Sans titre

SALON MARITIME DE DAKAR Le Sénégal et le Maroc déploient de nouveaux partenariats

 La 2ème édition du Salon maritime de Dakar (SMD), s’est ouverte, hier, au CICAD avec le Maroc comme invité d’honneur. À travers sa participation, le Royaume chérifien ambitionne d’explorer de nouvelles opportunités de partenariats économiques avec le Sénégal.

C’est à croire que les relations entre le Sénégal et le Maroc sont vraiment au beau fixe. De tous ses partenaires d’Afrique subsaharienne, le Sénégal serait pour le Maroc le pays avec lequel il cumule le plus grand nombre de dénominateurs communs. À tout prendre, tous les ingrédients classiques d’une solide alliance économique et diplomatique s’y trouvent réunis. Et  le choix du Maroc comme pays invité d’honneur au Salon maritime de Dakar (SMD)  en est une nouvelle illustration. Réputé pour la qualité  de ses produits maritimes, le Maroc ambitionne à travers  ce salon de Dakar, Cuvée 2, d’explorer de nouvelles opportunités de partenariats économiques, de communiquer sur les nouveautés de l’offre exportable marocaine et de consolider la dynamique de partenariat gagnant-gagnant entre les deux pays. Le ministre marocain  de l’Équipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah, a indiqué, à cet effet, que son pays va se positionner comme un partenaire privilégié pour accompagner le Sénégal dans sa politique de pêche. Au-delà même de notre pays, Rabbah a souligné que l’Afrique est appelée à lancer une dynamique sans précédent en matière de développement des activités maritimes à valeur ajoutée telles l’industrie navale et la requalification des anciens ports. À son avis, si ces efforts  ne sont pas accomplis, l’investissement colossal dans les infrastructures portuaires risque de ne pas aboutir aux objectifs escomptés. Il ajoute aussi que les  mutations de l’environnement et des écosystèmes marins, l’augmentation soutenue de la demande des produits de la pêche et la connectivité maritime sont autant de défis à prendre en considération dans le cadre des politiques publiques en vue d’assurer une contribution durable notamment du secteur de la pêche, du transport et des infrastructures portuaires, a dit le ministre, relevant la nécessité d’axer les stratégies nationales sur la durabilité des ressources halieutiques par un ajustement de la pression de pêche aux échelles spatiales et temporelles.

Rappelant les atouts importants du Maroc qui dispose d’un littoral de 3500 km abritant 38 ports, M. Rabbah a fait état de l’adoption en 2012 d’une stratégie portuaire à l’horizon 2030, affirmant que le Royaume se positionne comme une plateforme logistique mondiale au service de l’Afrique.  Selon lui, la contribution du secteur de la pêche à l’émergence économique doit être fondamentalement inclusive, intégrant l’ensemble des parties prenantes.  « Cet impératif doit permettre notamment d’accompagner et de promouvoir la pêche artisanale qui constitue une source de revenus et de subsistance d’une frange importante de la population de nos pays », a-t-dit. Conduite par le ministre de l’Équipement, du          Transport et de la Logistique, la délégation marocaine prenant part à cet événement comprend notamment la Secrétaire général du département de la pêche maritime, Mme Zakia Driouich, et l’ambassadeur du Maroc à Dakar, M. Taleb Berrada.

D’une superficie de 192 m2, le pavillon marocain accueille 15 entreprises marocaines qui exposent une palette diversifiée des produits de mer, notamment les conserves et semi-conserves de poissons, produits de la mer frais et congelés.  Les produits de la mer marocains sont exposés sous l’étendard « Moroccan Seafood ».

M. BA

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …