerie, nous nous sommes rendus sur les lieux et nous avons constaté que c’est deux gros camions venant d’un pays limitrophe qui transportait des médicaments contrefaits, pas référencés dans notre pays, d’une valeur de 1 milliard trois cents trente-six millions cent mille francs. Il semble que les deux chauffeurs des camions ont pris la fuite. Le convoyeur a été arrêté. Le commanditaire serait à Touba. La gendarmerie poursuit son enquête», a expliqué le Dr Ndiaye Sall de l’Ordre des pharmaciens sur la RFM. Il précise, à cet effet, que l’autorité judiciaire sera obligée de répondre parce qu’une plainte a été déposée. Pour le moment, l’Ordre des pharmaciens attend d’être convoqué.

Un marché qui dépasse celui du trafic de drogue

Le trafic de faux médicaments est d’autant plus juteux qu’il est moins risqué que celui de la drogue, par exemple. D’après les spécialistes du secteur, 10% du marché pharmaceutique mondial est gangréné par ce fléau qui est en passe de rapporter plus d’argent que celui du trafic de drogue. Et le continent africain est particulièrement touché par ce problème majeur de santé publique. Mais le trafic, en pleine expansion, est désormais mondial. La vente de médicaments illicites ou frauduleux est en effet lucrative. L’Institut de recherche anti contrefaçons de médicaments (Iracm) estime que pour 1 000 euros d’investissements, les bénéfices s’élèvent entre 200 000 et 400 000 euros. Soit dix fois plus que le trafic d’héroïne. Ces activités illégales sont souvent liées à d’autres formes de criminalité tout en étant beaucoup moins pénalisées que le trafic de drogues, par exemple. Même si les sanctions ont été durcies en Europe ou en Chine (où la vente de médicament entraînant le décès du patient est punie de mort), l’Afrique n’a pas encore pris de telles dispositions. A signaler que la  peine la plus lourde infligée à un trafiquant de médicaments en Afrique de l’Ouest a été de quinze jours d’emprisonnement au Sénégal. Pas de quoi dissuader. D’autant plus que des moyens rudimentaires sont suffisants pour fabriquer des contrefaçons correctes.

M BA

À voir aussi

Sida: 43000 personnes vivent avec le Vih au Sénégal

Environ quelques 43 mille personnes, dont 70 % ont fait l’objet de dépistage, sont infectées par …

Hôpital Dantec: L’appareil de Radiothérapie tombe encore en panne

Bis repetita! L’appareil de radiothérapie de l’hôpital Le Dantec inauguré en grande pompe au mois …