SPORT

SALIOU CISS VALENCIENNES Le printemps a sonné à sa porte

  • Date: 31 octobre 2016

L’arrière gauche sénégalais de Valenciennes (ligue 2), Saliou Ciss, après des performances en dents de scie dans ses différents clubs et en équipe nationale, a démarré la saison 2016-2017 sous de meilleurs auspices.

Avec ses cinq buts et ses trois passes décisives, il est plus que l’homme en forme du moment à Valenciennes où il joue depuis plusieurs semaines dans une position de milieu excentré gauche. A 27 ans, l’ancien pensionnaire de Diambars reconnaît lui-même, dans des entretiens avec la presse régionale en France, que c’est sa meilleure entame de saison. Et c’était loin d’être évident au vu de ses prestations de la saison dernière où il alternait le bon et le très mauvais, devenant un danger pour son équipe.

Lui parle ’’de saison ratée’’ avec en mémoire un dérapage lors d’un match de championnat contre Brest, qui lui avait valu un carton rouge et le courroux de ses coéquipiers et dirigeants. « C’était inacceptable, mais je vivais ça comme une telle injustice… Je n’ai pas réussi à digérer », a confié l’ancien joueur de Diambars qui était attendu dans des clubs d’élite après ses débuts professionnels à Tromso en Norvège.

Alors que ses camarades de promotion ou des sélections de jeunes trustaient les convocations en équipe nationale A, lui était devenu un intermittent du spectacle aussi bien en clubs que dans la Tanière. Entre les suspensions fréquentes et les blessures, Saliou Ciss revenu en sélection contre Madagascar (2-2 et 3-0) en novembre lors du deuxième tour en préliminaires après des débuts de très haut vol lors des Jeux olympiques 2012, n’a pu jouer que 14 matchs la saison dernière.

En statistiques, c’était trois passes décisives, huit victoires, quatre matchs nuls et seulement deux défaites en 14 matchs pour le défenseur sénégalais qui peut évoluer en défense centrale. Cela laisse le sentiment d’un grand gâchis aux dirigeants, mais aussi au joueur qui s’est confessé récemment dans la presse régionale française : « Je n’étais pas là. Cette étiquette… Je ne comprenais pas. Je ne parvenais plus à dormir, mon humeur et mes performances s’en ressentaient ».

Si le rebond a été perceptible en fin de saison, il n’est arrivé que cet été grâce à une remise en question, a reconnu le footballeur sénégalais. Un rebond qui s’est confirmé en équipe nationale où il a offert un déboulé et un penalty, le premier but en sélection, à Famara Diédhiou lors du match contre la Namibie (6-ème et dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017) en octobre dernier.

Saliou Ciss a dit avoir besoin de se rattraper en effaçant l’image d’un footballeur inconstant. « J’ai beaucoup discuté avec mon père (Ibrahima, un ancien de Yeggo), qui a été professionnel en France comme moi, qui jouait excentré gauche comme moi. Il m’a permis de tourner la page », a-t-il raconté, soulignant que ce dernier l’a remis au travail. « Je me suis remis en forme avec lui. J’ai appris, mais mon caractère sur le terrain reste le même. Pour moi, ce qui compte, c’est gagner. Je n’aime pas perdre. Quand je perds, je rentre, je ne mange pas, je pleure… », a dit celui qui est en train de faire du couloir gauche de la Tanière, son jardin.

Et surtout, il est en train de faire sans l’ombre tutélaire de Pape Ndiaye Souaré (absent à cause d’un accident) son complice de ce couloir qu’ils avaient labouré lors des Jeux olympiques de Londres 2012. Aliou Cissé qui est parti de ces certitudes olympiques, l’a remis dans le sens de la marche et à 27 ans, il sait que le temps lui est compté surtout qu’en football les choses vont vite.

Le sélectionneur national qui compte beaucoup sur ce couloir, a apporté pour l’importante confrontation contre l’Afrique du Sud du 12 novembre prochain en éliminatoire du Mondial 2018, du sang neuf en la personne d’Abdallah Ndour du RC Strasbourg (ligue 2). Un jeune loup ayant soif de reconnaissance et des spots de très haut niveau après avoir gravi les échelons de la réserve à la ligue 2 française en passant par le National (division 3)

 

Avec APS

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15