Accueil / Uncategorized / Samuel Eto’o raconte sa vie luxueuse en Russie

Samuel Eto’o raconte sa vie luxueuse en Russie

Il aurait du y penser plus tôt, tant l’international camerounais Samuel Eto’o qui vient de trouver un paradis en Russie ne regrette en rien de son départ.
Sur le plan purement sportif, a déjà ouvert la marque par deux fois dans son club russe d’Anzhi Makhachkala. Si son choix d’atterrir en Russie a surpris, il s’explique dans les colonnes de L’Equipe sur ce départ. Et se demande bien pourquoi son départ à tant fait parler. « Évidemment, si c’était le même contrat qu’à l’Inter, je ne serais pas venu. Mais c’est bien beau de donner son opinion quand on n’est pas concerné… Et je ne regrette vraiment pas, les installations sont incroyables, les gens formidables avec moi. Avec ce contrat (de trois ans), j’ai montré aussi aux enfants d’Afrique que tout est possible, que si on veut devenir quelqu’un, il faut s’en donner les moyens ». C’est certain que dorénavant, les moyens, ce n’est pas ce qui lui manque.

La belle vie en Russie

Eto’o ne regrette pas son choix (enfin comment regretter vu ce qu’il va toucher dans l’année) et le club le lui rend bien, « Il me restait le Championnat anglais ou une expérience comme celle-là. C’était un peu comme revenir à mes débuts mais dans des conditions exceptionnelles ».

, Samuel Eto’o dispose, « d’un garde du corps, un chauffeur, un appartement parfait » Il n’aurait pas oublié le jet privé pour faire les allers-retours de Moscou au Daguestan (1 600 kilomètres)et donnerait sans doute des idées à ses camarades exilés dans des pays riches, comme Mamadou Naing. dans le Golfe.

Cébé


À voir aussi

Touba: Les éleveurs républicains hôtes du Khalife général des Mourides…

Dans le cadre de leurs tournées de sensibilisation et d’information sur les réalisations du régime …

Macky tacle les syndicalistes «On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ « 

«On ne peut pas dire ‘’diokhma-diokhma’’ et en retour il n’y a pas de compensation…». …