POLITIQUE

Salif Sadio : «La libération des soldats sénégalais ne signifie pas que nous renonçons à l’indépendance de la Casamance »

  • Date: 10 décembre 2012

Après plus d’un an entre les mains du redoutable chef militaire du Mfdc, Salif Sadio, les 7 militaires et un sapeur pompier en retraite ont été libérés hier. Le commandant en chef du maquis du Mfdc a lancé une mise en garde à la communauté internationale, mais aussi au gouvernement du Sénégal.

Une cérémonie sobre a été organisée hier, dans une des bases de Salif Sadio, non loin de la frontière Gambienne, pour la libération des soldats sénégalais détenus depuis plus de 12 mois. Ces militaires habillés en tenue de combat, et en sandales, ont été, dans un premier temps, présentés à l’assistance composée des ministres gambiens de l’intérieur, des affaires étrangères et des affaires présidentielles, et des représentants du corps diplomatique et du CICR. Il était 12 heures quand ces soldats ont été détachés, synonyme de libération. Le chef de guerre Salif Sadio, entouré de sa garde rapprochée fera savoir que cette libération est une étape vers la délivrance de la Casamance. « Les prisonniers de guerre sont à présent libérés. Cependant, leur libération ne signifie nullement la fin de la lutte que nous menons, encore moins la renonciation à l’option indépendantiste qui nous anime. Donc, le combat pour l’indépendance nationale de la Casamance continue ».

« Macky doit se méfier des généraux génocidaires »

Salif Sadio a fait une mise en garde au président Macky Sall. « S’il se laisse conseiller par ceux qui font de la guerre en Casamance un fonds de commerce, et par les anciens généraux de son armée qui, non seulement, ont tous échoué ici, mais surtout, ont peur de la fin de la guerre parce qu’ayant commis beaucoup de crimes en Casamance s’attendant, par conséquent à des poursuites pénales, alors l’échec l’attend comme ses prédécesseurs Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. De 1982 à nos jours, le peuple casamançais souffre des crimes perpétrés par l’armée sénégalaise contre le peuple casamançais : pose de mines, bombardement de villages et assassinats ciblés. Et pourtant, cette armée se prend pour une armée professionnelle », s’étonne Salif Sadio. Pour lui, « Macky Sall doit suffisamment tirer des leçons pour bien comprendre que le Sénégal ne viendra jamais à bout de la résistance Casamançaise par les armes », a-t-il fait remarquer.

« Le silence coupable de la communauté internationale »

Dans son discours, Salif Sadio n’a pas raté la communauté internationale, fortement représentée pendant cette cérémonie. « Si le monde d’aujourd’hui, n’était pas ce qu’il est, la guerre en Casamance n’aurait pas duré 30 ans. Tous les peuples du monde ont droit à la liberté et le peuple casamançaise ne doit pas faire exception. Alors, s’il faut attendre que la Casamance regorge de pétrole ou qu’elle soit un pays producteur de Diamant, d’or et de cacao, pour que la communauté internationale ait pitié de son peuple, comme c’est le cas pour d’autres, cela est vraiment regrettable », a dit Salif Sadio. Après cette cérémonie, ces 8 soldats ont été conduits dans la ville de Youndoum, non loin de l’aéroport. Dans un premier temps, un repas leur a été servi avant de rejoindre Dakar à bord d’un avion affrété par le président Gambien, dans la soirée.

Ibrahima Khalil DIEME (envoyé spécial dans le Maquis du MFDC)

REWMI QUOTIDIEN

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15