Accueil / ECONOMIE / SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE DE PARIS LE RENDEZ-VOUS DES IMMIGRES EN QUETE DE FINANCEMENT POUR RENTRER AU BERCAIL

SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE DE PARIS LE RENDEZ-VOUS DES IMMIGRES EN QUETE DE FINANCEMENT POUR RENTRER AU BERCAIL

Le Salon international de l’agriculture (Sia) de Paris est une occasion pour beaucoup d’immigrés sénégalais, qui souhaitent rentrer définitivement au pays, de venir présenter des projets dans l’espoir de bénéficier des financements de la part des autorités.

PARIS, France – La 53e édition du Salon international de l’agriculture (Sia) de Paris qui a ouvert ses portes le 27 février dernier, se déroule dans une bonne ambiance. Au niveau du Pavillon du Sénégal au 5.2, c’est le grand rush dans les stands. Et si certains visiteurs viennent pour découvrir les produits sénégalais et pour acheter, d’autres viennent par contre pour trouver des financements. En effet, beaucoup d’immigrés ont saisi l’opportunité qu’offre le Sia pour venir présenter leurs projets afin de bénéficier de financement pour pouvoir rentrer au Sénégal. C’est le cas d’Alioune Nar Samb, ce jeune sénégalais qui vit en France depuis maintenant 13 ans.

«Je travaille depuis 2008 en France. Mais après 13 années passées dans ce pays, j’ai décidé de rentrer définitivement au Sénégal. Je gagne très bien ma vie ici. Par contre, je vois que mon impact au Sénégal serait beaucoup plus important. Enseignant ici, je fais de la recherche, c’est bon pour la France et pour mon développement personnel aussi. Mais je pense que ce serait beaucoup mieux que j’exploite cette potentialité au Sénégal. Au pays, je pourrai investir dans le domaine de l’agriculture», a confié M. Samb.
«Et je profite du Sia pour présenter mon projet. Je me suis approché de l’Isra, du Cncas, du Crédit agricole et du Fongip pour bénéficier de l’expertise agricole, mais également bénéficier de financement», a-t–il indiqué, non sans espérer «bénéficier de financement pour pouvoir rentrer définitivement au Sénégal».

Dans le même registre, Ibrahima Sanou Soumaré, un autre immigré rencontré au niveau du Sia, plus précisément au pavillon du Sénégal, vient de déposer son projet au niveau de la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (Cncas). «Je suis venu au Sia pour déposer mon projet. J’évolue dans le domaine de l’environnement, plus précisément dans la biodiversité marine», a indiqué le jeune homme.

«Je fais des recherches sur les conséquences du changement climatique sur la biodiversité marine et j’ai exposé mon projet. Et j’espère bénéficier de financements de la part des autorités étatiques afin de pouvoir s’installer définitivement au Sénégal et pour que le Sénégal puisse bénéficier aussi de mon expertise», a-t-il explicité.

Même cas de figure du côté de Nafissatou Ndiaye. Cette jeune femme qui évolue dans le domaine de la santé n’a pas hésité une seconde à venir au niveau du Sia pour déposer son projet. «Je travaille dans la santé. J’ai été directrice d’hôpitaux ici même en France, depuis des années. Mais actuellement, j’ai perdu mon travail et je veux vraiment rentrer Sénégal», a indiqué la jeune dame.

Selon elle, «même si le Sia parle d’agriculture et d’élevage, ça ne m’a pas empêché de venir déposer mon projet sur la santé au niveau du Fongip. Car mon souhait est vraiment bénéficié de financement pour pouvoir rentrer au pays avec ma fille».
Et d’après une responsable de la Caisse nationale de crédit agricole, depuis le début du Sia, ils ont reçu plus demande de projets de la part des Sénégalais vivants au Sénégal et qui souhaitent rentrer au pays.

Le Populaire

Share This:

À voir aussi

AFRIQUE-ECONOMIE-SOMMET Macky Sall appelle à une recapitalisation de la Bad

Le président Macky Sall a appelé, mardi, à Ahmedabad (Inde), en marge des 52es assemblées …